Laval – Lyon-Duchère (3-2) : La ButàLaval Académie aime la guerre

LE CONTEXTE : Laval reste sur une série de trois victoires consécutives et réduit en charpie tout ce qui présente devant lui, avec plus ou moins de classe. L’adversaire du soir est Lyon-Duchère, leader de National ; on vous l’accorde, Lyon leader ca fait bizarre mais ca n’est pas vraiment immérité pour cette équipe qui aime le jeu avec des gars très solides comme Tuta ou encore Hautbois, l’ancien gardien lavallois.

LES PÉLERINS : Pour se préparer à une guerre, il faut une stratégie. Pour mettre en place une stratégie, il faut des stratèges. Jusque là, rien de bien compliqué, sauf pour Laval. En effet, notre général (venu d’une contrée lointaine et peu apprécié/able) a eu la bonne idée de s’en prendre à certains reporters de guerre entrainant une suspension de 3 mois dont deux avec sursis. Privé de son général, le colonel met en place ses troupes.

On n’avait pas de grenades à main sous le bras, on a improvisé.

LE MACHE : Une fois la stratégie mise en place et les hommes prêts, il faut partir au combat. On sait que ca va être dur mais comme dirait le dirait un ancien : « Pour la France, j’y vais quand même ». Etinof ne se pose pas de question et suite à une passe éclair, se retrouve seul devant Hautbois mais l’ancien portier tango remporte son face-à-face (7e). Action quasi-identique 5 minutes plus tard mais cette fois c’est Verdier qui vient casser sa pipe devant Hautbois.

Etinof allant se présenter seul face à Hautbois, allégorie.

L’ennemi tient et à Laval, quand les défenseurs ne plient pas, la contre-offensive fait toujours mal. Suite à un excellent coup-franc obtenu par les lyonnais, Ezikian profite du très bon placement du mur ainsi que de Bouet pour faire trembler les filets tangos sans que Bouet ne bouge le petit orteil (20e) : LAVAL 0, LYON DUCHERE 1.

Coup-franc parfaitement maîtrisé pour Lyon-Duchère.

Mais Laval repart à l’offensive et cela paye : bien servi par Verdier, Alexandre Vincent prends une nouvelle fois la défense lyonnaise à revers et parvient à tromper Hautbois (23e) : LAVAL 1, LYON DUCHERE 1 ! Huit minutes plus tard, Laval lance sa blitzkrieg (guerre éclair pour les raclures hispaniques) et sur une merveille de passe de Vincent, Etinof part seul au but, emmène Hautbois et frappe dans le but vide : LAVAL 2, LYON DUCHERE 1 !

Là aussi j’aurais pu vous mettre une image mais je vous laisserais repenser au but de Ribery contre l’Espagne en 2006 car c’est exactement le même.

Les tangos perdent du terrain au milieu et c’est dans ce genre de moment que tu sens l’absence d’Obbadi. Un joueur lyonnais prends le côté droit tout en courant en touche balle au pied, l’arbitre assitant prends même soin de s’écarter pour le laisser passer ce sombre imbécile. Dembele se lance à la poursuite du fuyard, le rattrape, se fait jeter à terre par le Lyonnais qui contrôlera le ballon de la main avant de passer le cuir pour Cédric Tuta, en position de hors-jeu, mais viendra quand même pousser le ballon au fond du but sans que l’autre pouf de Stéphanie Frappart ne siffle (#TweetCommeDavidLeFrapper) : LAVAL 2, LYON DUCHERE 2…

Mais même en temps de guerre il y a une justice, Vincent est fauché dans la surface, le penalty est logiquement sifflé. Danic ne se fait pas prier et prends Hautbois à contre pied (45e). LAVAL 3, LYON DUCHERE 2 !

La deuxième mi-temps se résumera à des tirs lyonnais au-dessus du cadre et l’expulsion de Perrot… qui était sur le banc des remplaçant, mais qui argumentait sur la place des femmes dans le foot masculin pro. Ca se « comprend » quand on voit le tacle assassin subi par Verdier à la 65minute, mais bon le karma viendra frapper Lyon 5 minutes plus tard avec une expulsion justifiée de Atik à la 70eminute. Laval prends les 3 points et remporte la bataille.

Prochain rendez vous le 14 septembre contre Cholet.

LE RÉSUMÉ VIDÉO :

LES NOTES :

Bouet 3-/5 :
Pas toujours rassurant comme il l’a encore montré en captant des ballons simples en deux temps, il a quand même claqué 2-3 parades décisives.

Lambese : 3+/5 :
Un peu à la traine en début de match avant de démarrer son panzer et rouler sur l’opposition.

Ba-Dembele 3/5 :
Pas grand-chose à reprocher à la charnière centrale hormis les deux buts encaissés.

Scaramozzino : 3/5 :
A fait son match tout en se projettant en attaque.

Milosevic  3/5 :
Aura bien pris part à la bataille du mileu de terrain et aura même commis des fautes sans prendre de jaune, chose assez exceptionnelle pour etre souligné.

Makhedjouf 2/5 :
Il a un peu la technique d’Obbadi mais la lenteur de Mertesacker. C’est compliqué mais on sait qu’il est capable de largement mieux. On pardonne.

Danic 1/5 :
Je conçois le fait qu’il n’ait que 2 buts au compteur grâce à 2 pénaltys, mais il est aussi déprimant à regarder jouer que ses célébrations.

Etinof 4/5 :
Il commence enfin à comprendre qu’on n’est pas obligé de faire 3 grigris pour passer un joueur et qu’on peut jouer directement avec un coéquipier. C’est assez agréable aussi bien pour le collectif que pour lui.

Vincent 5/5 :
1 passe décisive, 1 but, 1 peno provoqué. Je pourrais le pomper sur encore 10 lignes mais on va faire court : irréprochable.

Verdier 4/5 :
C’est un peu comme avec un bail, vous vous boudez pour une opinion [sans doute du dialecte lavallois ndlr]. Je l’ai mal jugé au début mais il prouve qu’il fait des efforts et on sent qu’il a de l’impact physique devant. C’est bieng.


Le comité Frantix :

@Paolito53, analyste de guerre.

Frantix Le Basser

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.