Dortmund-Hamburg (1-4) : La Borussia Akademie en Colère

Ein Jean en colère

Jean vit une grande désillusion mais garde une illusion grande – et secrète.

 

Jean a mal aux fesses. C’était une catastrophe ce samedi. Dortmund a fait le pire match possible. Tout s’est déroulé comme une répétition des choses-à-ne-surtout-pas-faire-en-Ligue-des-Champions. Aucune concentration après l’ouverture du score, des largesses défensives permanentes, de l’individualisme offensif, de la nervosité dès qu’on se fait un peu rentrer dedans et le bonus réaction débile (x2, avec un duo Lewa-Kehl), un manque certain de sens et science de l’adaptation face à la situation.

Jean a plus mal encore qu’après un but de Valbuena de la tête, ou un but de Valbuena pour perdre 2-3 à la maison. Qui pour lui passer la paumade ?

 

Les notes :

Weidenfeller (1/5) : C’est méchant, mais t’as rien sauvé non plus. Aucun meuble. Roman était immobile sur les tirs. Jean a besoin d’un gardien meuble ici.

Piszczek (1/5) : Rigoureusement pas dedans. Van der Vaart a fait ce qu’il a voulu.

Santana (1/5) : À la ramasse en défenseur gauche, en placement, en tout, mais pas le pire pour autant.

Hummels (0/5) : Même les bels hommes sont humains. 1 point de malus pour la première mi-temps, dans laquelle il fait tous les mauvais choix à sa disposition. Il accroche tout juste le 1/5 en deuxième. Ça vaut bien ce 0 pointé (son premier probablement). Tu recommences plus jamais ça et tu te ressaisis. Fissa.

Bender (2/5) : Le meilleur Borussen de la journée. Mais Jean doit gueuler quand même en voyant ce qui a pu arriver en un mois. Löwe parti, Großkreutz malade, Schmelzer blessé. Pourquoi avoir vendu un jeune latéral gauche, plaisant, prometteur à chaque apparition, pour que dalle ? Surtout quand de l’autre côté du terrain, Kirch a été recruté, lui, malgré la présence de Pat’ Owomoyela et Piszczek. Jean fait souvent l’hommage de l’intelligence des têtes pensantes du Borussia et d’un club qui semble gérer merveilleusement son effectif. Sauf là. Connerie sans nom. Bender latéral gauche alors pour recevoir Hamburg.

Kehl (2/5) : Il n’a rien su faire.

Sahin (1/5) : Satané manque de confiance, il est méconnaissable. Mais sous les pavés, la classe.

Götze-Kuba-Reus (1/5) : Court sur pattes, courent partout, court âge, Courgeau. Une après-midi de procréation congelée.

Lewandowski (0/5) : C’est quoi ce délire ? Partir au Bayern ? Réagir bêtement à la moindre provoc’ ? Rouge mérité, ciao e basta. Fais au moins les choses biens si tu veux aller voir du pays. Rappelle-toi Kagawa. Et part ailleurs.

 

Les remplaçants :

… Jean ne sait plus trop et n’a pas envie de chercher, c’était la fin déjà de toute façon. À part Gündogan, un nageur olympique dans un petit bassin de merde. Ah oui, Schieber ? Barf…

 

Jean Colère, qui vous analküsse et va acheter des anxiolytiques pour sauver l’ordinateur et le streaming de sa Colère mercredi.

9 thoughts on “Dortmund-Hamburg (1-4) : La Borussia Akademie en Colère

  1. Faut dire que Van der Vaart est un bel homme, aussi.

    Pourquoi Lewandowski part au Bayern ? Vu ce que fait Mandzukic. Et puis, même en considérant l’arrivée de Guardiola, ça n’a pas l’air d’être son type de joueur.

    Dortmund avait simplement la tête à la Champions’ League, et tu verras qu’ils te régaleront mercredi.

  2. Tout à fait. C’était Hamburg. Jean, sous l’effet de la Colère, a voulu croire que c’était les mecs de Mercedes plutôt que les dockers. Jean va demander au service publication de corriger.

  3. Romek trouve que les types qui parlent d’eux à la 3è personne du singulier, ça le gonfle drôlement; puis Romek se dit que de toute façon il n’aime pas les allemands et qu’il ne reviendra pas ici, ce qui le calme.

  4. Jean s’excuse Romek.

    Wayne Boulet, il paraît que c’est Guardiola lui-même qui s’est dit que Lewa était une bonne idée. Alors ils ont déjà deux Mario pas dégueu et un Pizarro qu’on sait pas trop ce qu’il fout là, mais je pense que c’est avant tout pour faire chier. Disons-le.
    Et vendre Gomez à la Lazio, au passage, pour voir ce qu’en fera Löw.

  5. Oh, oui, qu’il prenne donc Lewandowski. N’étant pas un connaisseur absolu du foot allemand, j’ai un ressenti d’une grosse centralisation des talents au Bayern, ce qui affaiblit les autres clubs et relativise franchement leur domination habituelle.
    C’est un peu lourd de voir chaque année de grands talents préférer tenter leur chance dans ce club plutôt que de construire quelque chose avec un outsider en étant certain de jouer, même si cette tendance serait en train de changer.
    Enfin, comme je dis, c’est un point de vue totalement extérieur et pardon si je dis une absurdité. Et que Guardiola récupère Neymar au passage, histoire de se planter royalement.

  6. Ton sentiment est assez juste Wayne. Ce n’est pas pour rien que le Bayern a une image très contrastée en Allemagne. D’un côté, c’est le club le plus puissant et la base inamovible de l’équipe nationale. De l’autre, ils agacent par leur tendance à vivre seuls et acheter les meilleurs joueurs dès que possible. Tu vois l’OL ? C’est la même chose, mais depuis 30/40 ans.

    C’est évidemment caricatural quand je le dis comme ça. Lorsque le Borussia était dans la merde financière de la bourse, le Bayern a filé un coup de main. Et certains joueurs choisissent le Borussia plutôt que le Bayern maintenant, comme Reus l’année dernière.

    Mais en test de popularité en-dehors de la ville d’origine, je suis certain que l’image du BVB est bien meilleure que celle du Bayern. Car le Borussia a la chance d’être perçue comme un club plus romantique, là où le Bayern serait le pragmatisme pur et dur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.