Clermont (0-0) Valenciennes : la Consanguine Académie part en Croisade

19h30. Je sors de ma torpeur, chaussettes aux pieds, pantalon, chemise, pull, écharpe, caban, je file dans la voiture … et me rends compte que je suis en pantoufles. Retour à la case départ. Mais non pas en Afrique, à mon appartement. Et me voici bel et bien arrivé au stade 15 minutes plus tard. Clermont, 15ème, reçoit le 17ème de Ligue 2, Valenciennes. Corinne Diacre a qualifié cette rencontre de « match à six points ».  Après la victoire (1-0) face à Créteil, les Consanguins ont-ils rechargé leur six coup ?

Salze est suspendu pour cinq matches, Lippini toujours blessé, Diedhiou aussi, voici la compo :

Jeannin- Agounon, Avinel, Ekobo, Martin- Diogo, Moulin, Capelle- Hunou, Dugimont, Rivas 4-2-3-1

Première titularisation pour Jonathan Rivas, vendu au mercato d’hiver par Châteauroux. Diogo s’installe comme sentinelle devant la défense. Le match débute avec plus d’entrain que celui de la semaine précédente : notre équipe n’est pas scindée en deux blocs, le milieu de terrain combine habilement. A la 11′, premier coup-franc de Moulin déposé sur la tête de Capelle qui frôle la transversale adverse. Les Nordistes répliquent grâce à leurs attaquants vifs mais la défense consanguine est d’or. Martin qui dépanne en tant que latéral gauche tacle Opa. Ce sera cela tout le match. Dépassé de vitesse mais tellement propre dans ses tacles !

Baptiste Martin, faut pas le faire chier.

Baptiste Martin, faut pas le faire chier.

Dans la foulée, à la 15′, corner frappé par Moulin, cafouillage de la défense de Valenciennes, Capelle, une nouvelle fois, reprend de volée au point de penalty mais son tir passe au-dessus. Déjà deux occasions pour les Consanguins. Que dis-je, trois occasions ! Relance de Charruau, gardien de VAFC, interception d’Hunou pour Rivas qui se heurte au portier adverse … mais Moulin n’est pas loin ! Il récupère le ballon aux 25 mètres et tente un lob rattrapé de justesse par Charruau qui est passé par plusieurs états émotionnels en quelques secondes. Les supporters aussi ! Ils donnent de la voix, Montpied s’éveille et cela fait plaisir !

BOOBIES

BOOBIES

A notre tour de perdre les pédales sur un corner. On cafouille, heureusement, Agounon dégage en touche. Martin continue de découper proprement mais sereinement. Il sauve même une balle de but tandis qu’Opa était lancé face à Jeannin. Le défenseur clermontois tacle victorieusement en corner. Ouf ! Après une belle entame de match, on subit le joug valenciennois. Leur vitesse en attaque nous pose de vrais problèmes, seul Agounon a un profil de latéral rapide. Ekobo, Avinel et Martin sont trois grands guerriers plus lents. Contrairement à nos trois milieux offensifs qui remontent le ballon rapidement en contre : Hunou pour Capelle qui transmet finalement pour Rivas … ce dernier frappe au-dessus. Une triste habitude ce soir ! Peut-être doit-on y voir un hommage au Tournoi des VI Nations ?

Une allégorie des tirs clermontois. Le drop.

Une allégorie des tirs clermontois. Le drop.

Premier carton jaune de la partie à la 24′ pour Tousard qui est en fait le côté obscur de Corinne Touzet. Ou tout simplement une tantouze. Ah tiens, nouveau concept, Charruau a un pied en zone morte, balle en main, l’arbitre ne siffle pas corner. Intéressant. Plus les saletés et la terre s’accumulent sur les maillots de Valenciennes, plus on a du mal à voir les numéros. De noir sur gris, on passe à gris sur gris. Pénible, surtout pour José l’intendant, tous les intendants au foot s’appellent José, pense-y s’il te plaît ! A la 36′ une frappe au-dessus du milieu de VAFC Enza vient nous réveiller mais franchement on domine ce match. Pour une fois, nous n’avons pas deux blocs dissociés : aucun mal à passer de la phase de défense à la phase d’attaque grâce au bon travail de Diogo et de Moulin qui temporisent à merveille. Il manque « juste » des buts. Frustré, Jonathan Rivas se crêpe le chignon avec la défense adverse. Il a la même coupe que Zlatan pour ceux qui ne le connaîtraient pas. Incultes. Mi-temps sur un score nul et vierge que ne renierait pas Marie-Thérèse.

Tirez sur son chignon porte bonheur paraît-il

Tirez sur son chignon porte bonheur paraît-il

Le game reprend avec du fat. Patrick, notre speaker, ambiance grave : « Allez publiceuuuuuuuuuuuuuuuuuh! » J’en ai encore la chair d’hippopotame frère. D’autant plus qu’à la 49′ Dugimont tente un contrôle puis retourné acrobatique qui passe juste à côté du montant droit. Deux minutes plus tard, Rivas non plus ne cadre pas après un bon centre de Capelle repris du bout du pied par l’ancien attaquant de Châteauroux. Ceci explique cela. Mais ça chauffe de plus en plus. Cela bout même, il est temps de mettre les pâtes. Changement du côté de chez Swann à la 53′, pardon du côté de Valencienne, Opa sort et retourne bosser à la banque. Ndao. Non, son prénom n’est pas Etienne mais Mouhamadou. Deux minutes plus tard, Dugimont, à deux mètres du but après un corner, place sa reprise sur le gardien. Honnêtement ce n’est pas possible. On va même finir par prendre un but à ce jeu là.

Les Consanguins sont maladroits en ce moment

Les Consanguins sont maladroits en ce moment

Ah ben tiens : heureusement qu’à la 60′ Jeannin arrête du bout du pied un centre fuyant sinon c’était but après un contre rondement mené. Dans la foulée, sur le 152eme corner clermontois, Martin place une tête qui passe au-dessus. Une minute plus tard, Agounon est poussé dans la surface côté droit : l’arbitre ne moufte pas. Même pas un sourcil. Changement pour VAFC : Poepon, la sonnerie des pompiers, est remplacé par Anthony Le Tallec tandis que côté Consanguins Dugimont laisse sa place au jeune Goncalves. A partir de là, la partie s’envenime, plusieurs cartons jaunes sont distribués à Abdelhamid à la 75′ pour Valenciennes, puis Goncalves et Rivas à la 79′ pour s’être vengés sur deux belles semelles. A la 81′, on revoit du football avec une tête de Martin qui heurte le poteau puis une jambe valenciennoise dévie une frappe … bref ce soir cela ne veut pas. S’ensuit un jaune pour Diarra puis une biscotte pour Martin pour contestation car il estimait qu’il y avait penalty. Le match s’achève sur un ultime changement nordiste : Diarra sort pour Mbenza. Bravo au nouvel entraîneur nordiste David Le Frapper qui était venu avec des jeunes et qui ramènent un point. Nous, nous sommes frustrés. Onze occasions franches. Zéro buts. Désillusion. Et dire qu’on se déplace à Troyes, là où tout avait commencé en 1129 pour les Templiers. Ce concile avait fixé leur règle. Ce déplacement fixera nos ambitions. Le maintien ou rien !

stagiaire2D2

2 commentaires

  1. Du beau boulot. Mais bon, qui suis-je pour juger ? Je suis Clermontois…

  2. Merci, cela me va droit au cœur ! Les vrais savent de toute manière. Nous sommes donc trois consanguins sur Horsjeu. Le putsch est proche !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.