Le Onze Mondial de la semaine.

Ce Onze Mondial célèbre une première.

Car oui, Nancy a marqué un but pour la première fois cette saison. Mieux encore : à l’inverse des Gros Membres sur Tinder, Nancy a réussi un match pour la première fois cette saison. Bien sûr, Marcel Picon s’en défendra, mais les notes qu’il a attribuées à ses poulains laissent transparaître de la joie, voire pire : de l’espoir. Un Onze Mondial qui voit également la renaissance des Lillois et le passage de quelques habitués. Mais le Capitano a bien entendu choisi les couleurs nancéiennes pour fêter leur première victoire de la saison.


Chernik 4/5
Téméraire mais parfois courageux. Il assure et éloigne dans notre mémoire la trogne patibulaire d’un ancien champion de France qui ne devrait pas tarder à rebaptiser Didier Tholot « Môssieur le briseur de rêves », ou quelque faribole avinée de ce tonneau-là.

MEUNIER (5/5) : Le combo but + passe D ne laissent pas beaucoup de place au reste, surtout quand t’ajoutes une défense solide en dessert. Toujours plus à l’aise dans la moitié adverse.

José Fonte (4/5) :

Un but, une passe dé, et ce sourire ravageur qui met à l’épreuve mon hétérosexualité.

Ba 4/5
Aucun but encaissé et quel retour sur la boulette de Makhedjouf !

Muratori 4/5
Sa reconversion a l’air de tenir. Vincent sur le terrain, c’était déjà une offrande dont nous étions à peine méritants, cancrelats que nous sommes. Mais voyant sa beauté et le brassard à son bras, on se pâme carrément en implorant un quelconque seigneur des ténèbres de nous punir par divers moyens salaces et contraires à la plus élémentaire des bienséances.


NKUNKU (5/5) : Forcément.

Thiago Mendès (4/5) :

Oui, je pense qu’aujourd’hui, Thiago Mendès peut s’asseoir à la même table que Griezmann.

Nguessan 4/5
Le physique d’un asticot mais la hargne du brochet qui en fait son repas. En avalant le goujon qui le contient, oui.


Maboulou 5/5
Seulement pour son but. Mais ce n’était pas un but parmi d’autres, c’était LE but, le Graal inattendu qui n’était ni une coupe dorée ni une pierre incandescente mais un putain de contre rondement mené, conclu par une belle frappe dans la mère des marchands du temples, des Pharisiens et autres Français quand ça les arrange.

DYBALA (4+/5)La Joya est de retour. Dans un rôle qui lui sied à merveille, il nous a régalé. On a l’impression que les joueurs de Bologne ont passé leur soirée à le chercher sans jamais le trouver tant il était partout. Il a caressé le ballon pendant deux heures comme une jeune femme découvrant son clitoris sur le tard. Tant de bons moments à rattraper… et mon petit doigt me dit que dans cette position, les orgasmes vont pleuvoir. Un petit plus pour son but qui met la Juve sur les bons rails en plus de débloquer son compteur personnel.

Diony (surmotivé, 4/5) :

Il mord dans le ballon comme il mordait dans ses plats la saison passée. Affûté physiquement, sa débauche d’énergie sur tout le front de l’attaque a été récompensée d’un but superbe. L’ananas est bien décidé à ne pas être uniquement le fruit à la con du cocktail ou la garniture de ta pizza : cette saison, il va vous en faire bouffer de toutes les couleurs.


A.S. Nancy Lorraine 4-4-2 football formation

Peut-on gagné un match avec ce onze ?

Franck Ripoux

Fondu de l’eTG, je porte ma Croix de Savoie académie dont je suis le papa, en relation ambiguë avec Pascal Diot-Maid avec qui j’ai trouvé la Tomme crochue. Je suis adepte du pragmatisme, et même Dupraz tique.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.