Pepe Reina s’en va comme un prince

Mais un prince qui ne marchera jamais tout seul, attention

Comme vous le savez sûrement, vous qui lisez les Rumeurs et Transferts tous les jours et qui ignorez la plupart de nos académies qui sont pourtant de qualité, Pepe Reina est parti de Liverpool pour rejoindre Naples. Mais homme de devoir, le gardien espagnol ne pouvait s’en aller sans laisser une gentille petite lettre disponible sur son site à tous les supporters des Reds, que nous avons traduite et commentée, pour Just Wide, Robbie Flower, Jamie Caravane, et leurs nombreux lecteurs (sans oublier Marie Portolano).

 

« Si j’avais un regret, ce serait la façon dont je pars. C’est fort naturel que je puisse être déçu par le fait que le management de Liverpool se soit mis d’accord avec le Napoli pour un prêt sans m’en informer d’abord. »
Attention, Pepe a dit « si »… ça ne veut pas forcément dire qu’il en a vraiment un. Il a probablement longtemps réfléchi avant de réaliser que peut-être, ça aurait été mieux de se séparer en gentlemen qu’en employeurs/employés.

« Je pensais que je méritais mieux que ça même si je comprends que des décisions difficiles doivent être prises dans le football. »
Bon, oui, Pepe a vraiment un regret en fait. Mais il comprend, il connaît bien le football maintenant et sait que des choix compliqués doivent être pris. Il a lui aussi dû être très touché quand il a vu Mika Landreau prendre l’hélicoptère juste avant l’euro 2008, apprenant par la même occasion qu’il n’y participera donc pas.

« Moi-même en avais pris une en informant le club que si une offre arrivait de Barcelone, j’aurais aimé qu’elle soit considérée. Mais, j’avais également précisé au club que j’étais prêt à prolonger mon contrat si aucune offre n’était faite. »
Pepe avait pourtant un plan de carrière impeccable : Barcelone ou Liverpool. Il était même prêt à prendre la décision délicate de prolonger son contrat avec augmentation de salaire à la clé, alors, c’est vous dire…

« J’avais bien précisé au manager que je voulais jouer pour Liverpool et que Barcelone ne deviendrait qu’une option pour moi si l’opportunité d’y aller se manifestait, conformément à ce que les rumeurs prétendaient, puisque ça aurait été pour moi une réelle chance de pouvoir rentrer à la maison. »
Pas de chances, Pepe, footmercato.net et le10sport.com avaient encore écrit n’importe quoi, Valdes n’est finalement pas parti à Monaco, et prolonger votre exil en terres rouges devenait dès lors la seule possibilité à vos yeux.

« Voyant qu’elle n’arrivait pas, j’étais heureux de pouvoir me battre pour ma place, donc j’ai été surpris que Liverpool décida de m’envoyer à Naples à la place dans l’intérêt du club. »
Bah… vous l’avez dit vous-même, Pepe, « dans l’intérêt du club ». Ayant eu comme doublure des Peggy Arphexad ou des Charles Itandje à l’époque où le club jouait la ligue des champions, vous auriez pu vous douter qu’il n’allait pas avoir besoin de deux bons gardiens pour une nouvelle saison sans coupe d’Europe.

(…)

« Mes enfants considèrent Liverpool comme leur maison et leur amour pour la ville comme le club va probablement grandir pendant que nous en serons éloignés. »
C’est la séquence émotion de la lettre de Pepe, puisqu’il parle d’enfants. Pas de chances, sur horsjeu.net nous y restons insensibles, convaincus que les enfants, ça ne sert à rien et qu’il faut les brûler, comme au Brésil.

« J’aurais aimé pouvoir dire au-revoir d’une autre façon mais c’était devenu impossible compte-tenu de la manière avec laquelle mon départ a été préparé. »
Allez, ce n’est pas si grave, Pepe, dans quelques années vous pourrez faire votre jubilé, et les Scousers seront sans doute ravis de voir Jamie Carragher (qui n’aime pas que vous le fistez), Milan Barros, Stuart Downing ou encore David N’Gog. Y’aura aussi sûrement Steven Gerrard, mais comme ils le voient déjà jouer toutes les semaines, ça ne changera pas grand chose.

« Peut-être que dans un futur proche, je pourrai le faire proprement. Je pourrai ainsi vous montrer toute ma considération, mais j’aimerais vous demander maintenant de continuer à soutenir le manager et les joueurs comme vous l’avez toujours fait et d’aider Liverpool à redevenir le club que vous méritez. »
ça c’est élégant Pepe. Sans rancune comme on dit. Même si on ne pense pas que ça change grand chose que vous leur demandiez ou non.

« Je n’aimerais rien de plus que de revenir à la fin de mon année de prêt et, pour Liverpool, d’être de retour là où le club doit être. »
En gros, vous adoreriez revenir à Liverpool pour jouer la ligue des champions. Oui, ça se comprend. En attendant, c’est déjà pas mal de la jouer avec Naples et Benitez quand même.

« Les supporters méritent le meilleur et cela me procurera tant de plaisir de revoir Liverpool au sommet, jouer différents trophées, et retourner dans le top 4. »
Pepe a bien dit « top 4 », confirmant la mort du « big 4 » que certains avaient essayé de ressusciter en France avec l’axe PBLM (Paris-Bordeaux-Lyon-Marseille), puis PLLM (Paris-Lille-Lyon-Marseille), bien que cela n’avait absolument aucun sens puisqu’il n’y a toujours que 3 places qualificatives en LDC quand même.

« C’était là que le club était lorsque je suis arrivé et bien que je quitte un club différent, avec de nouveaux propriétaires, un nouveau manager, de nouveaux joueurs et de nouveaux challenges, je pense sincèrement que Liverpool peut de nouveau atteindre ce niveau. »
En effet, Pepe, maintenant que Commoli est parti, vous pouvez de nouveau y croire. En attendant, sachez que vous ne marcherez plus jamais seul, même dans les rues qui se donnent.

6 thoughts on “Pepe Reina s’en va comme un prince

  1. c’est l’histoire du gars qui veut quitter sa femme moins attirante (Liverpool) pour une autre à plus forte poitrine (Barcelone) et qui après s’être fait rejeter par la seconde veut rester à la maison et continuer comme si de rien n’était…..
    arrivederci Pepe

  2. C’est un américain, un français, et un italien qui sont dans un avion. D’un coup l’américain dit

    – « Je suis sûr que je peux vous dire quand on passe au-dessus des USA. Regardez. »…il sort sa main par une fenêtre et puis… »Ça y est, on survole New York »
    – « Wow, comment tu sais? »
    – « Je viens de toucher la statue de la liberté »

    Puis au français de s’élancer

    – « Facile, moi aussi je peux le faire… » il sort sa main par la fenêtre et dit « Voilà, on est au-dessus de Paris…je viens de toucher la tour Eiffel »

    Et l’italien dit

    – « Ah, trop facile, regardez, comment je fais » il sort sa main et dit « Nous sommes au-dessus de l’Italie »
    – « Quoi, t’as touché la tour de Pise? L’Etna? »
    – « Ma non, on est au-dessus de Naples »
    – « Comment ça? »
    – « Je viens de me faire voler ma montre »

    Bon d’accord, elle est facile et super connue, je sors.

  3. Après seulement 8 ans dans le même club, il se tire… pffff quel mercenaire!

  4. Ouais bon, il part à Naples qui joue presque en rouge et où ça parle presque anglais. C’est bon, ça va pas trop le changer.

  5. quand on voit les maillots de Liverpool pour cette saison, on peut penser qu’il est pas si mécontent de se barrer

    à quand le rétablissement de la guillotine pour les Directeurs design de certains clubs de foot ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.