OM-Bastia (2-1) : la Canebière académie livre ses notes

Soleil, pastis, olives et deuxième place.

Aïoli les sapiens !

Grâce au beau temps qui règne sur la capitale (pas celle de la culture, non, l’autre, celle des cons qui vivent dans le métro), la belle routine de mai peut s’installer presque comme au pays. J’ai pu obtenir du directeur de la Ménagerie qu’il m’installe le wifi dans l’enclos, afin que je puisse regarder le match en streaming en plein air, avec le jaune et les olives. Pour un peu, j’aurais presque oublié mon exil : pour me sentir comme sur le Vieux-Port, il manquait juste huit Hollandais attablés devant leur bouillabaisse de 17h.

 

Chez les Olympiens, les habitudes persistent aussi, ce qui est également très agréable. Fin de la série de 1-0, certes, mais voici une nouvelle victoire qui consolide notre seconde place. Fanni et Cheyrou sont absents pour cause de blessure, André Ayew pour cause de suspension. Abdallah, Barton et M. Amalfitano les remplacent, ce qui donne : Mandanda – Abdallah, Nkoulou, Mendes, Morel – Romao, Barton – Amalfitano (à droite), Valbuena, Jo le Sconse (à gauche) – Gignac. Comme souvent, le début de match est à l’avantage des Marseillais, qui innovent cependant dans deux domaines : premièrement, en marquant leur but le plus précoce en championnat cette saison (Gignac à la 12e minute, ce qui montre combien on a été long à la détente cette année), ensuite en maintenant cette domination une bonne demi-heure au lieu de s’arrêter après l’ouverture du score. La défense et le milieu sont souverains tandis que l’attaque, Valbuena et Gignac en tête, martyrisent une défense particulièrement anale. Après cette excellente période, le score reste cependant d’1-0, la faute à Landreau et aux montants trouvés par Mendes et encore notre gitan, quasi-papinesque ce samedi. Le dernier quart d’heure est bien plus mou, et Bastia en profite pour s’enhardir sans guère nous menacer : 1-0 à la mi-temps.

Dès le retour des vestiaires, la série d’invincibilité de Mandanda s’arrête à 696 minutes lorsque Thauvin égalise d’un très beau tir. Sur le coup, son placement entre le milieu et l’attaque surprend à la fois Barton et Romao, immédiatement éliminés, et la charnière centrale, trop lente à presser l’attaquant. L’OM se remet en route, avec un jeu parfois laborieux mais qui n’empêche pas de multiples occasions, toutes sauvées par Landreau voire par un défenseur devant sa ligne. Mais à la 81e, Gignac une nouvelle fois parfaitement servi par Valbuena s’impose au physique et à la vitesse face à Palmieri, pour tromper une seconde fois le gardien bastiais. Oui, tu as bien lu, il existe dans le championnat de France un défenseur capable de se faire prendre de vitesse par André-Pierre. La fin de match est plutôt tranquille, si l’on excepte une passe de Rothen que Maoulida aurait pu détourner dans le but s’il passait son temps à s’entraîner plutôt qu’à rédiger des bandelettes qui ne lui servent qu’une fois toutes les morts d’évêque.

Au final, encore une excellente opération, qui plus est au terme d’un match de qualité. L’égalisation bastiaise nous rappelle cependant que nous ne parvenons pas à concrétiser suffisamment d’occasions pour nous mettre facilement à l’abri : face à une équipe somme toutes très faible, le score aurait dû être acquis bien avant la 81e.

 

Passons aux notes, qui ne tiennent rigueur de l’égalisation à aucun joueur en particulier :

S. Mandanda (3/5) : Pas grand chose à faire si ce n’est encaisser le beau but de Thauvin. Je pourrais faire comme d’autres et noter « RTT/5 », mais ça ferait encore passer les Marseillais pour des branleurs. Donc 3/5.

N. Nkoulou (4/5) : Badass. A la 20e minute, c’est tout juste s’il ne s’est pas curé le nez tout en réalisant son interception-contrôle-de-la-poitrine-coup-du-sombrero.

 NkoulouJackieBrown

Nicolas découvrant la ligne d’attaque adverse composée de Modeste et Maoulida.

 

L. Mendes (4/5) : Lorsqu’on se montre si constant dans la séduction, la lenteur n’est plus un défaut que pour les éjaculateurs précoces.

EvaMendes

 Pour soigner sa cote auprès des supporters marseillais, Mendes n’oublie jamais de se recoiffer entre deux tacles.

Intermède délation : ce jeu de mots visuel d’une inventivité folle a été suggéré par l’Infernal Wayne Boulet. Il se murmure qu’au mercato, Wayne pourrait quitter la Raide et Vile Académy pour rejoindre Laurent Ruquier. Nous attendons la réaction de Luke Seafer à cette rumeur.

 

K. Abdallah (3/5) : A l’exception d’un coup-franc dangereux concédé à cause d’une faute de main à la con, Kassim n’a guère été en difficulté et a participé au jeu offensif.

J. Morel (4/5) : S’attendant comme tous nos adversaires à rencontrer une aile gauche aussi ouverte que Clara Morgane sous GHB, les Bastiais sont tombés sur Christine Lagarde en burqa. Inviolable.

J. Barton (3/5) : Des passes longues délicieuses alternant avec des pertes de balles infâmes. Défaillant au moment du but bastiais.

A. Romao (4/5) : Impressionnant dans les temps forts de l’OM, mais lui aussi est piégé par la passe à Thauvin lors de l’égalisation.

J. Ayew (3/5) : Bonne volonté de Jo le Sconse, impliqué dans le jeu collectif. Ses performances sont restées un peu trop intermittentes cependant. Il gagne la moyenne parce que je viens d’enculer une chèvre et que ça me rend d’humeur clémente pour son implication dans l’ouverture du score.

M. Amalfitano (2/5) : Reprise tout juste correcte pour Morgan, qui s’est montré un peu trop discret, et pas chanceux sur une belle occasion repoussée par Landreau. Pas de quoi l’accabler pour autant, c’est le printemps pour tout le monde.

M. Valbuena (5/5) : 90 minutes de caresses inventives, délices, pâmoison : l’orgasme féminin.

AP. Gignac (5/5) : Actif et fort, parfois maladroit, mais atteint le sommet du plaisir en deux coups : l’orgasme masculin.

 

Les remplaçants :

M. Sougou (3/5) pour M. Amalfitano (62e) : D’excellents appels, des occasions sauvées de justesse, d’autres situations gâchées par un mauvais contrôle : le coïtus interruptus.

F. Kadir pour Jo le Sconse (86e) : Entrée tardive, pas remarquée : l’essuyage discret dans les rideaux.

 

L’invité zoologique du jour : Florian Bovin

Une défense mobile et adroite comme un troupeau de buffles, une frappe de bison pour faire illusion, ce Bastia-là se plaçait sous le signe des bêtes à cornes. Florian Bovin était donc l’invité approprié pour commenter avec moi ce qui aurait dû ressembler à une corrida sans les interventions de Mickaël Grandveau. Voici les observations sélectionnées par notre invité :

1°) Le slipomètre : L’OM a repris l’avantage suffisamment tôt pour éviter de devoir trop serrer les fesses. Après le second but, les frayeurs ont été plutôt modérées.

Slipomètre 030513

2°) Les autres : Face à une telle défense, ne réussir qu’une victoire 1-0 aurait confiné à la performance artistique. Thauvin est d’autant plus prometteur qu’il semble avoir résisté à la dépression nerveuse, malgré plusieurs matches passés au contact de Modeste et Maoulida.

3°) Mickaël Landreau : Exaspérant. Il enchaîne placement de touriste sur le premier but, sorties vercoutro-grégoriniennes et relance directement sur l’adversaire ; malgré tout ça, il sort une pelleté d’arrêts spectaculaires face à nos attaquants.

4°) Le podium : La 5e place si chère à Vincent Labrune est désormais assurée, grâce entre autres à la performance anale de Lille. Saint-Etienne a également défailli, à la différence de Nice et Lyon. Une victoire face à Toulouse la semaine prochaine, et le podium serait assuré. Attention tout de même suite à la perte d’une place au classement UEFA, la troisième place nous offrirait non pas un mais deux tours préliminaires : si l’on pouvait laisser à nos concurrents la joie de découvrir ce genre de club exotique

5°) Classe Champions : Leur comportement avec les arbitres confirme que les Parisiens ne sont jamais que des Montpelliérains en costume. Vulgaire.

6°) La minute de silence du 5 mai : M. Thiriez peut bien se la mettre au cul.

7°) Les réseaux : La Canebière académie blatère aussi sur Facebook et sur Twitter. Le 100e ami ou abonné Facebook gagne le droit d’insérer le jeu de mots foireux de son choix dans la prochaine académie.

 

Bises massilianales,

Blaah.

3 thoughts on “OM-Bastia (2-1) : la Canebière académie livre ses notes

  1. Oh, purée… Heureusement que tu n’as pas mis la blague d’origine, qui était déjà honteuse.

    Je viens de voir que nos grands amis de FootMercato ont consacré un « dossier » au futur mercato marseillais. De « grands noms sont annoncés ».

    Ça a dû te faire bizarre, un match entier durant lequel ton équipe a (globalement) dominé.

    Kadir est-il vraiment mauvais et l’OM s’est encore fait enfler, ou c’est juste le temps d’adaptation, selon toi ?

  2. Kadir est une brêle recrutée pour faire plaisir à Fanni et DD (qui évoluaient ensemble à Martigues).

    Plus que Sainté dans deux semaines et on aura un nouveau record, la moins prolifique équipe qualifiée directement en LdC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.