OL-MHSC (5-0) : La Gones académie prend de bonnes résolutions

Cartonner ses adversaires quand ils boivent déjà la tasse. L’OL entame 2017 avec une fils-de-puterie bien de chez nous. Ils n’ont pas changé.

Avé la capitale,

2016 nous a quitté et avec elle les scores imprévisibles, les compos inexplicables et nos tentatives d’analyse qui tombent plus à plat que le torse de notre nouvelle recrue mais nous reviendrons sur cette usurpation plus tard. L’heure est aux résolutions. Ainsi, cette année nous essaierons de ne plus vomir puis ravaler et nous étouffer ce-faisant en découvrant que Bruno a préféré Diakhaby à Mammana ou Ferri à Darder. Nous tenterons de ne plus critiquer ouvertement la politique commerciale de Jean-Michel Aulas qui consiste à vendre des places chères, quitte à ne pas remplir le stade dans les rencontres sans intérêt pour mieux justifier les tarifs exorbitants lors des grandes rencontres. Finalement nous arrêterons de brûler de l’encens chaque soir pour que Ghezzal se fasse les croisés avant sa prolongation de contrat et signe libre au Gazelec en Novembre prochain. De son côté, force est de constater que l’Institution n’a pas changé ses habitudes. Pire, il semble même que plus rien ne peut l’arrêter sur la route pavée de ridicule qu’est celle de la décadence. Ainsi, notre mercato oscille entre dossiers de 2009 ressortis par Maurice (Djordjevic, Vela) et joueurs sans intérêt surcotés et pistés par Lille, ce qui devrait au demeurant être à lui seul un critère éliminatoire sans exception possible. Un seul joueur acceptable fut mentionné durant ces dernières semaines, Paul-George Ntep mais d’après Bruno il n’est pas assez bon finisseur. Il s’agit là d’une remarque pleine de sens venant d’un homme qui faisait partie du staff technique ayant validé le transfert de Mathieu Valbuena The Goal Machine™ et qui préfère Arjen Ghezzal à Fékir. Notez, ce transfert était de toute manière inutile puisque nous avons dans notre effectif un atout encore trop peu exploité, un non-talent brut, le Giroud noir : Jean-Philippe Mateta je vous prie.

Voyons côté femmes à présent, car évidemment le football féminin est un sport en plein essor économique mais aussi athlétique et par conséquent il convient que nous nous intéressions un tant soit peu à son déroulé. Ici, l’OL a frappé un gros coup avec l’arrivée d’Alex Morgan. Quelle succulente idée pour doper la publicité du football féminin dans l’Hexagone et accroitre la visibilité de l’Olympique aux Etats-Unis. Et au passage pour satisfaire la lubie un poil lubrique d’un sexagénaire qui vient de signer le plus gros canon de sa discipline. Mange ça Nasser, ta Laure Bonneau elle a le charme d’une ado en survêtement Airness doré, qui glousse trop fort dans le RER B et marche avec les pieds en canard comparée à notre avion de chasse. Avion sans poitrine cependant, ce qui laisse un certain goût d’inachevé. Nous n’arguerons pas plus sur le sujet, sous peine de voir le service Com’ se fendre d’un communiqué qui stipule qu’après visite médicale, Morgan a bel et bien des seins (bonnet B) et que de toute évidence, nous ne sommes que des affabulateurs en dehors de toute réalité.

Revenons-en donc à nos moutons. Pour cette rencontre de gala, il y avait en tribunes 10’000 personnes dont 2000 avec le don d’invisibilité, pourtant rarissime sur Terre, nous laissant penser qu’il est bien difficile de nos jours de privatiser une salle des fêtes quand on se réunit entre personnes non-opaques. Triste époque. En parlant de fantômes, passons à la compo.


La compo

Après la victoire du panache et du beau jeu contre Angers, il semblait tout à fait naturel de ressortir le double pivot Gonalons-Tousart, si technique, si plein d’allant offensif. Et à présent que Kalulu est à Rennes, il n’y a plus aucune honte à propulser Cornet sur l’aile droite. Nous n’en voulons pas à Bruno. D’un petit noir nerveux et rapide à l’autre, il a surement tiré l’affaire à pile ou face à la manière d’un Harvey Dent. A ceci près que ses pulsions obscures ne sont pas d’assassiner des innocents mais de laisser Mammana en CFA et Darder sur la touche. Ces derniers vont donc devoir attendre patiemment leur chance ou, à défaut, une offre de la Roma ou de Séville le 31 janvier. Néanmoins ils n’auront pas totalement perdu leur temps en France, ils y ont découvert la musique et la classe néo-moderne à la française : Jul et les undercuts teintes, blondes.


Le match

Le coup d’envoi est donné par Alex Morgan, d’une passe latérale d’un mètre. Bruno est charmé tandis que la joueuse américaine s’empresse de rejoindre sa place en tribunes et de tweeter le réconfort que lui procurent les sièges chauffants, contournant ainsi habilement la difficulté de devoir exprimer le bonheur que lui fournit le football pratiqué sur la pelouse.

La partie débute étonnamment bien puisque dès la 4e minute, Valbuena envoie un parpaing à 1 mètre du sol, que Lacazette parvient à contrôler. La demi-volée en pivot est excellente et surprend Pionnier. 1-0. Le match est lancé sur les chapeaux de roues, Geoffrey Jourdren n’a même pas eu le temps de finir de lire « OL » sur le dossier de son siège que son club est déjà mené. De toute évidence, l’attaque surprise a sectionné net la carotide de la proie Montpelliéraine. Nos hyènes de joueurs se jettent à présent à corps perdu dans la bataille afin de profiter du festin. Ainsi, Fekir botte un centre d’une élégance soyeuse vers Diakhaby qui trompe, du front, Pionnier. 2-0.

A peine 5 minutes plus tard, Maxwel Cornet réussit un contrôle.

Fausse alerte, c’était Lacazette. On les confond un peu de loin.

La débandade est complète à la 45e+1 quand Fékir parvient à contrôler un ballon aérien et à se défaire de son marquage avant de solliciter Alex Lacazette. Le buteur vedette de l’OL remise dans la course du Ballon d’Or 2017, 2018, 2020, 2022 qui parvient à piquer son ballon juste devant un Pionnier écœuré. 3-0. Dès lors, nous l’annonçons ici sans honte : Nabil Fékir > Lionel Messi.

Certes. Ce Lionel Messi là.

La deuxième période n’est qu’une démonstration sans appel de ce postulat puisque, Nabilon fait marquer Cornet par deux fois pour un score final de 5-0. Point bonus, Morgan Sanson est sorti en cours de match après un contact bien appuyé. Si 20 millions c’est trop pour nous, ce sera trop pour tout le monde, maintenant ramasse ta cheville.


Les notes

Lopes (5/5) : Rien à faire, rien foutu.

Rafael (3/5) : A surveiller comme du lait sur le feu, d’autant que quand il déborde, il est bien difficile de s’en sortir proprement. Rafael da Silva Leite no Fogo.

Diakhaby (4/5) : Le saviez-vous ? Dans un univers parallèle, des casques belliqueux utilisent du crâne de Mouctar pour se protéger des headshots sur Rust.

Mapou (3/5) : Le saviez-vous ? Défendre contre un duo Mounié-Sessegnon en 2017 améliore vos chances de faire un match correct de 1457%. Le record étant détenu par le tandem Fred’ Piquionne-Kazim Kazim avec l’infini.

Morel (3/5) : Il ne fait pas un match affreux mais il ne fera jamais mieux à ce poste. La leçon ne rentre pas pour Bruno.

Gonalons (4/5) : Récupère des ballons, très en phase avec…

…Tousart (3/5) : Récupère aussi des ballons. Si seulement on avait des joueurs capable de remonter les ballons.

Valbuena (3/5) : Petite baisse de régime et c’est tant mieux. Encore un but et il passe attaquant axial potentiel aux yeux du club. Mais si, le recyclage en faux 9, c’est une brillante idée enfin.

Cornet (4/5) : Mon premier est un pronom personnel pluriel, mon deuxième peut être rouge, blond, tripel, donker, hoppy et sûrement d’autres choses. Mon tout est un animal roucouleur qui va poser les 25 plaques sur Max cet été.

Fékir (5/5) : Heureusement que Bernardo Silva et Florian Thauvin sont dans « la forme de leur vie » sinon on aurait été obligés de dire que Fékir est le joueur offensif le plus talentueux de Ligue 1 dès maintenant. Ah non, malgré ça, on l’a quand même dit.

Lacazette (4/5) : Paradoxalement il a énormément progressé du fait d’avoir été entouré de branques. C’est un plaisir de le voir enfin concrétiser.

On en termine ici, bonne année et surtout la santé.

BA,

LN&PI

Lexie Najas

Forme avec Paul Igarque le duo d'anal-yse le plus infernal depuis Thierry Roland-JM. Larqué. Jour 307: Le respect des autres académiciens n'est toujours pas acquis.

3 commentaires

  1. Elle est bien cette acad’ mais je vous trouve un peu chafouin. Après je comprends, on a connu ça nous aussi, difficile de supporter une équipé dirigée n’importe comment par des gros cons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.