La Roja Académie note Espagne-Maroc (2-2)

Cette Académie est dédiée à ceux qui bougent leurs fesses, aux femmes qui oublient leurs complexes, façon sexe

« Une bonne Académie est une Académie en retard. » Marcel Proust, L’Art de la Guerre.

Bonjour ami,

quelle joie de te revoir en ces lieux. Je ne suis qu’allégresse à l’idée de passer encore quelques temps en ta divine compagnie. Car oui, nos facétieux sportifs outre-Pyrénées ont réussi à se qualifier pour les huitièmes de finale, ce qui va me permettre de te communiquer ma joie et ma passion pendant encore au moins deux articles (dont celui-ci).

Je me sens tout drôle aujourd’hui, tout léger. Cette sensation planante m’a envahie depuis ma récente visite chez le collègue Vincello. J’étais à la recherche de timbres afin d’affranchir ma lettre de démission destinée à l’Editeur, ce Bel Homme qui se fait bien trop rare, quand Mauricio m’a interpellé. « Lèche donc celui-là, c’est du bon ! », qu’il m’a dit.

T’es sûr qu’il est réglementaire ton timbre Mauricio ?

Depuis, tout est rose dans ma vie. Littéralement. Mes velléités de démission ont disparu et me revoilà, prêt à te narrer les exploits des joueurs de la Roja, ces héros des temps modernes. Mais avant tout, je te prie de m’excuser quelques secondes. Quelques espiègles lapins gambadent dans mon salon, je me dois de leur rendre leur liberté. Si tu me le permets, je vais également me passer un peu d’eau froide sur le visage, tout ce fushia me fait un peu mal aux yeux. Ah ! L’eau froide… ça me rappelle les joyeuses vacances hivernales de mon enfance, lorsque ma merveilleuse famille, au cours de bucoliques balades, s’arrêtait pour s’abreuver dans un ruisseau qui ondulait le long du versant d’une montagne majestueuse.

ET C’EST GENERALEMENT A CE MOMENT-LA QUE PAPA SORTAIT SON ENORME CHIBRE POUR NOUS FOURRER UN PAR UN.

Putain de merde ! Ça m’a fait du bien ce coup de flotte sur la gueule. Bordel, je sais pas où j’étais parti, mais je veux plus jamais vivre ça. Quel enfer. Et vas-y que ça voit des papillons partout, et vas-y que ça fait pas de remarques racistes au noir sous-payé qui vient relever le compteur d’électricité. Du grand n’importe quoi. T’inquiète, on m’y reprendra plus.

Bon, maintenant que j’ai commencé ce torche-cul, va bien falloir que je la finisse. C’est un peu comme quand t’entreprends une gerce alors que t’es beaucoup trop bourré : même si tu dois t’interrompre pour aller gerber, il faut absolument que tu termines le travail immédiatement après. C’est pas question de pas frustrer la dame ou autre connerie que soi-disant, le plaisir doit être partagé (perso, l’orgasme féminin, d’une j’en ai rien à foutre, de deux j’y crois pas). C’est juste que si tu te vides pas les burettes, t’auras une méchante envie de baiser le lendemain matin. Sauf que quand tu vas te réveiller, tu vas te rendre compte que la frangine que t’as ramenée dans ton pieu, elle fait son quintal et elle ressemble fortement à mix entre Roselyne Bachelot et un brocoli. A partir de là, t’auras deux solutions : te laisser guider par tes hormones, l’entreprendre et abandonner toute dignité, ou la remettre à la mer et te pignoler devant un porno triste. Crois-en mon expérience, t’as pas envie d’avoir à faire ce choix. Baise-la le soir même et fous la dehors après.

Je crois que je me suis un peu égaré. J’en étais où ? Comment ça t’en sais rien ? Je me casse le cul à t’écrire des trucs bien léchés et tu suis pas ? Va bien te faire mettre, tu mérites pas que je m’étende plus. On passe directement aux compos. Connard.


La compo

En fait, avant de commencer, je tenais à mettre un truc au clair. Tu vas me dire que j’aurais pu le faire dans l’intro, avant d’entamer le paragraphe consacré à la compo. Oui bah je t’emmerde, c’est chez moi ici, j’organise comme je veux.

Je disais donc, je tenais à mettre un truc au clair. Le problème c’est qu’avec tes conneries, j’ai oublié de quoi ça causait. Je réitère donc : connard.

Ah non ça y est, c’est revenu. C’était justement à propos de ce « connard ». J’écris ça au masculin, par facilité stylistique et par aversion envers l’écriture inclusive. Mais pas de sexisme ici. Que les femmes qui me lisent se rassurent donc : oui, vous êtes aussi des connasses (pardon pour l’insulte en « asse »).

Alors la composition. Bon, encore du changement au milieu de terrain. C’est chiant putain. Il se prend pour un fin tacticien le Hierro ? Arrête de faire des trucs comme ça, gros tocard. Ca m’oblige à écrire plus que de raison.

Donc, par rapport à mercredi dernier (le temps passe si vite, tu ne trouves pas ?), Lucas Vazquez (qui avait lui-même remplacé Koke) paye son indigence et est supplanté par Alcantara, qui se positionne plus ou moins aux côtés de Busquets dans l’entrejeu. Histoire de pas passer pour un con, j’ai demandé à Florent Toniutti s’il s’agissait d’un véritable double pivot. Voici ce qu’il m’a répondu :

« Me fais pas chier, je suis en train de jouer avec mon tableau magnétique. »

Du coup, j’en sais pas plus.


Le mâche

Ah bah j’en ai vu des matchs de merde, mais des comme ça, rarement. Putain de purge EX comme on dit dans le milieu du versus (ma bite) fighting. Moi je m’étais monté un petit scénar genre le Maroc ça va être tranquille, ils vont au moins prendre trois pions dans le plat à tajine. Pour faire ce pronostic, je m’étais basé sur mon immense expérience du football marocain, que je vais te raconter comment c’est que je l’ai acquise.

Une fois, j’ai fait un five avec Capitaine Raï (mais si, tu sais bien, le mec qui faisait les Académies du PSG). Depuis, il me semble qu’il est parti au Niger, ou un truc comme ça). Tu vas me dire, c’est quoi le rapport avec le foot marocain? Et bien figure toi que Capitaine Rai est précisément Marocain. Bon peut-être pas en fait. Mais en tout cas, il vient de Maghrébie. Bon, peut-être pas non plus. Il est possible qu’il soit Putéolien (aucun rapport avec du sexe tarifé, ça veut juste dire qu’il vient de Puteaux). Mais ça change rien. Donc l’ami Capitaine Raï, il défend pas, il lâche pas une passe, il fait « shhhh shhhh » quand il veut que tu lui files le cuir, il fait aussi « shhhh shhhh » quand il fait ses passements de jambes et il commence toutes ses phrases par « wallah » ou « inchallah » ou « la vie de ma mère » ou les trois d’affilé. Attends, je confonds, c’était peut-être pas Capitaine Raï, mais son pote asiatique. En tout cas, je peux me vanter d’avoir une sacrée expérience du football marocain.

Bref, tout ne s’est pas passé comme prévu. Le Maroc (Marco !) a blindé en défense et a joué chaque contre avec un engagement total. Pendant ce temps-là, l’Espagne s’est contentée de ronronner en faisant tourner le ballon, sans idées, sans percussion, sans dribbles, sans changements de rythme. C’était tellement chiant bordel, on aurait dit un mauvais match du Barça, époque fin de règne de Guardiola. J’aurais pris plus de plaisir à m’enfoncer un cactus dans le cul.

Tiens, on a qu’à aller voir ce qu’en pense Gwen.

L’avis de Gwen Tagrenmer

« Mais arrêtez de me demander mon avis. J’en ai rien à foutre de ces gros sales d’espingouins, ces violeurs de jeunes filles éméchées, ces bouffeurs d’allocations.

Ah ça se l’est moins joué « la meute » face au gros mâle alpha qu’est Hervé Renard et sa bande à picsou hein. Ouais. On se comprend parfaitement.

Et puis on va pas mettre de GIF non plus, bande de putes à clics. Je donnerais pas le plaisir au Community Manager d’horsjeu d’écrire « NSFW KIKOOLOL », déjà qu’on m’a mis dans un placard à balais pour cette Coupe du monde. Et m’enfermer dans un placard avec pleins de balais à se carrer et rien d’autres à foutre pendant un mois c’est pas la meilleure des idées que l’humanité ait eu. Après je peux toujours vous montrer ma loche, ou la claquer contre ma table à manger ou mon ventre et vous le faire écouter si vous voulez. Mais dans ce cas on organisera un jeu-concours pour faire gagner un enregistrement.

Ils affronteront qui ? La Russie ? Qu’ils se battent à mort et qu’on assassine le vainqueur. Sous-peuples.

Bretagne indépendante. »

Purée, il a l’air un peu tendu en ce moment.


Les notes

Pour ne pas déroger à la tradition, j’ai raté la première demi-heure du match, soit deux buts. Dans ces conditions, pas facile de noter les joueurs. Mais pour une fois, j’ai une excuse tout à fait crédible et solide.

Figure-toi que j’étais tranquillement au bureau en train de faire du chiffre quand j’ai demandé à ma secrétaire (oui, j’ai grimpé l’échelle sociale, au moins le temps de cette Académie) de m’apporter un dossier. Cette gourde se plante et me fait perdre au passage un marché plus juteux que la chatte de ta grande sœur devant Drazic de Hartley Cœurs à Vif. Je décide donc de la châtier (ma secrétaire, pas ta grande sœur) avec fessée bien méritée. Ça l’a mise dans tous ses états cette petite salope ! Ni une ni deux, sa jupe déjà bien courte était relevée au niveau de ses hanches et mazette, cette cavalcade. Je m’en suis toujours pas remis. En sus de mes fluides, je crois bien que la gourgandine a aspiré mon âme avec son con. Des coups comme ça, laisse-moi te dire que t’en tires pas tous les quatre matins. Bref, avec tout ça, j’ai raté le début du match.

Ok, peut-être que cette scène n’a jamais eu lieu. Peut-être que je l’ai inventée pour faire plaisir aux lecteurs qui réclamaient le retour de l’érotisme et de la poésie dans mes torchons. Peut-être même que je me suis astiqué le manche à couilles en écrivant tout ça tellement ça m’a émoustillé, et que du coup c’est un peu dérangeant parce que c’est tout comme si je me branlais devant toi.

Mais j’ai quand même raté le début du match.

De Gea /3 : Je me demandais quand le mec allait enfin faire un putain d’arrêt dans la compétition. C’est chose faite, même s’il encaisse encore deux buts sur lesquels il ne peut pas grand-chose.

Carvajal /1 : T’es gros, tu vas à deux à l’heure et tu joues pour le Real ? T’es pas passé loin du 0.

Piqué /2 : T’es gros, tu vas à deux à l’heure, mais tu joues pour le Barça et tu peux faire toutes les mains que tu veux en toute impunité ? Du coup, un point de plus que pour Carvajal. Ma générosité me perdra.

Ramos /0 : Bon, il fait une connerie sur le premier but parce qu’il n’est pas attentif. C’est chiant, ça ne devrait pas exister à ce niveau, mais ça arrive même aux meilleurs. Par contre, quand ça se répète, ça devient gênant. Et puis la dernière fois que j’ai vu un mec se faire autant démolir sur corner (confer [je mets pas l’abréviation « cf. » parce que t’es tellement con que tu vas croire que ça veut dire « coup-franc » et ça n’aurait plus aucun sens] 2e but), c’était Varane en 2014 contre l’Allemagne.

Alba /3 : Bah forcément, quand tu joues à côté de tanches comme ça, tu passes un peu pour un génie.

Busquets /4 : Comme d’hab, quand tu ne le vois pas trop, c’est qu’il est bon.

Alcantara /2 : Le doublon parfaitement inutile de Busquets. Si au moins il avait apporté un peu de sa créativité à l’animation offensive…

Iniesta /5 : Le patron de l’équipe, c’est lui. Conscient que Ramos n’était pas trop dans le match, il teste sa réactivité avec un contrôle/passe/on-sait-pas-trop qui amène malheureusement le premier but marocain. Quoi de mieux pour motiver ses équipiers ? Ensuite, il combine divinement avec Isco pour l’égalisation.

Silva /2 : D’habitude, je l’aime bien parce qu’il est utile sans en faire des caisses. Là, je l’ai simplement trouvé médiocre. Après, peut-être que mon jugement est biaisé, rapport que j’avais la méga-chiasse parce que je me suis fait servir une Guinness frelatée.

Isco /4 : Bah voilà, quand c’est beau ET efficace, c’est tout de suite mieux.

Costa /1 : C’était clairement pas son match. Très peu de ballons touchés, et jamais dans la « zone de vérité » (cette expression de merde, je m’y ferai jamais, c’est vraiment à chier).

Les remplaçants : Je vais quand même mentionner Iago Aspas, rapport que bon, il met le but du 2-2. Mais ne compte pas sur moi pour aller plus loin.

Vu que cette notation était bien trop sérieuse, je te mets une photo d’un kangourou qui encule un cochon sous le regard avisé d’un canard, parce que c’est vachement drôle.

Il va vraiment falloir qu’on songe à rémunérer Impose ton anonymat vu comment on pompe leurs images sans vergogne.

Allez, à la revoyure les cons et les connes.

La bise cinquièmecolonnanale.

 

Fernando Nandrolonas

Tu sais où tu peux te la mettre ta biographie Luke Seafer ?

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.