C’est le grand retour du Onze Anal dans toute sa splendeur. Parce que nous aussi on peut faire dans le commercial, même si on refuse de faire des articles aussi cons que des « Tu sais que… quand » alors que Laurent Joffrin n’a pas permis qu’on le tutoie, nous avons décidé de mettre nos plus belles plumes anales en avant. Attention, c’est parti

Cette semaine, le coach anal n’a pas tenté de révolution tactique. Et ça tombe plutôt bien parce que ses joueurs ne comptent pas tenter grand chose de toute façon.

aout13-1

Sirigu (2/5) : quasiment pas de travail à effectuer, et une sortie bien pourrave où il oublie de décrocher la caravane.

Jallet (2/5) l’action comme un symbole: il réussit un bête de contrôle en mode shaolin-soccer que même Zlatan a kiffé, et derrière il chie son centre comme c’est pas permis. Remettez-nous vdW !

Tacalfred : 1/5. Tire une charrette de 8,5t, sa lenteur et son timing ont été un vrai régal pour les adversaires du jour.

Kerbrat (1/5): Ouais, je te mets 1 point parce que je suis un mec sympa. Surtout à l’heure de l’apéro. Gignac te fait chier ? Pourquoi ne pas lui avoir mis un soin ? Tu peux pas te prendre 3 buts comme un gland comme ça. Moi qui aime bien me moquer de Planus, au moins lui il aurait pris son carton tranquille. Et Gignac serait à l’infirmerie. Problème réglé.

G. Perozo 1/5 : les premières fois, on croit toujours bien faire. Mais en fait on se rend vite compte qu’on a fait mal, qu’on a fait vite et qu’au final c’était pas si bien que ça. Ce fut le cas de Perozo ce soir. Le nom de son partenaire de soirée ? Brandao. Au programme : marquage élastique, fautes répétées, mauvais placement. Il faudra maintenant enchaîner les matchs pour prendre ses repères dans le football européen.

Davy Arnaud (cap) 1/5 : Captain invisible. Complètement aux pâquerettes en première demie, il a perdu un nombre de ballons pas croyable. Inutile sur le premier but, faiblard en récupération et trop limité techniquement samedi pour envoyer des passes correctes, Schällibaum l’a vite remplacé, dès la 55e.

Plasil (0/5) : Un timing dans les airs digne d’une huitre avariée, une activité au milieu du terrain digne de l’encéphalogramme d’un participant aux « Anges de la téléréalité », Jaro n’est plus que l’ombre de l’ombre de lui-même. Pourtant, Gillot le laisse sur le terrain. Pourquoi ?

Obraniak (0/5) : A peine plus d’activité que Plasil pour autant de résultat. Tu veux voir la LDC Ludo ? Prends BeIn Sport alors.

Raspentino (1) : À l’image des matchs amicaux. De l’envie mais trop insuffisant dans l’ensemble. Il n’a jamais été en mesure d’inquiéter l’arrière garde nantaise (lol). Une perte de balle qui amène le premier but de Nantes pour agrémenter le tout. Moche.

Camara (2/5) : Il défend bien et c’est tout. Il est attaquant.

Ilan (1) : Satisfaisant durant la préparation, bien physiquement, Fred Hantz attendait de lui qu’il soit le patron de l’attaque durant ce mois d’août. Il n’en a rien été. Malgré une aisance technique qui pourrait (devrait) lui faire endosser le rôle de leader de l’équipe, une nonchalance et une constante irrégularité qui gâchent tout. Expulsé à la 75ème pour rien arranger (peut dire merci à Yatabaré).

 

Les remplaçants anaux

Nkoulou (1/5) : L’opération « dégoûtons les recruteurs pendant le mercato » est une brillante réussite. On attend cependant le 31 août avec impatience.

Gianni Bruno (2) : Aucune cohérence dans son nom, aucune cohérence dans son jeu.

Pereira (1/5): Putain, ça vaut pour tous tes compères défensifs mais c’est toi qui prends.

Sankharé (1/5): Ca va pas être possible de jouer avec l’envie et la détermination d’un Alou Diarra toute la saison. Le mec a côté de toi a déjà du mal à courir, il a 31 ans et sa pointe de vitesse c’est pas son fort, mais il compense par du placement et des coups de putes. Tu peux pas faire pareil, alors sors toi les doigts.

Stambouli (2/5) : Il court, il court, et ce alors même qu’il fume des joints tous les week-ends avec Clément Grenier. Mais il relance dans les pieds des adversaires.

Kodjia (2/5): JONATHAN KODJIA C’EST AU DESSUS DU BRESIL!!! La Guyane donc, sur ce match. Mais on va pas lui en vouloir et pas être trop exigeant. S’il ne marque qu’un doublé tous les deux matchs, ce sera suffisant.

Coulibaly 1/5 : C’est toujours pareil, il est vraiment trop limité, physiquement il a de quoi faire pourtant, mais il n’est pas fini, pas vraiment footballeur quoi.

1 thought on “Le onze anal de la semaine, le retour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.