Rennes-Mura (1-0) : La Breizhou Académie s’en contentera

1

Salut camarades,

Après le match compliqué face à Troyes, le Stade Rennais retrouve la coupe d’Europe et l’équipe slovène de Mura, battue sur le plus petit score au match aller. Une victoire convaincante face au « petit poucet » du groupe ferait le plus grand bien avant la réception de Lyon dimanche et permettrait de prendre une sérieuse option sur la qualif’.

Vu l’adversaire et l’enchainement des matchs, Pep Genesio fait tourner. Salin, Truffert, Badé, Assignon, Santamaria, Majer et Guirassy sont titulaires. L’occasion pour eux de montrer qu’ils peuvent venir titiller les titulaires habituels ou simplement reprendre un peu de rythme.

Le match :

La Breizhou Académie a rarement assisté à une attaque-défense aussi outrageuse. Mura était peut-être venu pour découvrir la place du Parlement, la galette-saucisse ou Saint-Malo, mais clairement pas pour jouer au foot. Les stats parlent d’elles-mêmes : 62 % de possession pour les Rouge et Noir, 26 tirs (7 cadrés) contre 7 tirs (1 cadré), 11 corners à 6. Et encore, tout cela est « adouci » par le dernier quart d’heure, sur lequel nous reviendrons ultérieurement.

Les Rennais entament le match comme il se doit : ils confisquent le ballon, pressent et jouent haut, cherchent tout de suite à faire mal et acculent les Slovènes sur le but. Malgré plusieurs bons coups de pieds arrêtés, ils ne parviennent pas à marquer et s’empêtrent petit à petit dans la toile défensive pourtant poreuse de leur adversaire. Mura dégage une impression étrange : recroquevillés sur leur surface avec une ligne de cinq et une ligne de quatre, ils laissent quand même des espaces, que les hommes de Genesio ne parviennent pas à exploiter correctement. Manque d’automatismes et de repères pour les néo-titulaires, maladresse technique. Pourtant, en face l’électrocardiogramme est plat : le ballon brûle les pieds des Slovènes, incapables de se montrer menaçants. Au retour des vestiaires, bis repetita. Là où l’on se disait en première période qu’il n’y avait pas lieu de paniquer et que ça finirait par rentrer, la physionomie du match laisse craindre des regrets. Arrive le moment où l’ouverture du score procurerait plus de soulagement que de joie, d’autant que, malgré leur faiblesse abyssale, nos adversaires ne seraient pas contre l’idée de nous en coller un dans le fondement. Heureusement, sur un nouveau coup de pied arrêté joliment tiré par Majer, Badé trouve le chemin des filets pour la première fois sous nos couleurs. Ouf (1-0, 76e).

La Breizhou Académie soulignait dernièrement l’agaçante manie des Rennais de trop reculer une fois l’avantage pris. Il est des habitudes dont on aimerait bien se débarrasser, mais visiblement pas celle-là : les Slovènes ont beau afficher un niveau de National, les Rouge et Noir se liquéfient et s’offrent un dernier quart d’heure diarrhéique, à base de fébrilité défensive, de pertes de balle et de loupés offensifs. Il faut dire qu’ils n’ont pas été aidés par le coaching incompréhensible de Pep Genesio – rappelant celui face à Brest – qui laisse son équipe finir avec deux milieux offensifs à la récupération, entourés de U19 qui avaient l’air de se foutre du match comme de leur première Switch. La Breizhou Académie a parfois du mal à suivre ce coach : certaines de ses intuitions sont intelligentes et payantes, mais parfois on a l’impression qu’il demande à un enfant de 5 ans de piocher des noms au hasard dans un chapeau. L’immense foutoir sur le terrain pendant 15 minutes aurait été drôle s’il n’avait pas concerné notre équipe.

On se serait bien passé de ces gouttes de transpiration dans la raie, mais on retiendra l’essentiel : la victoire. Dans l’autre match, Tottenham et son nouveau coach ont battu Arnhem. Une victoire ou un nul face aux Néerlandais dans trois semaines et les Rennais seront qualifiés.

Les joueurs :

Salin : 3-/5. Difficile de le noter, n’ayant pas eu grand-chose à faire. Toujours ce style particulier, mélange de Neuer et de Porato.

Truffert : 1/5. Face à un adversaire aussi faible, c’est anormal de se retrouver autant en difficulté défensive. Il a essayé offensivement, sans convaincre, même s’il aurait pu obtenir un péno en première période. La hype de la saison dernière semble définitivement éteinte.

Aguerd : 3/5. Il a tout pris de la tête, derrière comme devant, sans marquer cette fois. A plutôt bien bouché les trous laissés par Truffert ou Santamaria.

Badé : 3+/5. Match idéal pour son retour, où il a passé une soirée globalement tranquille, malgré une baisse de régime après la pause. Il marque son premier but et donne la victoire à son équipe, espérons que ça lance sa saison.

Assignon : 1/5. Un début de match intéressant, vite oublié face à ses errements défensifs. Pertes de balle, jeu à contretemps avec Bourigeaud, centres inutiles sans lever la tête… Traoré peut dormir tranquille, même sur le terrain.

Sulemana : 2/5. Aïe, deuxième match raté de sa part. Il a sans doute besoin de souffler, mais malgré une envie manifeste, ses dribbles ont été une nouvelle fois stériles et stéréotypés. Il est maintenant attendu par ses adversaires, qui lisent mieux son jeu. A voir s’il saura s’adapter. Remplacé par Tchaouna (88e, non noté), qui a eu le temps de prendre son petit jaune.

Santamaria : 2+/5. Il a mis vingt minutes à réussir une ouverture, puis s’est montré de plus en plus intéressant. Auteur de quelques frappes peu dangereuses, mais qui démontrent son envie. Toujours des pertes de balle pénibles, qui témoignent plus d’un manque de confiance que de talent. Remplacé par Tait (67e, non noté), qui s’est retrouvé dans un rôle de récupérateur au pire moment.

Majer : 3+/5. La satisfaction de la soirée. Nombreux étions-nous à souhaiter sa titularisation, il a montré qu’il en était digne. Une dégaine so 90s, un pied gauche délicieux, une intelligence de jeu. Il a fait du bien dans l’animation et les coups de pieds arrêtés. Attention toutefois à ne pas trop porter la balle.

Bourigeaud : 2/5. Pas aidé par le non-apport de son latéral, le capitaine d’un soir a été plus timide qu’à son habitude. La Breizhou n’a pas compris sa permutation avec Sulemana, qui les a fait disparaitre tous les deux lors du premier acte. Remplacé par Tel (75e, non noté). La Breizhou ne reprochera jamais à un jeune de ne pas être assurer. En revanche, à ce niveau de je-m’en-foutisme, il y a des 1vs1 avec Cyril Jeunechamp qui se perdent.

Terrier : 2/5. Ca ne marche toujours pas avec Guirassy. Définitivement ? Remplacé par Laborde (67e, non noté), qui a mis de l’impact et a récolté un jaune sévère.

Guirassy : 2/5. Le voir partir en dribble, c’est comme voir son gosse faire du vélo pour la première fois : on oscille entre attendrissement et marrade, et on sait que ça finira forcément le nez dans la pelouse. Certes, il pèse sur les défenses, mais un pivot qui préfère tricoter que servir ses partenaires, ça la fout mal. Remplacé par Abline (75e, non noté). Bon… On va mettre ça sur le dos de Genesio qui a totalement déséquilibré l’équipe avec ce coaching.

Le Stade Rennais a assuré l’essentiel, sans faire vibrer les foules. Il faudra montrer de bien meilleures choses si l’on veut prendre des points face à Lyon dimanche.

ALLEZ RENNES

————————————————————-

Horsjeu.net a besoin de toi pour exister. Tu as envie d’aider ou de participer ? Alors clique sur les boutons ci-dessous pour que vive l’Alterfoot.

Tu te demandes ce que tu fous sur Twitter ? Moi aussi.

Marco Grossi

1 thought on “Rennes-Mura (1-0) : La Breizhou Académie s’en contentera

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.