Porto-Moreirense (3-0), la Dragão académie livre ses notes

Croire qu’un champion est fini après une défaite, c’est comme expliquer qu’on ne peut pas être champion du monde avec Giroud avant un mondial. Faut laisser ça aux blaireaux.

Bom Dia,

Une semaine après les trois buts encaissés en quinze minutes contre le Vitoria, retour au Dragão pour nos guerriers qui doivent remettre la marche avant et écraser un petit.
Si toute la semaine la presse Lisboète s’est gaussée des difficultés de Porto, la réponse de la SAD ne s’est pas faite attendre.

Signature en prêt avec option d’achat pour Bazoer et Jorge, fourguage du mistigri Janko en Premiership, réintégration dans la B de Rui Pedro perdu sur instagram avec sa copine depuis deux saisons.
Sergio l’a annoncé, ça va remettre les ingrédients du succès de l’an dernier. On attend donc un rouleau compresseur sur les voisins de Guimarães, comme l’Empire Romain tapant sur le voisin après une défaite.

 

O Equipe :

 

Pour la première fois de la saison Sergio change des joueurs.
C’est Leite qui sort du onze pour Militão et Pereira pour Marega. Brahimi et Corona sortis sur douleurs musculaires la semaine dernière sont là, c’est incompréhensible mais ils sont bien là.

O Jogo :

 

Le début de match est très rythmé. Moreirense veut nous agresser et marquer pour nous plonger dans le doute, alors qu’on veut jouer haut avec du pressing.
Le jeu va d’un camp à l’autre et sur une mauvaise relance, Aboubakar à l’affut se fait faucher dans la surface… YAPENO ! M. L’arbitre, à deux mètres, n’hésite pas et Telles se prépare à frapper… Mais NON !!!!! Le VAR a appelé, et annule la décision de l’arbitre!

Mais Vai te FODER le VAR! C’est au ralenti, forcément on ne voit plus le tacle de bourrin qui empêche Aboubakar de jouer le ballon ! On ne montre que le joueur qui touche le ballon avant Aboubakar qui ne peut pas mettre le pied sous peine de se faire amputer la cheville !

On repart à l’attaque et sur un corner la déviation de Felipe tombe sur Herrera qui contrôle et marque de près 1-0 (15e). Là encore le coup d’envoi est retardé, le VAR cherche un moyen d’annuler le but au cas où Herrera aurait contrôlé de la main au lieu de la bite du bas ventre.

Alors que Moreirense prend le jeu en main, on essait de les contrer. Á la 28e Otavio qui lance Marega, le Malien frappe sur le poteau mais Aboubakar bien placé conclu 2-0 .
On a mis un coup derrière la tête du Moreirense qui recule et procède par contre, ce qui nous permet de poser notre jeu, en faisant tourner de gauche à droite et de droite à gauche et de ne pas se montrer dangereux. En conséquence on recule vite pour laisser la balle à Moreirense qui n’arrive pas à s’approcher de la cage d’un Casillas qui n’a pas eu grand chose à faire.

MI-TEMPS :
Une mi-temps qui montre qu’on n’est pas encore revenu dans les têtes mais qui est plutôt rassurante.
Il faut terminer le boulot et reprendre le jeu en main pour éviter une nouvelle déconvenue, oui muscler notre jeu Robert.

On repart en posant le jeu et en essayant de combiner. Comme d’habitude c’est en trouvant Brahimi que des brèches se créent mais les actions chaudes sont toujours sur coup de pieds arrêtés.
Marega relève d’une main de maître le challenge Bafé Gomis avec 4 horsjeu(.net) entre la 50 et la 54e minutes. Oui chaque ballon, il fait un appel en se foutant horsjeu.net.
Après dix minutes de domination Felipe se dit que c’est le moment de relancer le suspense. Il commence donc à faire n’importe quoi et semble insuffler un doute voir de la peur comme un détraqueur au milieu de Poudlard.
On est à la rue. A chaque ballon balancé on est en panic mode.

Maxi et Felipe les expérimentés de la défense
Heureusement San Iker est là pour sauver la maison. Sergio tente de rééquilibrer l’équipe en passant en 4-2-3-1 avec la sortie d’Aboubakar pour Corona, puis Oliver pour Oliveira afin de conserver la balle.
Ça nous permet de plus trouver les joueurs de côté mais pas de grosse occasion.
Danilo entre à la 82e après six mois de blessure et une standing ovation des 42 000 présents.
On finit fort avec Maxi au avant poste, Felipe qui tente de sauver son match en se portant à l’abordage.
C’est à la dernière minutes que Marega sur une offrande d’Otavio fini le travail 3-0.

O Resumo :

O Dragoes :

Casillas (4/5) :
L’expression dernier rempart lui va comme un gant à un proctologue tellement il nous a empêché d’être dans la merde.

Quand il faut montrer l’exemple

Maxí (3/5) :
Il a fait plus d’allers-retours dans son couloir que Manuel Ferrara en une année, mais malgré un apport offensif indéniable, il a participé au mode panique pendant cinq minutes.

Felipe (1-/5) :
Son cerveau s’est éteint 20 minutes comme un narcoleptique qui s’endort, oui mais une forme rare car il est somnambule en plus, pour balancer des coups de tatane comme ça.

Militão (3+/5) :
Sobre, bien placé, des relances propres et 100% de duel gagné. Toi tu viens de marquer plus de points que Juan Carlos à la fistinière.

Telles (3+/5) :
Un corner qui fait but, des dédoublements et une patte gauche qui caresse plus qu’un massage thaïlandais.

Herrera (4/5) :
Quand le bateau tangue il faut un capitaine pour garder tout le monde à flot. Costa Croisière le veut au prochain mercato.

Un capitaine guide les autres

Oliveira (2/5) :
De bonne inspiration mais a sombré en seconde période, pas le droit d’être bouffé comme ça par Moreirense

Brahimi (2/5) :
Il a tenté mais sevré de ballon, il n’a pas eu son rayonnement habituel.

Aboubakar (4/5) :
Comme dans un film américain il claque un comeback en étant étant énorme, comme dans un pron américain en fait.

l’éveil du titan

 

Marega (4/5) :
Beaucoup d’activité, un but et une passe dé qui le sauve de son trophée Bafé

ça ne valait pas le coup d’attendre ça?

O Banco :

Corona (1+/5) :
Je ne veux pas tirer sur l’ambulance, mais je suis sûr que ça défoule.

Oliver (2+/5) :
Beaucoup d’activité mais toujours ce manque de réalisme et de bonne décision à l’approche de la surface.

Danilo (3/5) :
Une entrée qui montre qu’il est revenu pour tout casser. Il a récupéré, s’est projeté et a même centré, Dani is back et ça va faire mal.

Remarques à la con :

Le commentateurs de SFR pense que tout le monde à les « oeils » rivés sur Telles. Tellement gêné, Alioune Touré ne l’a pas repris puis s’est foutu de sa gueule.

Finalement le VAR, c’est encore mieux quand il est en panne.

Un petit coucou au meilleur dessinateur d’horsjeu.net Padls qui on l’espère nous fera un truc avec des nichons.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

Beijos anal,

Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.