La Calcio Académie vous raconte la saison de Lo Spezia Calcio (20-21)

Lo Spezia Calcio, le bulletin de notes

« Une barrique de vin peut réaliser plus de miracles qu’une église pleine de saints » Alors une barrique et un bon coach, c’est le maintien assuré
Au petit jeu de la remise des bulletins de notes de fin de saison, Lo Spezia Calcio est globalement assez serein. Les observateurs et les moins observateurs envisageaient au mieux un coup d’ascenseur, un voyage sans retour dans le monte-charge. Revenons un peu plus en détail sur cette saison vraiment particulière.

In God we trust, et dieu s’appelle Robert

Le patron s’est cassé. Gabriele Volpi avait repris le club, tombé en Serie D. Nous avions déjà évoqué son histoire lors de notre académie de présentation. Nous n’allons donc pas nous répéter bien que nous doutions très sérieusement de la qualité de votre mémoire. Le club change de propriétaire et de pavillon. La Spezia devient le cinquième club Italien sous gouvernance américaine (avec la Roma, la Fio, Parma, et le Milan). Mais cette fois ci, l’histoire est un peu différente pour les Ligures. Volpi n’a pas cédé le club à un fond de pension ou une saloperie dans le genre. Le nouveau propriétaire, Robert Platek, est un associé chez MSD. Cet acronyme, probablement financier, cache une boite dont le principal but est de gérer les actifs de Dell. Ces dernières semaines, MSD a commencé à diversifier ses secteurs d’activité. La vente d’ordinateur en kit ne leur suffit plus, ils veulent investir dans le foot. Ils prêtent de l’argent à des clubs au bord de l’asphyxie financière comme à Sunderland ou à Derby County. Ils rachètent aussi deux clubs dans le bas fond du Portugal et au Danemark. Cette fois ci, Robert Platek ne représente pas MSD. Il s’est acheté le club pour lui, pour faire ses petites mamailles en famille. Il place son frangin comme présent du club, sa nièce au marketing et sa nounou au centre de formation. Il veut faire de Lo Spezia Calcio un club avec un « projet à long terme ». On demande à voir.


Le Tony Soprano local

Le premier plan des Platek est de rénover le vieux stade Picco. Point de chardon ici, mais des murs fissurés et des tribunes vetustes, Lo Spezia a besoin d’un nouveau stade. Le nouveau châtelain a autorisé le début des travaux. Cet été, la Curva Piscina sera rénovée puis l’an prochain, ça sera le tour de la tribune principale « Viale Fieshi ». Nous sommes loin des grands projets gargantuesques, c’est probablement mieux ainsi. Picco restera Picco, en plus propre et plus moderne, le tout pour la modique somme de 15 millions d’euros. Lo Spezia Calcio s’offre une nouvelle saison dans l’élite. Esperons que les tifosi puissent en profiter.


L’homme de la saison

Vincenzo Italiano est un gourou et un magicien. Une nouvelle fois, nous vous avions fait une petite présentation du bonhomme lors de notre présentation d’avant saison. Si vous en avez l’envie, n’hésitez pas à la consulter. Le divin chauve est un rigide, il a des idées et il les garde. Son système ? Il ne le change pas. Des principes ? Il en a, bien sûr mais il sait composer avec. Il fait défendre ses équipes à trois axiaux. On ne peut pas dire pour autant qu’il fasse de la solidité défensive la pierre angulaire de son système. Ses équipes prennent des buts, c’est vrai. Mais elles en marquent plus qu’elles en encaissent. C’est bien l’essentiel, n’est-ce pas ? Italiano prône un football qui n’est pas vraiment offensif ni totalement défensif. C’est un football intensif, en bloc, solide mais joueur. Plus qu’un tacticien hors pair, Italiano est en réalité un révélateur de talent. Il sublime les joueurs, il en révèle un potentiel jusqu’alors insoupçonné.

Et l’homme ouvra les bras et offrit le maintien à La Spezia

Après avoir maintenu La Spezia, Vincenzo est recherché. Il est devenu le plan B de la Lazio pour remplacer Inzaghi. Il est pressenti à Verona pour reprendre le flambeau de Juric. Le gourou ligure va vivre una settimana decisiva. Il se murmure dans les milieux autorisés que le président américain chercherait à le garder absolument. Des contacts seraient pris avec Daniele Faggiano, l’ancien directeur sportif et grand ami d’Italiano. Ça serait une des conditions pour rester.


Les révélations

Elles ne manquent pas. Si vous êtes un amateur de MPG, notez ces quelques noms, ils pourront vous servir. Comme tous les promus, La Spezia a du bricoler sur le marché des transferts. Le premier objectif du coach était de s’assurer la reconduction des hommes forts de la montée comme les milieux Matteo Ricci et Giulio Maggiore ou l’attaquant Franco-Angolais M’bala Nzola. Les artisans de la montée furent également ceux du maintien. Maggiore a confirmé tout son potentiel, il est dans le club parfait pour poursuivre sa formation. Il faut jouer et prendre de l’expérience. Nzola est probablement une des grandes surprises de cette saison en Serie A. Il marque beaucoup de buts et il pèse sur les défenses.

L’exploit de la saison

Malgré leur talent, à eux seuls, ils n’auraient pas pu se sauver. La réussite de cette saison, un peu miraculeuse, tient aussi aux bonnes décisions au moment de signer les contrats l’été dernier, Tommaso Pogeba prêté par le Milan et auteur d’une saison remarquable, Daniele Verde ancien espoir de la Roma (et qui débarquait de Grèce), précieux dans son rôle de Supersub, Agoumé le gamin prêté par l’Inter ou bien encore Riccardo Saponara en perdition à la Fiorentina et buteur sur les derniers matchs de championnat. C’est presque une réussite totale. Et encore, on allait oublier de vous parler de Julian Chabot. Le Franco-Allemand formé au Pays Bas s’est fait une petite place en défense. Après des débuts pour le moins compliqués, il finit bien la saison. Mais il ne restera pas. La Spezia ne semble pas spécialement intéressé pour un transfert définitif et la Sampdoria ne semble pas non plus super excitée à l’idée de le récupérer. Il est probable de le voir à nouveau prêté chez un promu l’an prochain. C’est comme ça la vie en Serie A.

Le but de l’année

En défense, on ne doit pas oublier Simone Bastoni. Il n’y a aucun lien de parenté avec Alessandro. On vous sent déçu de ne pas lire l’histoire d’une filiation particulière, une histoire de frangins, quoi. Non, Simone n’est pas le frère de. Dans le foot, c’est toujours un peu compliqué d’être le frère, ou le fils de (Bonucci est un sacré fils de au passage, c’est gratuit et complètement hors sujet, mais il ne faut pas bouder ces petits plaisirs de la vie). Bref, Bastoni vaut le coup d’œil pour lui-même. Alors qu’il n’était qu’une solution parmi les autres en Serie B, Simone s’est imposé cette saison comme un titulaire en puissance. Et c’est amplement mérité.


Bilan du Bilan

La saison prochaine sera celle de la confirmation. Il va falloir se battre à nouveau pour arracher le précieux sésame. Les nouveaux propriétaires nourrissent, semble-t-il, des ambitions. Enfin, ils disent tous ça en arrivant. C’est assez rare de lire des trucs du style « oui, je viens en touriste, on n’a aucun objectif si ce n’est de pas perdre du pognon dans un club de merde ». On pourrait encore ergoter longtemps des saisons à venir. Dans un avenir proche, le destin du club dépend aussi et surtout de la décision de Vincenzo Italiano et des choix immédiats au Mercato. On était bien content de vous offrir ce petit focus.

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.