La Calcio Académie vous raconte la 25e journée de Serie A

Introduction introductive

Le suspense est terrible. Vous ressentez la pression, la fièvre vous envahit. Vous avez du mal à respirer, vous suffoquez à l’évocation d’une fin de saison terrible. Notre verdict est implacable. Vous êtes atteint du virus de la Serie A. Si vous n’aimez pas spécialement le foot et encore moins l’Italie, nous vous conseillons de vous rendre chez un médecin et de mettre un masque pour le bien de tout le monde. 

Des images terrifiantes venues d’Italie.


Nous voulions vous faire une introduction (un peu) rigolote sur le CoronaVirus mais les derniers évènements nous incitent à rester sage. C’est con, ça aurait été marrant d’inventer une pandémie particulièrement meurtrière dans la Curva de l’Hellas. On imaginait déjà le coupable idéal. Le trop fameux président des supporters, raciste invétéré et crétin assumé qui vient contaminer ses frères de sang pur. L’étranger qui terrasse les fachos, vous admettrez que le scénario a de la gueule. 

Comment va se terminer le championnat ? Tous les matchs seront-ils joués à huis clos ? La pandémie peut-elle être encore endiguée ? D’après les dernières informations venues d’Italie, le Juve-Inter de dimanche prochain devrait se jouer, mais dans un stade vide. Cette saison ne peut pas se terminer ainsi dans le chaos et la confusion.

Au-delà de l’aspect sanitaire plutôt préoccupant, c’est toute l’Italie du foot qui vacille. Nous vous livrons une micro-académie de six matchs et un classement tronqué. Nous avons également une pensée pour les 229 personnes atteintes par le Virus. Finalement, malgré l’enjeu, la pression et la passion, le football reste bien peu de chose (et ça compte tellement).

Fiorentina – Milan AC (1-1) :
On en a VAR. Logiquement l’assistance vidéo doit corriger les erreurs évidentes de l’arbitre. On ne va pas s’en cacher ni se mentir. Nous sommes ici tous contre son application et même son principe. Mais la Vidéo fait désormais partie de notre quotidien. Nous n’avons pas bien compris toutes les décisions sur ce match. Zlatan se voit refuser un but pour une main pas trop évidente, Dalbert se fait expulser pour une poussette pas trop évidente, Cutrone obtient un pénalty sur une faute très loin d’être flagrante. Au lieu d’aider l’arbitre, au lieu d’éteindre la polémique, la vidéo les alimente avec une régularité et une constance étonnante. Le Milan et la Fio se partagent donc les points. Les Rossoneri passent à côté du bon coup du weekend. Plus fort collectivement et en supériorité numérique, les hommes de Pioli se sont fait piéger en contre. La viola se satisfera du résultat au vu des circonstances mais les toscans ne sont pas encore sorti d’affaire.

C’est vrai Michel, mais la corruption c’est pas top top non plus…

L’actualité milanaise se joue une nouvelle fois en coulisse. Stefano Pioli est déjà sur sellette. Maldini aurait déjà choisi son successeur. Si les observateurs de la Serie A ne sont nullement surpris d’apprendre la future éviction de Pio-Pio, la rumeur de son futur départ arrive un peu tôt. A l’heure où le Milan va un peu mieux, où Rebic semble enfin prendre son envol, où Bennacer s’installe enfin au cœur du jeu, le changement d’entraineur ne semble pas le sujet prioritaire… à moins de vouloir gacer sa fin de saison. C’est peut-être l’idée après tout. 

Les Rossoneri devront se passer pendant quelques semaines de Donnarumma qui s’est fait une bonne entorse à la cheville. Ça fait plus mal qu’une entorse au contrat mais ça fâche moins les supporteurs…

Les buteurs : Pulgar pour la Fio, Rebic pour le Milan.

Brescia – Napoli (1-2) :
Brescia n’y arrive plus. Deux points pris en 2020 pour les Lombards qui feront logiquement l’ascenseur en fin de saison, embarquant la SPAL et probablement l’un des clubs de Gênes avec eux. Il ont pourtant ouvert la marque par Chancellor sur corner, mais les dés semblent pipés. Une main dans la surface et un rigore de rigueur que ne se fait pas prier Insigne pour transformer, et une frappe magique de Fabian Rui feront office de saucisse poignardante pour le fondement brescianal. Le Napoli quant à lui est toujours en mode lune de miel avec Rino Gattuso et ses gros attributs. Pourvu que ça dure (la belle aventure, les fêtes à Bayonne, les remparts de Carcassonne…)

Les buteurs : Chancellor (26e) pour Brescia, Insigne (49e SP) et Rui (54e) pour le Napoli.

Bologne – Udinese (1-1) : L’Udine tenait ses trois points précieusement quand surgit le vieux Palacio. D’une reprise du gauche dans les arrêts de jeu, l’ancien interiste égalise au nez et à la barbe de Musso. L’égalisation est plutôt logique. Bologne a dominé, sans pour autant produire beaucoup de jeu. Contre équipe de l’Udine repliée sur elle-même après son ouverture du score (une belle tête piquée d’Okaka sur un centre précis de De Paul), les hommes de Sinisa Mihajlovic peinent à se montrer dangereux. Ils n’y parviennent que de temps en temps et toujours par l’intermédiaire d’Orsolini. Le jeune espoir Italien (23 ans) a tout tenté mais à chaque fois un pied trainait (pas Charles hein), ou Musso s’opposait. 

Il aura pourtant fallu un loupé pour parvenir à tromper la vigilance des primo bianconeri. Orsolini, encore lui, tente un retourné désespéré. Il s‘élève en l’air tel un Olivier Atton. Il semble suspendu en l’air, le temps s’est arrêté et… il rate le ballon. Il ne le touche même pas. Ce détail n’en est pas un. Le presque divin chauve avec sa queue de cheval (un jour, nous vous expliquerons pourquoi il vaut mieux accepter sa calvitie plutôt que d’être dans le déni) surgit devant tout le monde. Palacio est le héros du jour.

Buts : Palacio pour Bologne, Okaka pour Udine.

Genoa – Lazio (2-3) :
Et si le Genoa sortait des soins palliatifs pour sauver sa peau et enfoncer le voisin honni ? Mouais, pourquoi pas hein mais bon, force est de constater qu’il existe de meilleurs adversaires qu’une Lazio invaincue depuis 20 matches en championnat pour commencer une série de victoires du côté des grifoni. Et quand ils encaissent un but dès la deuxième minute, ça n’augure rien de bon pour eux. La Lazio elle nous régale et confirme qu’avec l’Atalanta elle est l’équipe qui joue le mieux au football en Italie (en Europe ?). L’inévitable Ciro Immobile et son 27e but de la saison rendent l’avance confortable pour les laziali. Et si Cassata réduit le score d’un enroulé limpide juste devant la surface de réparation, c’est pour mieux faire briller Cataldi sur coup-franc dans les mêmes conditions quelques minutes plus tard. La Lazio ne laisse rien au hasard, et même si Criscito y va de son péno dans les arrêts de jeu ce sont bien les biancocelesti qui repartent de Gênes avec les trois points. Chose qui ne leur était arrivée qu’une fois en dix ans, tout de même.

Les buteurs : Cassata (57e) et Criscito (90e SP) pour le Genoa. Marusic (2e), Immobile (51e) et Cataldi (71e) pour la Lazio.


Roma – Lecce (4-0) :
La louve a bouffé l’aigle des Pouilles. Il n’en reste plus rien, ni les plumes, ni les serres, ni le bec. Lecce n’a jamais existé, même pas l’instant d’une seconde. Liverani avait beau s’agiter, s’énerver et s’exciter sur le bord du terrain que ça n’y changeait rien du tout.  Quand les Giallorossi jouent aussi bien, c’est un véritable message de paix au monde entier et une belle leçon pour l’ONU et la Real Politique (de merde). Under le turc reçoit une passe de Mkhitaryan l’arménien. Dzeko, le Bosnien, combine avec Kolarov, le serbe. La Roma gagne avec la manière et sans tousser et postule pour le prix nobel de la paix. 

Et si le foot apportait un peu de paix pour une fois… ?

Buts : Under, Mkhitaryan, Dzeko et Kolarov, tous pour la Roma.



SPAL -Juventus (1-2) :
CR7. CR11. CR1000 ? Oh et puis merde accolez-y le numéro/nombre que vous voulez. L’important c’est qu’il marque et qu’il aide son équipe à gagner. La SPAL est nulle, ça bouge pas. Il en faut toujours au moins une par saison, d’équipe punching-ball. Et bien la voilà mesdames messieurs. Du coup Aaron Ramsey (NON JE NE RENDRAI PAS LE GALLOIS Y EN A MARRE MAINTENANT) a profité de la ballade pour y aller de son petit but soyeux, du genre qu’on voudrait voir plus souvent. Peut-être mercredi contre Lyon ?

Les buteurs : Petagna (69e SP) pour la SPAL; Cricri (39e) et Ramsey (60e) pour la Juventus.



Note artistique de la journée : nope/5 :
Ce serait quand-même malvenu de noter 0,6 journée, soit exactement ce qu’on a eu ce week-end. Le drame n’a pas été entier, alors la note n’aurait pas de sens. Et puis on avait prévu des blagues douteuses sur les amants de Vérone qui meurent toussa et puis bon comme le disait Kiki on n’a pas le cœur à rire des morts. Enfin ça dépend desquels, mais pas là. On se contente donc de dire du mal des vivants.

On a quand-même aimé le but de Ramsey, les jolis buts du match Lazio-Genoa, le message de paix (et surtout la démonstration footballistiue) de la Roma.

On a quand même détesté l’espèce humaine, particulièrement la majorité de droite.

Voilà le classement, et le lien vers les buts sur la page Youtube de la Serie A. On est des monstres mais on a un semblant de coeur.


Vous connaissez les boutons du dessous, on vous la fait plus. Mais le saviez-tu ? Quoi donc ? Mais que le super-héros sodomite du football arrive en livre bieng sûr ! Superacad contre Menesis, 224 pages de bonheur pour 16,90€ fdp compris, ou plus pour des contreparties chanmax.

C’est ici que ça se passe.


Bacci anali, et ULULEEEEEEEEEEEEEEEZ !

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même de l'Inter.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.