La Croix de Savoie Académie note ETG-PSG (2-2)

Franck Ripoux, de retour de vacances (la chance)

Bin voilà, je m’absente deux journées, et l’ETG se retrouve 11e. J’avais annoncé que notre série d’invincibilité ne durerait pas, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elle s’arrête au match d’après, même si Dijon aime bien jouer contre nous (3 derniers matchs / 3 victoires, les salauds). Pis après on va se faire fesser en coupe glacée par Lens… Quand je vous disais que parfois on faisait aussi dans le social. Après ça, on fera un match nul moche contre les Girondins de l’ami Claude Pèze, et on retrouve notre cauchemar hivernal à la maison : les Parisiens. Alors bon, le parigot, il aime bien la Haute-Savoie. Il ne sait pas trop quoi y faire, il y est un peu perdu, il sent que les locaux ne l’aiment pas trop mais lui réserve un accueil « chaleureux », et ce tant sur les pistes que sur le terrain, mais c’est comme les cafards, ça ne l’empêche pas de revenir.

Nan parce que bon, c’est bien des touristes qu’on a eu pendant 35 min. Je dis ça, pour qu’on mène 2-0 au bout de 20 min de jeu, avec une passe décisive et un but (sur pénalty certes) de Sagbo, y’a vraiment un truc qui va pas. Enfin… pour eux, hein, nous ça allait plutôt bien : on presse, on découpe, on emballe, ces connards de commentateurs sont même étonnés de nous voir jouer. Sûrement des Parigots aussi. Bon après, y’a un Pasteur qu’a rassemblé son troupeau de chèvres pour en faire un semblant d’équipe, ce qui, ajouté à la fatigue des gars, a fini par nous achever en fin de match, (B)eau de mer nous faisant boire la tasse. On aurait pu reprendre l’avantage, mais vu que j’aurais signé pour un match nul avant la rencontre, je vais pas cracher dans la soupe parce que 1. la mère serait pas contente, et 2. on est quand même 10e au classement, une différence de but à 0, et une seule défaite au compteur, et encore 38 points pour le maintien.

 

Les Gars :

Andersen : 4/5 : Quel bel homme ! L’éditeur en gardien de but, c’est dire. Quelques arrêts de classes, une belle faculté à ne pas se jeter, des dégagements au poil, deux ballons magnifiquement ramassés dans ses filets, comme un symbole de paire de couilles de gros membre, on lui doit une bonne partie du match nul.

Rippert : 2/5 : Un match pas tout à fait dégueulasse, mais se faire prendre de vitesse par Bodmer et du coup se prendre l’égalisation, c’est moyen. Pis bon, deux – trois fautes limites qui auraient pu valoir un rouge.

Cambon : 3/5 : Encore un match où, malgré les deux buts encaissés, la moyenne est méritée. Pris de vitesse sur le premier but parisien (comme tout le monde), il passe le match à surnager grâce à un bon placement. N’est pas Bernard Madoff qui veut.

Angoula : 3/5 : Le « Roc » selon le journaliste qui l’a interviewé, comme un symbole de Dessailly. Alors bon je suis d’accord, mais si un roc c’est solide, c’est aussi assez lent. Ça suffit peut-être contre Jussié et consort, mais Pastore, il a suffit qu’il ouvre une paupière pour qu’il passe. Compense sa lenteur par une belle vision du jeu.

Dja Djédjé : 2/5 : Le ptit Brice reste notre maillon faible. Il est généreux dans l’effort, mais son placement est vraiment aléatoire. Par contre il n’hésite pas à monter pour apporter son soutien, mais il manque un vrai joueur de couloir devant lui.

Rabiu : 4/5 : Un très bon match du Ghanéen en milieu défensif, comme un autre symbole de Dessailly. Bien présent à la relance, notre bonne première mi-temps lui doit beaucoup, preuve en est notre baisse de rythme après sa sortie.

Tié Bi : 3/5 : Un peu moins en vue que d’habitude, il s’est plus limité à son rôle défensif, laissant la relance à son compère de la récupération. A encore quelques sautes de concentration, mais reste indispensable de par sa couverture du terrain.

Khelifa : 3/5 : Actif sur son côté, a plus lâché son ballon, même si quelques choix n’ont pas été très judicieux. Son entente avec Leroy et Sagbo peut amener de belles choses.

Leroy : 4/5 : Le chef d’orchestre n’a pas fait de fausse note, même s’il s’est un peu fait dominer en seconde, quand l’équipe a eu un passage à vide, ce qui même au rugby est sanctionné. Mais en première période, ses capacités techniques et sa vista ont fait passer Pastore pour une des chèvres de son troupeau.

Barbosa : 2/5 : Le capitaine du soir a été plus souvent aperçu les deux pieds en avant que collés au ballon. Une belle envie qui ne s’est pas traduite par du jeu, faisant passer Govou pour un jeune premier. Non, quand même, j’exagère.

Sagbo : 4/5 : Aurait mérité 5/5 s’il n’était pas retombé dans ses travers en seconde période, mais quelle première mi-temps il nous sort ! Dans tous les bons coups, avec une justesse technique qu’on ne lui soupçonnait pas vraiment, est enfin récompensé de tous ses efforts.

 

Les remplaçants :

Sorlin (pour Rabiu) : 2/5 : une entré discrète, il devait apporter un peu de sérénité, en contrôlant l’entrejeu. Ouais, bin, pas trop quoi…

Govou (pour Barbosa): 3/5 : Pas mal Sidney, pour une fois t’avais envie un peu, mais par contre on était à domicile, tu pouvais laisser la caravane sur  le parking.

Farina (pour Khelifa): 3/5 : Aura apporté un peu de jus sur l’aile gauche, avec une belle occasion. Un bon ptit joker de fin de match.

 

Le coach :

3/5 : la classe en costard, surtout avec la chemise rose. Des changements pas trop mal qui ont permis de ressortir un peu la tête de l’eau et de bien finir le match.

 

Les gars d’en face :

Bin, des parisiens quoi : à nous prendre pour de la merde, ils finissent les pieds dedans. Pastore et Ménez sauveront les apparences, et Kombouaré s’en sort avec un bon coaching, mais ça a été laborieux.

Franck Ripoux n’est pas si pourri et vous offre gentiment les images.

10 thoughts on “La Croix de Savoie Académie note ETG-PSG (2-2)

  1. Faudrait développer sur le fait que les « parisiens vous ont pris pour de la merde » parceque je comprends pas là. A part avoir été nuls (a chier?)en première mi-temps je vois pas en quoi ils vous auraient manqué de respect.
    Peace

  2. On a perdu grand steack depuis qu’il y a une académie pour son club pourri. On a interêt de les bouffer ce soir.

  3. Salut,

    Ca me fera toujours autant hurler de rire votre racisme primaire anti-parisien.
    Arrêtez de vous poser sans cesse en victime…
    Et puis, c’est quand même grâce à ces méchants parisiens que les commerçants de votre région réussissent à vivre juste en travaillant trois mois de l’année.

    Vive la France et TOUTE la FRANCE

  4. Ahahaha je suis fan de cette académie !

    Maktamalé eul goupil’ !

    Plutot bien résumé je trouve!

    Et vive Pralogniiiiiiiiiiiiiiiiiannnnnnnnn :D

  5. @David : Ouais d’accord, y’a que les parisiens qui font du ski c’est bien connu … C’ est dommage parce que le message de paix, d’amour et de fraternité que tu voulais transmettre s’en trouve un poil écorné.

  6. Les parisiens on les aime bien au fond (sauf l’hiver en station).

    Sinon David9191, ça te dérange pas que les commentateurs soulignent toutes les 5 minutes la combativité des ‘montagnards'(pour eux apparemment c’est un synonyme de ‘haut-savoyards’)? Un peu réducteur nan? Saletés d’urbains!

    Bon je vous laisse j’ai mon tire-fesse pour aller au bistro.

    Arvi pa!

  7. Ne t’inquiète pas David91deuxfois, pour les habitants de la Yaute tout ce qui habite en dehors des Alpes est parisien sauf les Lyonnais qui ne valent guère mieux.
    Puis on s’en fout des euros parisiens, les francs suisses valent bien plus…

  8. (Vision parisienne) J’ai trouvé Angoula bien meilleur que tu ne le laisse entendre, ainsi que Andersen, Rabiu, Sagbo et Leroy mais qui ont des notes révélatrices. En revanche, Rippert et Tié-Bi ont été en dessous de tout. Côté remplaçant, Govou bof bof et gros Farina.

    Bon courage pour le maintien (je pense pas que vous visiez autre chose)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.