La Lens Académie, section baby, note Lens-Bordeaux, 1-2

Après 3 tentatives d’écriture d’académie, Paris, Toulouse, OM, votre serviteur a du se rendre à l’évidence : la vie de papa est de moins en moins compatible avec celle d’académicien, surtout si on a un vrai boulot et une femme.
C’est donc nos amis bordelais qui devaient avoir l’honneur de se faire académiser. Devaient, car une saloperie de virus gastrique en a décidé autrement. C’est ainsi avachi comme une merde dans mon canapé, un sac plastique autour des oreilles et un rouleau de PQ greffé à la ceinture que j’ai tenté de suivre les pérégrinations de nos S&O.
Luissettinho en train de jouer aux voitures à ma droite, Luissettinho-inho (le nouveau, 6 semaines au compteur) et son bavoir à ma gauche, le chemin vers les toilettes devant moi, madame au bar pour préparer les cocktails Imodium-anti vomitifs-eau sucrée. Sans déconner si ce match là ne sent pas la lose, aucun ne le fera.

D’ailleurs, c’est notre saison qui sent la lose. 5 défaites en 6 matches, avec les seuls Toulousains capables de nous laisser des points, une bien belle arnaque contre Paris, pas mal de regrets à Marseille, et une constante : on ne joue pas mal mais il nous manque 4 trucs essentiels :

  • Des joueurs. C’est con mais ça aide. Ça nous éviterait en tout cas d’aligner des mecs qui ne figuuraient même pas sur la feuille de match en L2. Non, je ne parlerai pas de la compétence hors normes des mecs qui ont fait partir Ljuboja, Touré, Ducasse et ont tardé à renouveler Yahia ou Boulenger.
  • Cadrer nos frappes.
  • Marquer.
  • Tenir 90 minutes.

A côté de ça, on est largement meilleur dans le jeu que nos principaux concurrents dans la course au maintien, mais à ne pas jouer comme un promu, on va au-devant de grosses désillusions, surtout si on est incapable de concrétiser les occasions.

  • Evian est nul à chier, mais nous a battu.
  • Guingamp prend beaucoup plus de buts que nous, mais nous a battu chez nous
  • Bastia et Caen jouent comme des merdes, mais on ne les a pas battus..

Tout ce petit monde se retrouve de fait devant nous au classement. Alors c’est bien beau de déployer du jeu au SDF (putain de frappe de Landre à 1-2..) ou à Marseille si c’est pour se retrouver avant-dernier.

Ce week-end donc, Bordeaux. On ne présente plus les Marines : les Girondins, Maurice Papon, Claude Bez, Alain Juppé, Chaban-Delmas : ces mecs là n’ont pas réinventé l’honnêteté et ne sont pas là pour faire du sentiment. Ils viennent d’ailleurs en pleine polémique débile. Cet abruti de Sagnol s’est laissé aller à, ôh scandale, sous-entendre que les joueurs Africains n’étaient pas la panacée en terme de formation. Dans le pays des doigts de l’homme où les chaînes d’infos n’ont que ça à branler que de faire leur beurre sur du rien, c’est peu dire que l’ami Willy aurait mieux fait de disserter sur sa défense à 3 plutôt que de permettre à Thuram d’enfiler sa plus belle paire de lunettes d’intello pour nous dire que c’est du racisme anti-africain. Thuram qui nous vient, rappelons, de Guadeloupe. Autant dire qu’il est le mieux le placé pour nous parler de l’Afrique… AK s’est lui-même laissé aller à une analyse qui n’est pas sans rappeler l’état de la couche de junior la nuit dernière.
Bref.

C’est donc à moitié dans le coaltar que j’ai zieuté ce Lens-Bordeaux, incapable de plus de 4 minutes d’attention. Madame n’y connaissant rien au foot (Jurisprudence Bernard Lacombe), Luissettinho n’en ayant rien à biter depuis qu’on lui a offert un camion de pompier doté d’une sirène (merci mamie, on s’en souviendra à Noël quand on hésitera entre une box « voyage insolite » et des bas de contention « spécial varices »), c’est Luissettihno-inho qui s’y colle. Prends ça le travail des enfants chinois.
Etant donné qu’il ne sait pas parler, c’est par un procédé liant télépathie, lecture des pensées et décryptage de ses expressions que ce résumé prendra forme. Je lu laisse la place.

La tactique :

Areuh. (bonjour en bébé)
Pour des raisons pratiques, (je ne sais pas non plus écrire), c’est mon grand-frère qui a dessiné le plan d’attaque du Racing.

Touzghar – Guillaume et Chavrria sont en pointe.

 Le match :
Pendant que maman m’explique un peu comment ça marche (mettre un ballon dans un gros truc avec un filet en tapant avec le pied), papa me dit que le stade où on joue s’appelle la Licorne. Mon frère m’explique que c’est un cheval avec une corne mais qui n’existe pas en vrai.
Lens joue donc dans un stade à 200 km de la ville de Lens, qui porte le nom d’un truc imaginaire.

Je crois qu’on me prend pour un con. Je vomis.

4e minute : Un monsieur en jaune et rouge prend un ballon très fort dans le nez. C’est rigolo même si lui ne rit pas. Papa me dit que c’est Chavarria et que c’est une pleureuse. Comme il a l’air de dire que c’est pas bien de pleurer, je retiens mes larmes même si j’ai un rototo coincé qui me fait mal.
6e : papa part faire caca.
12e : Guillaume court vite mais tire mal.
18e : Valdivia court pas vite et tire mal.
24e : papa sort des toilettes. Un monsieur en noir réussit à mettre le ballon dans le filet. Papa repart aux toilettes. 0-1.
26e : mon rototo sort. J’ai ruiné mon pyjama. Maman râle.
28e : je m’endors. C’est nul le foot.
29e : mon frère relance sa saloperie de camion, il m’a fait peur, je me réveille, et pleure.
34e : papa aussi avait un rototo coincé, il repart aux toilettes.
41e : un monsieur noir en noir met un autre ballon dans le filet. Maman me dit que c’est le même ballon. Elle s’y connaît maman. 0-2
Un monsieur pleure sur un banc. Du coup moi aussi.

Papa repart au toilettes.

Une fois consolé, je m’endors devant le match. C’est chiant en fait le foot. Y’a des monsieurs qui tapent dans le ballon, d’autres qui tombent très fort par terre et ont très mal. D’ailleurs, papa m’explique qu’un monsieur en jaune a donné un pénalty pour nous. J’apprends que « nous » c’est Lens. Donc, nous, on perd. Je re-pleure.
Le pénalty, c’est facile, on met le ballon sur un point blanc, et on tire. Nous on a marqué. 1-2.

Papa repart au toilettes et moi j’ai mal un peu au ventre mais je ne le dis pas. Je me rendors. Une fois papa revenu, je somnole et l’entend râler parce qu' »on fait n’importe quoi ».
« Rentrer dans la surface sans tirer, c’est faire un slow avec sa sœur » qu’il dit papa. J’ai pas de sœur, mais ça a pas l’air terrible comme truc.
Je fais un gros prout qui me réveille en sursaut et faire rire mon frère. C’est con un grand frère, mais comme je suis gentil je ris aussi.

On a perdu, et papa a pas l’air content. Je sais pas si c’est parce qu’il a dit qu’il avait du sang dans son caca ou si c’est parce qu’il a marché sur le camion de mon frère pieds-nus en sortant des cabinets et qu’il est tombé. En tout cas, j’espère qu’on pourra encore regarder du foot et qu’on gagnera la prochaine fois.

Maman éteint la télé, redonne un Imodium à papa et un sein pour moi. J’aime bien les seins, c’est doux et chaud.
En plus, j’avais faim.

Au revoir.

Les gars :

Belon

Cavaré

Landre

Kantari

Baal

Valdivia

GBamin et Cyprien

Chavarria

Guillaume

Touzghar

Remplaçants :

Nomenjanahary

Coulibaly

Grosse merde :

Luissette@R_Direktor et les gosses.

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

9 commentaires

  1. Vous êtes nuls et ça a l’air de vous plaire. Vous aimerez donc le match Noeux-les-Mines / Red Star de ce dimanche.

  2. Et puisque t’en parle, SOS Racisme, toujours là pour les combats de fond, porte plainte contre Sagnol.

  3. Et non, je ne dirai rien sur le fait de danser un slow avec sa soeur dans le Nord, je veux pas avoir de problème avec SOS Racisme.

  4. Non, même pas. La qualité de cette acad’ m’a fait passer outre quelques allégations mensongères sur le niveau de jeu des Croix de Savoie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.