Mlada Boleslav – OL (1-4) : La Gones Académie commence sa saison

Contexte

Finie, la coupe du Monde et ses remarques de gens qui n’y connaissent rien et qui affirment du haut de leurs 5h de foot dans l’année que « ça se sentait que le Brésil allait craquer ». Finies, les photos de potes qui traînent avec des avions en vacances et qui s’amusent beaucoup plus que toi. Certes, eux sont toujours en vacances, et nous toujours au bureau, plantés sous une clim à l’efficacité équivalente à celle de Brandao. Mais au moins, pendant qu’ils paient 8 balles leur mojito, nous, on a notre petit plaisir à nous, notre plage de sable fin, nos moments d’évasion : oui, l’OL est revenu. Le vrai, le seul, celui qui nous ramène à notre condition d’idiot dès qu’il joue. Ah, ils étaient beaux, ceux qui profitaient de l’absence de foot pour affirmer que « oui, le Tour de France, c’est pour les beaufs, je suis au-dessus de ça » (ce qui est loin d’être mon avis, ndlr), pour se refaire une crédibilité auprès de leurs amis et leurs copines. Repentez-vous, car la saison reprend, et votre inévitable condition de gone ne frappe pas avant d’entrer. Ce soir, c’est le retour, le point de ralliement : ce soir, la boutique réouvre, la Gones Académie aussi.

Bien sûr, les courageux n’ont pas attendu l’Europa League pour renouer contact avec l’OL. Les furieux seront directement allés à Tola Vologe pour avoir leur dose, mais pour les moins courageux (ou les plus occupés) et les expatriés, ce sont les matches amicaux qui auront permis de peaufiner les derniers réglages. Puisque les joueurs ne sont pas les seuls à avoir besoin de se remettre dans le rythme, d’aucuns ont admiré nos joueurs contre Debrecen, Copenhague et Séville. Autant ne pas vous mentir : entre mi-temps ratées à cause du boulot, taux d’alcoolémie un peu trop élevé pour saisir les subtilités de la patte Fournier et streaming en espagnol (#TeamAllemandLV2), je n’ai pas grand-chose à vous dire sur ces rencontres. Quant au match contre le Shakhtar, a priori le plus abouti de la bande, j’étais tranquillement installé au bar d’un camping qui n’avait que faire des performances rhodaniennes.

Ne croyez pas pourtant que vos académiciens ont chômé : séminaires, universités d’été, on ne s’est rien refusé pour préparer une belle saison. Il faut dire que Jean-Michel Aulas a lui aussi réalisé un été de haute volée : alors même qu’on le croyait prêt à ouvrir une nouvelle saison de portes ouvertes olympiennes pour payer ses vacances à traîner de stades en caïpirinhas au Brésil, notre cher Président n’a laissé partir personne avant la fin juin, provoquant un mélange de crainte et de satisfaction chez ses supporters. Mieux : il a même passé la vitesse supérieure en recrutant à moindres frais : Lindsay Rose intercepté alors qu’il était au wagon-bar du TGV pour Bordeaux-St-Jean (où Willy Sagnol se rend tous les après-midi, au cas où, on sait jamais), et Christophe Jallet débauché pour une indemnité à peu près équivalente à une semaine de pourboires laissés par Lavezzi dans la capitale. En échange, l’OL a juste laissé partir Naby Sarr, au grand dam de deux populations : les « supporters » de l’OL qui se contentent de regarder les résumés du CFC et de penser que tout joueur de moins de 25 ans est une pépite, qui regrettent le transfert aujourd’hui, et les supporters du Sporting, qui le regretteront demain. En attendant, donc, on se prépare avec un effectif largement sauvegardé, voire même enrichi du retour de Yattara, dont on attend de voir s’il peut être la bonne surprise que l’on n’attend pas vraiment, et Nabil Fekir, qu’on a tellement envie de voir faire mentir les boudeurs qui voient déjà en lui un futur Yanis Tafer. Ici, on a un peu plus confiance en l’un que l’autre, mais on ne dira pas lequel, afin de pouvoir retourner sa veste impunément si la saison réserve des surprises. En attendant le départ possible de Samuel « j’ai besoin de plus de temps de jeu alors que j’ai joué 60 matches la saison dernière » Umtiti, l’effectif s’en trouve donc plutôt renforcé, malgré le départ de Jimmy Briand et d’un autre gars. Bien sûr, la saison dernière nous a rappelé que les forces sur le papier n’assurent absolument rien, et qu’il faudra attendre patiemment le début de saison pour savoir de quoi nos week-ends seront faits. Finie l’attente, donc : le grand dévoilement aura lieu à Mlada Boleslav, en direct et en mondovision. Enfin, l’OL est de retour.

Composition

Il faudra attendre un peu pour voir l’équipe-type de la saison : même si Hubert Fournier avait déjà en tête son onze pour l’année, il faut de toute façon qu’il compose avec quelques éléments pas encore assez affutés. Ainsi, devant Anthony Lopes aux buts, Bedimo n’est pas encore prêt pour ce match, et Umtiti prend sa place à gauche. Sur l’autre aile, Christophe Jallet prend la place qui devrait être la sienne cette année, et au centre, Koné et Bisevac profitent peut-être du manque d’expérience pour l’instant de Lindsay Rose. Devant eux, Gonalons a sa place, Ferri aussi. Mvuemba doit sa place au physique un peu juste de Grenier (qui n’a donc, a priori, pas mis les pieds dans l’aéroport de Newcastle). En numéro 10, on attendait Fekir, auteur d’une bonne pré-saison et qui a plutôt la cote auprès des supporters, mais ça sera le vieux briscard Malbranque. Devant, sauf surprise, le duo qui nous fera la saison : Lacazette-Yattara.

Le match

Pour cette fois, je ne vais pas vous faire un résumé minute par minute du match. Déjà parce que c’est quand même assez chiant et qu’on n’est qu’en début de saison, il faut bien souffler un peu et ne pas trop solliciter les organismes, et puis surtout parce que j’étais encore dans le métro en début de match, ratant ainsi le but de Momo Yattara grâce à un centre caviar du gaucher Umtiti et un marquage approximatif de la défense. Par contre, j’étais là quand les lyonnais se sont chiés dessus, ont commencé à reculer, et ont concédé un penalty au terme d’une action assez lunaire. Les plus gentils affirmeront qu’Anthony Lopes a sorti un gros arrêt, les lucides rappelleront avant tout qu’il était sacrément mal frappé. En tout cas, on s’en sort sur ce coup-là, et quelques minutes plus tard, Gonalons double la mise sur un bon corner de Jallet, confirmant que les tchèques ont un jeu aérien en bois. Résultat, on rentre à la pause avec un 2-0 plutôt gentil vu le niveau de jeu assez naze des deux côtés du terrain. On espère en tout cas que c’est parce que la saison commence, parce que même si le résultat est bon, on se régale pas. Heureusement, les locaux sont encore plus largués, et l’action qui mène au 3-0 par Yattara est improbable de nullité de la part de la défense tchèque, le joueur concerné sur le coup n’ayant rien à envier à Thiago Silva 2014. Fin de match tranquille, puisque même si on s’est un peu inquiétés quand les tchèques sont revenus à 3-1, Umtiti a décidé de les remettre tout de suite à leur place de sparring partners en envoyant un cachou téléguidé en lucarne opposée. 4-1, les joueurs de Mlada Boleslav ont pris un coup sur la tête et nous on prend un gros avantage avant le match retour, tout va bien.

 

Notes

Lopes (3/5) : Pas loin de la sortir sur le but tchèque, il a fait quelques bons arrêts et semble déjà en forme. Par contre, sa sortie dite « du bouton triangle resté enfoncé » avant le penalty concédé par Gonalons, c’est non. Mais genre vraiment non.

Jallet (3.5/5) : Autant le dire, sans être un grand admirateur, j’aimais pas mal Miguel Lopes. Du coup, si la place sur le terrain lui semble offerte, Jallet devra batailler pour celle dans mon cœur. Il a plutôt bien commencé, en assurant défensivement (face à une opposition assez calme) et en apportant quelques choses offensivement. Pourquoi pas.

Koné-Bisevac (2.5/5) : Pas trop de boulot pour Rox et Rouky, et je serais bien incapable de dire ce que leur match a valu. Je crois me souvenir que Bisevac a découpé sans retenue, mais on ne s’en étonne même plus. On espère maintenant qu’ils laisseront leur place au nom de la Rose.

Umtiti (5/5) : Plutôt un bon match, avec notamment un super centre sur le premier but, mais sa note est principalement motivée par ceci :

umtitiPrends ça, Brad Friedel.

Gonalons (4/5) : Washing Maxime. L’essorage sur les chevilles du tchèque dans notre surface n’était pas forcément nécessaire, mais en dehors de ça, ça fait du bien de le voir en forme. Ça fait du bien de le voir tout court, d’ailleurs, tant on était persuadés qu’il serait en train de savourer une bonne calzone dans une rue pleine de poubelles à l’heure qu’il est. Et puis, son interview dans l’équipe a permis au Président de briller sur les réseaux sociaux après match : la plus belle passe décisive du match.

Ferri (3/5) : Intéressant, mais on espère qu’il montera quand même en puissance quand l’opposition se fera plus sérieuse. Bonne capacité de créer une hype cette saison s’il reste sérieux dans l’entrejeu, et bien sûr, s’il continue de planter des buts spectaculaires pour se faire encenser au CFC.

Mvuemba (2.5/5) : J’ai envie d’y croire. J’ai envie que cette saison, Arnold nous fasse rêver. J’ai pas de raison objective de le penser, je ne vois dans son jeu aucune piste d’amélioration en particulier qui motive mon espoir, mais quelques dribbles bien sentis de temps à autre me donnent envie d’y croire. Pour vous dire, quand il a posé le ballon sur un coup-franc en fin de match, j’ai dit à mes camarades de table que je la voyais dedans. Ça finira bien par passer.

Malbranque (3/5) : ON VOULAIT FEKIR.

Lacazette (2/5) : Je lui mets la moins bonne note du match tant il nous a fait rêver la saison dernière, forcément, les attentes sont plus hautes. C’est pas qu’il ait fait un match terriblement mauvais, mais on attend de lui d’être un peu plus décisif. C’est ta saison Alex, ne la gâche pas.

Yattara (3/5) : Un doublé, ok, mais dans les faits, il a mis un seul vrai but. Il clôt donc une grosse pré-saison, sans pour autant qu’on ne sache s’il va tenir toute la saison comme ça ou s’il va avoir la constance d’un Alain Traoré ou, plus proche de nous géographiquement et affectivement, d’un John Carew. Au pire, on espère surtout que Yassine Benzia sera là pour faire autre chose que rater des têtes à 2m du but. Toi aussi Yassine, tu dois nous vendre du rêve cette année. En arrêtant les rouflaquettes, tu as déjà fait un grand pas en avant, continue comme ça.

 

BenziaBenzia, c’est le mec qui ramène un canon chez lui et s’endort sur le canapé.

Une petite pensée pour les stéphanois qui espéraient qu’on se vautre pour passer tête de série en barrages. Et faites gaffe les gars, Esbjerg a fait une grosse pré-saison, ils sont super chauds.

Gérard Côlon 

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

3 commentaires

  1. Match de terrain vague en direct sur lequipe21, ça m’a fait peur. On s’en sort quand même pas mal, on a trouvé une défense pire que la notre.

  2. ah le retour d’une Gones Acad, cool, en espérant qu’elle passe le tour préliminaire de la League Europa, comme Lyon, commun sein bol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.