Stade Rennais FC – Toulouse (3-2) : La Breizhou Académie se soulage enfin

Après une défaite sportive aux allures de victoire morale face à Cluj en Ligue Europa, les Rouge et Noir devaient impérativement traduire ce moment en déclic sur le terrain.

La composition :

Stéphan reconduit logiquement le même schéma et les mêmes acteurs, à l’exception du capitaine Da Silva qui retrouve sa place. Grenier toujours écarté du groupe.

Mendy – Maouassa, Gnagnon, Da Silva, Traoré – Camavinga, Bourigeaud – Niang, Raphinha – Del Castillo, Hunou

Le match :

Le moins que l’on puisse dire, c’est que déclic il y a eu : en six minutes, nos joueurs inscrivent deux buts somptueux. Dès la 3e minute, Maouassa trouve Niang dans la surface qui envoie une demi-volée sous la barre de Reynet, avant qu’une chouette combinaison sur coup-franc entre Bourigeaud, Gnagnon et Hunou nous permette de doubler la mise. Rennes 2-0 Toulouse.

Wow.

On s’attendait à de l’envie et de l’intensité, mais pas à ce point. Les Toulousains sont sonnés, tandis que côté Breton, on gère. Un peu trop, justement : à force de se croire arrivés, les joueurs de Stéphan laissent les Violets se remettre tranquillement dans le match avec une première alerte via Sanogo et Dossevi (24e). Kombouaré effectue un changement avant la demi-heure, son équipe reprend des couleurs tandis que nous avons de plus en plus de mal à ressortir des ballons et à construire. Vu la période pour le moins compliquée que l’on traverse, marquer deux buts n’est évidemment pas suffisant. La preuve, avec la réduction du score de Dossevi sur un centre mal apprécié par Mendy, juste avant la pause (41e). Rennes 2-1 Toulouse.

Là, on sait qu’on va passer une deuxième période éprouvante. Les joueurs vont flipper, le manque de confiance va nous inhiber tandis que côté toulousain, on ne va pas se faire prier pour mettre la pression. Bingo : le match est à sens unique, avec des Rennais incapables d’enchainer trois passes et sous la menace constante des attaquants adverses. Stéphan fait rentrer Siebatcheu pour essayer de faire remonter le bloc, mais c’est peine perdue : sur une faute subie par Del Castillo mais attribuée aux Toulousains, Gradel expédie le coup franc au fond des filets. Egalisation à la 84e minute, le cauchemar continue. Rennes 2-2 Toulouse. Stéphan joue son va-tout en faisant entrer le jeune Gboho dans les arrêts de jeu, alors que l’on pousse désespérément. Et, bordel, ça fonctionne : sur un tacle de charcutier de Da Silva, Bourigeaud remonte le ballon, sert Raphinha sur l’aile droite. Le Brésilien (edit./note à moi-même : pas Portugais, pauvre tâche) trouve Siebatcheu en pivot dans la surface, celui-ci remet en une touche pour Gboho qui trompe Reynet dans les derniers instants (90+2e). Rennes 3-2 Toulouse. OH LE PIED. Le stade chavire, les joueurs et l’entraineur exultent, tandis que je ruine la sieste de tout l’immeuble avec des cris à la limite du porcin. On la tient enfin cette putain de victoire, deux mois après.

Si la manière a été pour le moins éprouvante pour nos cœurs et nos slips, on retiendra les trois points pris au bout du suspense, un scénario qui fera assurément du bien aux joueurs, dont le mérite a été de ne rien lâcher. On sait que la route est encore longue pour remettre l’équipe à l’endroit, tous les maux n’allaient pas disparaitre avec la fin de match contre Cluj. Mais cette victoire enraye la psychose et va permettre à Stéphan de travailler plus sereinement.

Les joueurs :

Mendy : 1/5.

Est-ce qu’il joue blessé ? En tout cas il a été catastrophique hier, avec plusieurs sorties aériennes ratées – dont celle du premier but – et un plongeon bien court sur l’égalisation de Gradel.

Maouassa : 2-/5.

Une passe décisive puis plus rien. Ah si : des prises de balle qui ont fait grimper le slipomètre à chaque fois. Remplacé par Morel (non noté), qui n’a cette fois pas donné de but à l’adversaire, il y a du progrès.

Gnagnon : 3/5.

Superbe passe décisive pour lui aussi. On retrouve le Joris guerrier et offensif, c’est bien.

Da Silva : 3-/5.

Ecarté par Stéphan en Ligue Europa, le capitaine avait des choses à prouver. Tout n’a pas été parfait, mais ce tacle de sauvage qui amorce le but vainqueur nous fait tout pardonner.

Traoré : 2/5.

On peine à retrouver le Hamari flamboyant, même s’il s’en est fallu de peu pour qu’il marque enfin.

Camavinga : 3-/5.

Toujours cette aisance technique, mais il a été trop discret.

Bourigeaud : 2/5.

Il avait laissé beaucoup d’énergie contre Cluj : les Toulousains nous ont bouffé au milieu pendant 70 minutes.

Niang 3/5.

Quel but. Et quelle belle image de le voir courir dans les bras de Stéphan, suivi par le reste du groupe. Sinon, un peu de repos lui ferait du bien.

Raphinha : 3/5.

Pas encore décisif, mais il est de mieux en mieux. Il prend sa place, on sent qu’il est au-dessus techniquement, un but l’aiderait à se lâcher complètement.

Del Castillo : 3/5.

Il confirme sa bonne forme du moment, il est juste techniquement et cette position derrière l’attaquant (avant de passer sur l’aile en 2e période) lui va bien, c’est le relais qui nous manquait. Remplacé par Gboho (non noté), dont mes voisins se souviendront longtemps. Beaux débuts, gamin.

Hunou : 2/5.

Ok, il marque son traditionnel but d’opportuniste, mais il a trop peu pesé par la suite. Remplacé par Siebatcheu (non noté), auteur d’une remise en pivot de toute beauté pour Gboho. Il a les qualités de fixateur dont on a vraiment besoin, il lui manque de la confiance pour être régulier.

ALLEZ RENNES

Marco Grossi

Marco Grossi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.