OM – FCGB (2-2) : La Scapulaire Académie ne joue qu’une période

L’adage dit « plus c’est long, plus c’est bon », mais chez les Girondins, après deux ans de longue, mais alors longue épée nous avons maintenant tendance à préférer ce qui est bref. Nous avons donc décidé de ne jouer qu’une période.

A l’instar de Mensah et Mangas (les M&M’s), nos deux premières recrues, me voilà à présent qualifié pour académiser ce match face à Marseille. Merci à Nausée d’avoir assuré la première. Il a dû s’infliger une nouvelle purge comme on en faisait plus depuis… avant la trêve estivale. Il ne faudrait pas qu’il se sèvre trop rapidement. Comme nos deux nouvelles recrues suscitées je suis plutôt gauche, alors soyez indulgents. Un grand merci à vous.

La (dé)composition :

Costil

Mexer – Koscielny (c) – Mangas

Kwateng                   –                    Mensah

Otavio

       Basic          –         Sissokho

    Kalu   –   Hwang

C’est donc un système avec une défense à trois. Double nouveauté à gauche et double handicap à droite. On n’a rien vu d’aussi droit depuis cette radio-là :


Notre entraineur aurait-il subit un Petokasc ?

Le match :

Pour ce match le stade Vélodrome affiche quasi complet. C’est normal on s’y attendait. Comme toute la France (que dis-je : le monde) du foot, les marseillais avaient hâte de voir un bon Méchoui sur leur terrain. Et la réception de nos chèvres allait plutôt dans le sens de cette promesse d’une très bonne soirée, pour qui aime se baffrer un gros festin entre amis.

Jean-Pierre Papin se présente au milieu du terrain, pour exhiber son ballon d’or de 1991, et pour donner le coup d’envoi du match qui oppose les équipes dont il est ambassadeur… ?? A ce jeu-là autant faire venir Ahmad !

5e minute : Payet se laisse tomber à l’approche de la surface et de notre paire de ciseaux à nous : Otavio-Koscielny. Il obtient quand même un coup-franc, qui se situe plein axe à 30 mètres ou un peu plus du but de Costil. Juste avant que Payet n’entame sa course on peut apercevoir Kalu, présent dans le mur, qui s’affaisse sur lui-même et s’écroule comme une poupée de chiffon, laissant penser qu’il perd connaissance. Immédiatement, et c’est tout à fait heureux, tous les acteurs qu’il soit en blanc ou en marine, font de grands gestes pour alerter soigneurs et secouristes… Puis ils se disposent en rond autour de lui pour l’isoler de la vue de tous. Cette scène fait froid dans le dos. Tout le monde repense à cet été, et le miracle danois… Le Vél applaudit. Merveilleuse attitude. Heureusement ce soir il n’a pas été nécessaire d’entreprendre une réanimation cardio-pulmonaire, Kalu ayant repris rapidement connaissance. Il sort même du terrain sur ses deux pieds et avec un sourire… fatigué. Le jeu reprend tant bien que mal. Et Kalu aussi puisqu’il refait son entrée en jeu. C’est assez incompréhensible…

13e minute : Finalement c’est bien Oudin qui remplace Kalu. Kalu sort mécontent et sous les applaudissements.

16e minute : aux abords de la surface De La Fuente, donne de la feinte au milieu de trois Girondins, puis s’écroule. Buquet qui sait reconnaître quand une équipe est au fond du seau, ne siffle pas pénalty. En fait il a certainement été bluffé par Kwateng qui se dribble tout seul… L’arbitre, des étoiles plein les yeux ne pouvait voir Mexer arriver avec ses gros sabots pour déséquilibrer le marseillais.

23e minute : Basic se retrouve à deux reprises en position de centrer sur le côté gauche. Deux centres qui retombent bien au milieu de la surface mais dégagés à deux reprises par les blancs. Mais sur le deuxième dégagement, le cuir revient vers Mensah qui envoie une frappe enroulée à ras de terre qui passe légèrement à côté du poteau gauche de Mandanda. On a failli frissonner.

26e minute : Hwang hérite d’un ballon à l’entrée de la moitié de terrain adverse. Ça n’était pas du tout prévu, alors il rend le ballon au ramasseur de balle qui se situe au point de corner droit du terrain. Classe.

33e minute : Chevauchée non contrariée de De La Fuente sur le côté droit de notre équipe déserté totalement par Kwateng… Il sert tranquillement Gerson dans la surface entre Mexer et Koscielny. Gerson arrive à redresser la balle, en bout de course, vers Ünder qui zonait lui aussi tranquille face au but un peu avant les 6 mètres. Il fusille Costil de près en demi-volée du gauche : 1-0 ! Premier tir cadré de l’OM. 41e minute : Payet s’amuse à l’entrée de la surface, il chemine latéralement de la droite vers le centre. Il n’est attaqué ni par Mexer ni par Koscielny et glisse le ballon premier poteau. Quelle passivité de la défense… et comme un air de déjà-vu. 2-0.

Mi-temps : Petkovic, devait être chirurgien orthopédiste dans une vie antérieure.

Voici les images exclusives de son intervention à la mi-temps :

51e minute : Koscielny se porte vers Mensah en difficulté sur le côté gauche. Il récupère la balle et repart latéralement vers le centre du terrain. Il voit Pembele seul sur son côté droit et lui adresse une passe brossée qui permet de passer deux lignes marseillaises. Pembele n’est pas inquiété et remonte le terrain en repiquant progressivement vers l’axe. Il frappe à l’entrée de la surface, son tir est contré par Luan Perers et finit au premier poteau de Mandanda. Buuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut !!! Quelle est cette sensatiiiiiiiiiiiooooooooon ??? 2-1 !!

57e minute : C’est le second corner d’affilée, le premier à droite, celui-ci à gauche. Basic, le tir, sortant, vers Oudin esseulé à l’entrée de la surface et au niveau du second poteau. Oudin a donc le temps de reprendre du plat du pied gauche, à ras de terre, et trompe Mandanda sur son petit côtéEEEEEEééééé !! QU’EST-CE QUE C’EST QUE ÇAAAA ?? 2-2 !!

Une première période complètement à côté de nos pompes, comme à l’habitude, et voilà qu’en l’espace de 12 minutes on refait notre retard ! Avec un but sur coup-pied-arrêté de surcroit !

61e minute : Nouvelle incursion de De La Fuente à droite de notre défense. Fait nouveau Pembele est dessus, et non derrière, mais il s’emmêle les pinceaux et Konrad récupère la balle pour centrer devant le but… ni Gerson ni person… ouf.

66e minute : De la Fuente se joue de Pembele et centre en retrait pour Under qui passe entre nos deux M&M’s puis décoche une frappe Over la transversale. Sur ce coup il se blesse et laisse sa place à Radonjic. Du côté Marine & Blanc on fait sortir Basic pour le remplacer par Adli.

76e minute : Kamara combine avec Radonjic, et s’infiltre à gauche de la surface girondine. Il s’effondre seul à l’entrée. Rien.

80e minute : Un rebond favorable du ballon sur Mangas, permet à Radonjic de le récupérer sur le côté gauche du but de Costil. Il s’infiltre, et glisse le ballon en retrait vers Benedetto au point de pénalty qui fait passer la balle derrière sa jambe d’appui. Il met ainsi Kwateng aux fraises et se retourne pour armer. Oudin derrière lui envoie un superbe tacle pour le contrer ! Quels gestes de Benedetto et Oudin !

81e minute : Belle passe de Payet qui transperce la défense à destination de Radonjic esseulé. Mais il peut l’être, puisqu’il est hors jeu (très net). Et il a beau avoir transpercé Costil, le but est annulé.

88e minute : Balourdi s’est pris pour un palois et sèche Mara avec un tacle bien dangereux… déjà avertit, il prend un rouge directement. Basourdi, il laisse ses partenaires à 10 pour quelques minutes. Le coup-franc obtenu est légèrement excentré sur la gauche de la surface de Mandanda. Oudin et Adli sont proches du ballon. Adli peut être assez dangereux… c’est donc Oudin qui s’y colle avec un ballon mou à ras de terre. Oh, faudrait pas gagner un match quand même ?! 95e minute : remontée de ballon côté gauche avec nos M&M’s et Pardo. Mensah s’arrache face à deux marseillais et centre deuxième poteau où Pembele contrôle de la poitrine et essaye de dribbler intérieur mais écrase trop le ballon et se le fait prendre du bout du pied par Luan Peres. Fin de match !

Les notes :

Costil (2+/5) : Il prend deux buts mais ne peut franchement rien y faire. Il n’a pas été si inquiété que ça par ailleurs et ne fera qu’un seul arrêt. La moyenne donc.

Kwateng (2-/5) : Un joueur très dangereux, qui s’est avéré décisif dans son couloir droit. Mais comme pas comme on l’aurait voulu. Ça n’a surpris personne, sauf peut-être le Vélodrome qui n’a pas l’habitude de voir ça.Il n’a rien apporté sur le plan offensif. Quant à ses interventions défensives… un récital. D’abord de la danse devant De La Fuente qui aurait pu aboutir à un pénalty. Puis du judo avec une belle balayette-tondeuse sur un débordement de Gerson, geste pour lequel il est averti d’un jaune.Pour finir il décidera de ne plus défendre et laisse De La Fuente seul sur son côté sur le but d’Ünder.A la rentrée de Pembele il recule à un poste qui lui convient mieux, sur le côté droit de la défense à trois. Il y réalisera une prestation bien plus solide et aura même un geste défensif de toute beauté sur un tacle à la 75e minute qui nous sauve les miches. Comme quoi…

Koscielny (2+/5) : Passif comme les autres sur le but de Payet. Il communique et se rend disponible en phase de construction comme sur le but de Pembele. Comme ses partenaires il effectue une bien meilleure deuxième période.

Mexer (1/5) : Un vrai tas lent. Il est remplacé à la mi-temps.

Mangas (2+/5) : Une prestation toute en sobriété.Solide dans ses interventions, il est encore perfectible dans le placement dans cette défense à trois. On nous avait décrit un joueur très volontaire. Il fait un match sérieux. Et on a envie de le revoir.

Otavio (3/5) : L’un des rares bordelais à avoir jouer dès la première période. Son retour fait plaisir. Précieux dans les phases sans ballon. Toujours un peu gêné quand il a le ballon.

Basic (4/5) : Un match plein. Volontaire et disponible, avec et sans ballon. Des choix plus judicieux et ambitieux qu’à l’accoutumée. Une passe décisive à son actif. De quoi nous le faire regretter ? On a vu de tels matchs que de trop rares fois. Peut-être une prestation qui donnera envie aux clubs italiens soi-disant intéressés par sa venue de passer enfin le cap du simple intérêt.

Sissokho (2/5) : Le moins en vue des trois milieux axiaux. Il a tenté, s’est rendu disponible mais pas toujours dans le bon tempo.

Kalu (-/5) : Non noté.Après son malaise il laisse sa place à Oudin à la 14e minute. Déjà surpris de le voir revenir sur la pelouse juste après son malaise, il aurait été incompréhensible qu’il garde sa place après ça. On apprend à la fin du match que ce malaise sera étiqueté « vagal », comme à l’entrainement l’an dernier. On lui souhaite de vite se remettre et de ne plus jamais faire ça !

Mensah (3/5) : Pas toujours d’une grande justesse technique, on ne tient probablement pas là un joueur qui élimine. Mais sur ce match on aura vu un joueur volontaire qui a apporté du sérieux et du jus sur son couloir gauche. A Bordeaux nous ne savions plus qu’on pouvait jouer au foot sur ce côté-là du terrain. Incroyable.

Hwang (2/5) : Très peu en vue. Il revient des J.O., déjà cramé comme l’an dernier ? S’il finit l’année comme la précédente pourquoi pas…

Les remplacements :

Pembele (4/5) : Il remplace Mexer à la mi-temps. Sur son couloir droit il a apporté plus en 6 minutes que Kwateng en 2 ans ! Une grosse activité. Aussi bien utile sur les phases défensives qu’offensives. Quand il sera à l’aise dans l’équipe et le système ça devrait être plutôt agréable à voir. En tout cas il a réussi son entrée de manière fracassante.

Oudin (3+/5) : Il remplace Kalu dès la 14e minute. Peu en vue jusqu’à son but égalisateur, il se permet même un geste défensif de dingue face à Benedetto. Prestation décisive.

Adli (2/5) : Il remplace Basic à la 67e. Une rentrée correcte.

Pardo (-/5) : Il pénètre sur la pelouse à la 85e minute pour qu’il souffle Sissokho.

Mara (-/5) : Il rentre à la 85e en lieu et place de Hwang.

L’avis du libraire : « si c’est un OM ».

Primo, on les félicite pour ce premier point pris, en particulier au Vélodrome. Une première période où on n’avait rien sous le kapo, avec nos habituelles erreurs de concentration. Marseillais comme bordelais on pensait l’affaire entendue, en attente du coup de grâce. Ce n’est pas comme si on avait fait montre de beaucoup de résistance face à l’adversité depuis 2 ans. Je dirais même que Lévitement était devenu notre marque de fabrique. Nous revenons finalement transformés en seconde période par je ne sais quelle formule de chimie ! A moins que ce soit l’OM qui ait été transformé ?

Pour conclure :

Un match face à Marseille ce n’est pas anodin. Rivalité historique oblige, même si elle semble désuète depuis quelques temps, ce match nul n’est pas comme les autres. Il fait du bien. Et même à double titre, puisqu’il intervient après que l’on ait été mené deux à zéro. Il serait de bon ton que ce match puisse faire office de déclic dans les têtes de ces joueurs qui déjouent plus que de raison depuis un an. Cela donnera peut-être un peu plus envie de regarder ce qui se passe sur le terrain, même si notre attention et nos attentes se tournent plutôt en dehors. Car nous espérons voir encore plus de mouvements dans les coulisses que dans les couloirs. Les éventuels départs, non prioritaires, de certains joueurs comme Adli (une tête bien faite et un talent très prometteur) ou encore Hwang (un buteur qui s’est montré à la hauteur (et même trop souvent au-dessus du cadre) avec ses 15 buts marqués) tendent à nous affaiblir sur le papier. Mais la plupart d’entre nous est prêt à faire une croix dessus vu la nécessité absolue de casser ce groupe (qui n’en est pas un), permettant ainsi alors d’injecter du frais, du foot et limiter la casse.

Malheureusement, nos Mexer, Benito, Kalu on va se les garder bien au fond du trou où ils sont déjà, c’est notre pénitence.

Mention spéciale au coaching gagnant de Petkovic : les deux buteurs sont des entrants. Mais surtout le réajustement tactique a transformé l’équipe et son et ça a payé. Pour finir, on apprend que l’on peut travailler les CPA même en deux semaines. La révolution est en marche au Haillan… On y croit, allez.

Who’s next ?

Angers se présentera à Gallice dimanche 22/08 à 15h. Si Angers a encore la dalle après avoir bouffé du Lyon, alors Nausée risque encore de rendre… une belle Académie comme il sait si bien le faire.

D’ici là, comme il dirait : mettez-vous Horsjeu et venez discuter avec nous sur Twitter (@IanWalterFoote et @savajicl) si vous en avez le courage. Si vous parlez à l’un, l’autre vous répondra sans doute. Parce que « y a un alter foot » (tu l’as ???) et qu’il a besoin d’aide pour exister, n’hésitez pas à cliquer sur les boutons ci-dessous. Merci infinanalement.

Ian-Walter Foote

8 commentaires

  1. Bonjour M. Foote,
    Et bienvenue dans cette réunion permanente d’Alcooliques Pas Anonymes qu’est HorsJeu. Avez-vous déjà eu la traditionnelle bite au cirage suivie de la bite au tabasco, qui sont réservées aux nouveaux académiciens ? Si non, je vous conseille vivement de décliner toute invitation pour les HJïades 2020 qui auront (peut-être) lieu en 2022. Pire que les JO, vous dis-je.
    Pour en revenir à votre acad, j’ai trouvée celle-ci bien rédigée et agréable à parcourir, enrichie de ce qu’il faut d’illustrations médicanalement pertinentes. J’en serais prêt à souhaiter que le FCGB persiste dans l’Elite pour continuer à vous lire (ainsi que M. Savajicl).
    LBA

    • Quel plaisir de lire vos bons mots ! Vous êtes bien aimable. Je vous avoue que j’aurais eu de la peine si j’avais rejoint des Pas Alcooliques Anonymes. Si je puis exprimer une préférence, elle irait vers le piment d’Espelette, car voyez vous, il chauffe, mais ne pique pas ! LBA à vous aussi (gare au piment cependant).

  2. Classe de faire rentrer Pardo pour le coup de fin du match.
    #ambassadeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.