ASM – ASSE (1-0) : la Forez Académie fait son deuil

Allez, on a rêvé après avoir bouffé de la merde, maintenant on redescend sur Terre.

Le match résumé en 1 phrase : « Le miracle n’aura pas lieu »

Après avoir chuté pour la première fois depuis 13 mâches la journée précédente, les Verts voient cette fois leurs espoirs de qualification en Coupe d’Europe quasiment s’envoler. Alors, si, il reste encore un mince espoir. Mais pour accrocher la 6e place, et non plus la 5e, bien moins intéressante car elle fait démarrer la saison fin juillet. Maintenant, on a vu que Marseille avait démarré au même point cette saison, et ils sont en finale. Dans tous les cas, si qualification il y a, interdit de balancer ça comme une vieille quenelle servie froide quand t’as demandé des râpées : la Coupe d’Europe c’est sacré,  et on ne l’a pas assez jouée ces dernières années pour faire la fine bouche.

 

La compo :

Oh purée, Jean-Louis, non… Pas toi, pas maintenant, pas après tout ce que tu as fait. Donc la leçon que tu as prise avec ton Lolo la touillette un soir de Ligue des Champions ne t’as pas servi ? Pourquoi ce 5-3-2, ou 3-5-2 si on veut ? Pourquoi péter ton système qui n’a connu qu’une défaite en 14 mâches pour ce truc bancal dans lequel les joueurs n’ont aucun repère ? Non Jean-Louis, non. La rencontre n’a pas encore démarré que je sens déjà l’odeur d’œuf pourri qui s’en dégage. Ça pue, Jean-Louis, ça pue sacrément…

 

Le mâche :

Et en effet, ça puait bien comme il faut ce mâche. Silva est déjà bien dans son mâche et se prend pour M’Bengue avec cette passe trop molle vers Subotic. Sylla intercepte et frappe mais Perrin veille et Ruffier contrôle derrière (4e). Silva se rattrape avec ce centre en retrait vers Cabella qui dévisse trop sa frappe pour inquiéter Subasic (15e). La première période est pauvre en occasions, on se fait un peu chier quand même, mais ça sent le KO : les deux équipes tâtonnent derrière, ça respire pas la tranquillité. La seconde période sera plus chaude. C’est Lopes qui démarre les hostilités avec cette frappe plein axe que Ruffier repousse du pied (58e). Sainté va alors connaître son temps fort : Cabella sur une frappe enroulée (62e), et Bamba sur un tir sec au premier poteau (65e) font briller Subasic, avant que Jemerson ne le sauve en contrant la madjer de Cabella (66e). C’est fini pour les Verts qui vont subir les vagues monégasques. Jemerson d’abord sur corner mais Bamba sauve (?) sur sa ligne (71e) puis l’exploit quasi-hebdomadaire de la Ruff’ : double arrêt d’abord sur un coup-franc flottant de Lemar puis sur la frappe enchaînée de Sylla qui avait suivi (83e). Puis la boulette : Debuchy en voulant dégager une balle dans la surface frappe d’abord dans Lemar qui s’écroule. Penalty logique que transforme sans trembler Fabinho pour la gagne (1-0, 90e+1).

Un mâche fade et à oublier, tant par le résultat que par le contenu. Les Verts craquent dans le sprint final, malgré une folle remontada qui les verra sans doute finir aux alentours de la 9e place. C’est dommage, mais on ne va pas oublier non plus d’où on vient. Jean-Louis a merdé sur ce mâche avec cette compo inadaptée, mais sa mission a été largement remplie : non seulement il a maintenu Sainté en Ligain, mais il nous a aussi redonné un peu de fierté et d’espoir même au moment d’aborder cette dernière ligne droite. Tant pis pour la cerise, on se contentera de bouffer le gâteau et de ne pas se poignarder le cul avec. Mais on en parlera plus largement dans le bilan de fin de saison. Pour le reste, comment ne pas évoquer ce qui s’est passé avec les supporters stéphanois. Quoi ? Vous n’en avez pas entendu parler ? Ben c’est peut-être parce que, malgré une situation qui aurait pu dégénérer salement, l’ensemble des supp’ qui avaient tenté de rallier Louis II se sont comportés de façon exemplaire, et que tout s’est déroulé dans le plus grand des calmes. Après, forcément, ça fait moins parler. Donc les experts polémiques, qui passent leur temps à casser du sucre sur les méchants supporters qui envahissent les stades et craquent des fumis, ont préféré ne rien dire et ne pas souligner l’attitude très intelligente des personnes ayant fait le déplacement en Principauté. Pour résumer :

Respect à ceux qui se sont déplacés et qui ont tenté d’afficher les couleurs stéphanoises à Louis II : ils auront au moins réussi à montrer une belle image d’eux-mêmes.

« Un jour en France, en 2018, pays qui a accueilli un Euro deux ans auparavant »

 

Le résumé du mâche :

 

Les notes : 

Ruffier (not your savior, 4/5) :

Un arrêt du pied seul en duel, une double parade magistrale mais il prend quand même un but sur penalty. Pas grave, le meilleur joueur de la saison côté supporters a encore été grand, mais pas assez cette fois pour nous sauver.

Debuchy (la tuile, 2/5) :

Il a eu du mal à exister sur ce mâche, peu inspiré devant et derrière comme sur ce dégagement de Lemar plus que du ballon. Merde Mathieu, c’était pas lui qu’il fallait viser pour l’équipe de France, c’était Sidibé.

Subotic (Nepadven, 2/5) :

Gasset choisit la défense à 5, ce qui semble être le pire schéma pour le faire jouer. Lent et pas à l’aise dans ce rôle de troisième central, Subo a passé une sale soirée sans jamais trop voir le ballon.

Perrin (l’inverse, 4/5) :

Par contre, le cap’tain a semblé retrouver une nouvelle jeunesse. Très tranchant dans ses interventions et rassurant derrière, son jeu a fait un bon de deux ou trois ans en arrière, à l’époque où il faisait régner la loi avec l’Uruk Haï Bayal.

Théophile-Catherine (la reconquista, 3/5) :

L’échéance de sa fin de contrat en juin le fait mieux jouer depuis quelques mâches. Dans la lignée de Perrin, il a livré une partie solide. Maintenant, est-ce qu’il faut le garder pour la saison prochaine ou chercher mieux ? Je penche pour la 2e solution.

Gabriel Silva (blessé, 2/5) :

Très juste dès le début du mâche, on a compris ensuite que notre latéral brésilien a sans doute joué un peu blessé, et la corde sur laquelle il a tiré a fini par lâcher avant la fin. Saison terminée, dommage mais ça lui permettra de se reposer.

==> remplacé à la 71e par Selnæs (non noté), pour réorganiser l’équipe en 4-3-3 et ça a faillir marcher, à deux poteaux près.

M’Vila (décevant, 2/5) :

Si Sainté cale en cette fin de saison, la méforme du métronome M’Vila n’y est pas étrangère. Moins percutant, moins intimidant, il a semblé retrouver le modjo de son club formateur et nous l’a inoculé en douce pour le favoriser.

Diousse (raté, 2/5) :

Il avait enfin l’occasion de se mettre en avant, mais la marche était sans doute trop haute. Perdu dans un milieu trop grand pour lui, Assane va devoir mettre les bouchées doubles à l’intersaison s’il veut pouvoir s’imposer chez nous.

==> remplacé à la 64e par Monnet-Paquet (non noté), non, on ne va pas le noter.

Cabella (blessé bis, 2/5) :

Lui aussi a trop tiré sur la machine, et du coup il s’est encore pété un doigt de pied. Une bonne opportunité pour négocier un prix à la baisse si les Verts sont toujours intéressés pour l’acheter car son absence est estimée à 3 mois. Sinon, mâche insipide avec pas mal de mauvais choix.

N’Tep (Haine Tep, 1/5) :

Purée, quelle déception ce joueur. Je pense qu’il est tout simplement foutu pour le haut niveau. Il arrivera peut-être à se relancer dans un club modeste, mais il ne sera plus jamais le joueur explosif qu’il a été. Et sans son explosivité, il redevient quelconque voire franchement mauvais.

==> remplacé à la 64e par Hamouma (non noté), non, on ne va pas le noter.

Bamba (dernier tour, 3/5) :

Il a été le seul offensif à se montrer dangereux sur ce mâche. Il a eu du déchet, fait quelques mauvais choix, mais envoie 1 belle frappe que Subasic sort du pied. Il lui reste un mâche pour faire ses adieux à Sainté, avant d’aller voguer sous d’autres cieux comme pressenti depuis déjà de nombreux mois.

 

La question minitel : la question n’a pas pu vous sonder cette semaine, elle a été bloquée à Menton avant d’être renvoyée en Italie.

 

Roland Gromerdier

 

HorsJeu recrute donc si le cœur vous en dit, lancez-vous !

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.