Internazionale – Pescara (3-0) : INDISTRUTTIBILE!!!

Buongiorno a tutti !

« Once I wanted to be the Greatest, No wind or waterfall could stop me », c’est sur ces mots que Cat Power commence cette petite merveille qu’est « The Greatest ». D’une douceur folle, cette mélodie accompagnée d’un rythme épuré à la batterie et de nappes mélancoliques au piano me garantit un ton simple et romantique pour cette académie. C’est aussi l’image de l’Inter actuellement. Qui peut l’arrêter?

Encore une fois, ça devient une habitude, mais nous l’avons dit il y a plusieurs semaines, « confiez votre club à des experts et nous atteindrons des sommets », l’Inter l’a emporté. Alors tout n’a pas été parfait. Loin de là. Il reste toujours des trucs médiocres, à changer, à améliorer, mais dans cette quête folle d’une remontée inexorablement attirée par le podium de la Serie A, l’Inter vise surtout les trois points. Parfois qu’importe la manière, d’ailleurs en mai prochain si nous atteignons une place en Ligue des champions, nous souviendrons nous que nous avons galéré de temps en temps à créer, à imposer notre jeu, voire à être sympa à regarder? Non. On se dira que cette équipe a posé ses couilles, que Pioli a réussi là où les autres ont échoué, et qu’il a su redonner des couleurs à ce blason légendaire beaucoup trop piétiné ces dernières années. Bordel, c’est l’Inter, on se doit d’être respecté bande d’enfoirés, et quiconque se dressera sur notre chemin il se devra d’être châtié. Bon, je reviens à un peu de douceur comme je m’étais promis de l’être au moment où je me suis connecté au site.

Je l’avais dit en décembre dernier, répété il y a peu ici, mais ce mois de Janvier devait être une rampe de lancement dans la quête à la troisième place, ou tout du moins à un rapprochement significatif pour une qualification en Ligue des Champions. Je regarde en arrière, et qu’est ce que je vois? Du parfait. D’un point du vue comptable, c’est juste parfait. L’Inter a remporté tous ses matches, donc bilan… parfait. Sur le terrain, ça score, ça joue, certes des lacunes au niveau des latéraux sont encore à pointer du doigt, mais bordel ça circule. Je pense, et je n’ai pas peur de le dire, que nous avons l’un des plus beaux milieux d’Europe. Les joueurs se mettent tous au diapason. Où est ce Kondogbia si brouillon durant toute l’année 2016 ? Le voila qui « tel un Sphinx », pour rendre hommage à Emmanuel Petit, renaît de ses cendres en accumulant les bonnes prestations. Je vous l’ai dit, la seule chose qui me rend fébrile se situe en défense et sur les côtés. Clairement notre point faible. Ce mois-ci ça allait, en face ça joue dans le ventre mou ou c’est quasiment en Serie B, mais dans une semaine ? Face aux 12 joueurs de la Juve? Qu’en sera t-il? Gros, ÉNORME point d’interrogation. Néanmoins, force est de constater que cet Inter a réussi ce qu’elle ne savait pas faire les années précédentes : Gagner dans la difficulté contre plus faible. Combien de fois les Nerazzurri se sont pris les pieds dans le tapis contre des futurs relégués ? Dois-je remettre sur la table ces matches de merde à Parme, l’Atalanta ou Carpi à domicile? N’était ce pas un pur scandale? Si nous avions su élever notre jeu, peut être que nous aurions participé à mieux qu’une Europa League. Avec des « si »…

Bref, venons en au match de samedi soir.

Les compositions : 

On ne change pas une équipe qui gagne. Medel à la place de Murillo dans l’axe central, Nagatomo à gauche pour remplacer Ansaldi exclu la semaine dernière. D’ailleurs, j’en profite pour dire que je fanfaronnais à l’idée de ne pas voir Ansaldi ce week-end, mais évidemment je suis vite revenu à moi quand j’ai pensé à Nagatomo. Putain. Douceur douceur. Devant, c’est de l’amour. Brozovic et Gagliardini <3, et Joao Mario Perisic et Candreva pour épauler Mauro « Il Capitano » Icardi seul en pointe. En face, Bahebeck. Putain Bahebeck. J’irai pas plus loin.

« Moi, serein, avant d’aborder ce match »

Primo Tempo : 

  • 12ème : Candreva au corner, Gagliardini dans la surface de réparation récupère le ballon et le rend à Candreva, nouveau centre, Pescara dégage, Gagliardini à la réception, centre instantané pour Miranda seul au second poteau, tête, à côté.
  • 19ème : Remontée du ballon côté Pescara, Bruno, à 25 mètres, plein axe, tente sa chance, Handanovic repousse dans les pieds de Verre qui reprend et marque, mais but annulé pour un hors jeu au moment du premier tir. Putain, j’ai flippé parce que Pescara est en place sur ces premières vingt minutes. VAI VAI VAI!!
  • 21ème : Joao Mario, balle au pied, s’avance, il n’est pas attaqué, arrive aux abords des 16 mètres, il décoche une frappe à ras de terre, Bizzarri la détourne en corner.
  • 22ème : Corner à deux (PUTAIN DE MERDE!), Brozovic centre, ça passe au dessus de la défense, D’Ambrosio à toute blingue arrive au second poteau et… RETEEEEE RETEEEEEEEE RETEEEEEE DELL’INTER!!!!! D’Ambrosio!!!!!!!!! Il était seul, Bizzarri n’a rien pu faire, le ballon lui est tombé pile sur le plat du pied et il n’avait plus qu’à le pousser  dans le but, 1-0 PER INTER!!!!!
  • 28ème : Candreva, depuis son camp, remonte à toute allure le terrain, Icardi demande le ballon en profondeur mais c’est donné à Joao Mario à droite qui centre, c’est dégagé. Icardi pas content.
  • 33ème : Corner, cette fois joué directement, Gagliardini jaillit, mais poussé dans le dos, ne peut reprendre correctement le ballon, ça sort. Bah ouais, on joue à 11 nous.
  • 35ème : Pescara essaie de se dégager, Nagatomo au pressing, Bruno chie son dégagement, Joao Mario aux 16 mètres s’empare de la balle, entre dans la surface, seul, frappe, Bizzarri repousse, le Portugais récupère et rate son centre qui atterrit dans les bras du gardien de Pescara. Icardi pas content².

  • 42ème : Joao Mario à 20 mètres, coté droit, trouve Icardi dans l’axe, Mauro décale Perisic à gauche dans la surface de réparation, centre du Croate pour Joao Mario qui a suivi… RETEEEEE RETEEEEEE RADDOPPIO DELL’INTER!!! JOAO MARIO 2-0!!! Joao Mario dans les 6 mètres n’a plus qu’à reprendre ce centre à mi hauteur, Bizzarri trop court pour l’intercepter est battu, 2-0 PER INTER!!!

Mi temps sur ce score de 2-0, l’Inter a su attendre son heure pour crucifier Pescara. La défense trop attentiste et limitée, pas assez concentrée, n’a rien pu faire pour contrer les assauts interistes, deux buts quasiment identiques, deux joueurs qui se retrouvent seuls devant le but ouvert grâce à deux offrandes. Propre.

« Cet Inter me laisse rêveur… »

Secondo Tempo :

  • 58ème : Bahebeck récupère à 20/25 mètres des buts de Samir, il s’enfonce, efface Brozovic, Handanovic sort, il frappe, c’est repoussé, le ballon revient dans les pieds de Verre qui reprend en force, ça passe au dessus de la transversale! Pescara était à quelques centimètres de revenir dans le match.
  • 72ème : Candreva récupère et remonte le terrain, il passe à D’Ambrosio à droite, Icardi, hors jeu, demande le ballon, il lui est donné, il centre pour Eder… GOOOOOOOOOOL!!!!! RETE!!!!!! 3-0!!! Eder seul dans les 6 mètres n’a plus qu’à fusiller Bizzarri, l’Inter se met définitivement à l’abri au cours de cette seconde période que l’Inter a manié avec brio, en se faisant parfois peur dans ses dégagements, mais l’essentiel est là, Pescara est à terre. 3-0!
  • 83ème : Joao Mario perd le ballon à 40 mètres des buts de Bizzarri, Benali tente de se relancer mais se chie dessus, Gabigol le reprend, s’avance et décoche une frappe sèche que Bizzarri détourne.

Fin du match, l’Inter s’impose sans difficulté face à une équipe de Pescara qui file tout droit en Serie B. L’Inter récupère la quatrième place de la Lazio qui s’est inclinée auparavant à domicile contre le Chievo. Hasard ou réalité scientique ? C’est contre cette même formation de la Lazio que l’Inter jouera sa place en 1/2 finale de Coppa Italia ce mardi à 20h45 à Meazza.

Les notes : 

Handanovic 3+/5 : Peu de travail pour le grand Samir mais présent quand il le fallait. Sort parfaitement au devant de Bahebeck, intransigeant dans les airs.

D’Ambrosio 3+/5 : Il débloque son compteur but cette année grâce à l’ouverture du score, ensuite peu inquiété sur son côté, il donne le ballon du 3-0 à Icardi qui sera décisif pour le 3-0 d’Eder. C’était Pescara en même temps… ça sera différent la semaine prochaine au Juventus Stadium. Remplacé par Davide Santon à la 85ème.

Miranda 3+/5 : Tout près d’ouvrir la marque sur un centre de Gagliardini, il fut ensuite serein dans l’axe de la défense. Peu de boulot finalement.

Medel 3+/5 : Comme Miranda, bon match de Medel à la place de Murillo. Il a su imposer son physique et sa niaque contre les (rares) offensives de Pescara. Pioli dispose d’une excellente solution de rechange en défense centrale.

Nagatomo 3/5 : Il a beaucoup couru, j’étais comme un dingue sur une contre attaque de Pescara qui, heureusement, a vu son but être annulé pour un hors-jeu mais si Pescara avait marqué, c’était pour lui. Ensuite, un carton jaune de merde récolté à la 54ème pour intervention illicite et en retard. Souvent pointé comme rapide, force est de constater que le Japonais aurait besoin d’être débridé à certains moments (Merci de passer à la compta chercher votre chèque Diego, vous êtes viré NDLR).

Gagliardini 3+/5 : Très propre comme d’habitude, il apporte le surnombre en attaque, toujours tout près d’inscrire son premier but sous le maillot de l’Inter, il aurait pu s’il n’avait pas été poussé dans la surface. Ça viendra.

Brozovic 3+/5 : Gros match de Marcelo, il a touché un nombre incalculable de ballon, très disponible pour ses coéquipiers il a aussi récupéré un paquet de ballons.

Candreva 3/5 : Présent, vif, il n’a pas non plus été exceptionnel sur son côté. Après ses longues remontées de balle permettent de porter très rapidement le danger dans le camp adverse comme nous avons pu le voir lors du troisième but de l’Inter. Remplacé par Gabigol à la 76ème, tout près d’inscrire son premier but tant attendu.

Perisic 3/5 : Passeur décisif pour Joao Mario, il a apporté sa technique dans les phases offensives sans être pour autant, comme Candreva, être génial.

Joao Mario 3+/5 : Bon match encore une fois du Portugais, buteur, il aurait pu inscrire d’autres pions s’il avait su être décisif dans le dernier geste. Dommage.

Icardi 3/5 : Furieux que Joao Mario ne lui ait pas donné par deux fois la balle, il donne le ballon du troisième but, certes hors jeu, à Eder. Toujours bien placé, il ne lui aura manqué que la bonne passe pour scorer.

L’Inter reçoit la Lazio ce mardi pour le compte des 1/4 de finale de la Coupe d’Italie. Ce match pourrait permettre aux Nerazzurri d’enfoncer la tête des hommes d’Inzaghi un peu plus sous l’eau. Dépassée au classement par le TGV bleu et noir, la Lazio pourrait perdre plus qu’une place en 1/2 ce mardi. En championnat, l’Inter s’attend à un chaud déplacement chez le leader la Juventus, un beau derby d’Italie en perspective, qui sera évidemment entaché de bévues arbitrales en notre défaveur. Qu’ils aillent se faire enculer d’avance.

« Moi m’apprêtant à boire la Juventus après avoir avalé la Lazio »

 

Forza Inter,

Baci anali,

Diego.

 

 

 

Diego

Ce qui ne me tue pas me laisse en vie

Un commentaire

  1. Bin bravo, voilà qu’on plagie Véronique Sanson pour ses titres d’académie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.