Les Présentations : L’Italie

Nos chers frères d’Italie présentés par un duo transalpino-cisalpin

Le plus dur là ça va être d’essayer d’être froid et objectif, de ne pas parler de Materrazzi, ni du Calciopoli, ni de Berlusconi, ni des pubs ridicules montrant des joueurs en slip dans un vestiaire dans lesquelles je ne pourrais imaginer que Gourcuff et Valbuena parmi les joueurs de l’équipe de France (non pas Henry, ce ne serait pas possible de dévoiler cette partie légendaire de son anatomie)… Bref, je vais essayer de ne parler que de foot, et pour ça j’ai demandé l’aide d’un collègue Italien, parfaitement objectif sur les capacités de cette équipe puisque supporter romain. La Roma, hein, pas la Lazio. Et donc qui déteste la Juve, on y reviendra. Et il est d’autant plus la bonne personne qu’il est né en Belgique. Un vrai rital, quoi… Avec un passeport danois en plus, mais on fait ce qu’on peut, Sébastien Frey n’était pas disponible, il est parti à Cuba avec Trézéguet et Pirès faire une expérience vaudou. Il m’a dit que j’allais comprendre en regardant Domenech. Bref, merci à Stefano de me donner un coup de main.

Comme je suis un petit jeune qui respecte les anciens, ne prend pas leurs places dans le bus, et suit leur exemple, je commence moi aussi par un merveilleux hymne à l’Italie, ce pays cher au cœur de Raymond.

Et comme les blagues potaches ça va un temps, je mets aussi le vrai Fratelli d’Italia, qui est peut être l’hymne que je préfère avec Flower of Scotland.

Histoire : Il existe une légende en France qui dit que l’Italie n’avait plus battu la France depuis presque 30 ans avant 2006. Etant Bordelais j’aimais bien me souvenir que l’OM ne gagnait pas à Lescure, mais c’est un peu le même problème : en terme d’étoiles sur le maillot, l’Italie en a 4, la France 1. Les 2 premières datent de 34 et 38, avant une longue période de performances médiocres jusqu’à une deuxième place en 70, puis demi finaliste en 78 et vainqueurs des copains de Schumacher en 82 (Oui, on a tendance à oublier que la compétition s’est poursuivie après Séville). Ils ont depuis toujours atteint les 8ème de finale, avec une 3ème place à la maison en 90, une 2ème place en 94, 1/4 en 98, puis victoire en 2006. Si j’essaie d’être objectif, je dois dire que cette victoire d’ailleurs était probablement inattendue juste avant le début de la compétition. L’Italie se débattait en plein Calciopoli (raté, je suis obligé d’en parler), et il paraissait difficile de juger l’état de forme de joueurs dont on ne savait pas s’ils étaient au courant des magouilles ou non. La grande force de Lippi a été de fédérer son groupe qui était en mission pour montrer qu’au delà de Moggi et consorts il y avait aussi de sacrés joueurs de foot en Italie. Eh ouais, je viens de reconnaitre que ce n’est pas Zidane qui nous a fait perdre la finale mais Lippi et les Italiens qui l’ont gagnée… Révolutionnaire, je sais…

Le Groupe : Après l’intermède Donadoni jusqu’à la fin de l’Euro 2008, Lippi est revenu et s’est appuyé pendant toutes les qualifications sur le groupe avec lequel il a remporté la Coupe du Monde. Une tentative d’intégrer des jeunes pendant la Coupe de Confédérations s’étant soldée par un échec, ses 23 présentent selon les points de vue soit beaucoup d’expérience, soit trop de joueurs sur le déclin. Plus grave aux yeux de beaucoup de fans, ce supporter de la Juve n’a pas pu s’empêcher de sélectionner 8 bianconeri sur les 23, une proportion qui parait incroyable pour toute personne n’habitant pas Turin, la Juve ayant fait une saison très moyenne et ayant terminé 7ème du Calcio. La pièce maitresse du jeu italien reste encore Andrea Pirlo, qui vient de boucler une saison plutôt moyenne avec le Milan, et avec les retraites de Totti et Del Piero l’attaque ne donne pas de réelles garanties d’efficacité. En défense Lippi comptera une fois de plus sur Cannavaro, qui a probablement plus de chance d’être aussi bon que Thuram à l’Euro 2008 que Cannavaro lui même en 2006. Parmi les points positifs, on peut noter une fraicheur relative, les équipes italiennes ayant été éliminées tôt des compétitions européennes, à l’exception de l’Inter, mais comme le disent Hristo et Stefano « il n’y a pas d’Italiens la bas ».

La liste complète du groupe choisi par Marcello Lippi :

Gardiens: Gianluigi Buffon (Juventus), Morgan De Sanctis (Naples), Federico Marchetti (Cagliari)

Défenseurs: Salvatore Bocchetti (Genoa), Leonardo Bonucci (Bari), Fabio Cannavaro (Juventus), Giorgio Chiellini (Juventus), Domenico Criscito (Genoa), Christian Maggio (Naples), Gianluca Zambrotta (AC Milan)

Milieux: Mauro Camoranesi (Juventus), Daniele De Rossi (AS Rome), Gennaro Gattuso (AC Milan), Claudio Marchisio (Juventus), Riccardo Montolivo (Fiorentina), Angelo Palombo (Sampdoria), Simone Pepe (Udinese), Andrea Pirlo (AC Milan)

Attaquants: Antonio Di Natale (Udinese), Alberto Gilardino (Fiorentina), Vincenzo Iaquinta (Juventus), Giampaolo Pazzini (Sampdoria), Fabio Quagliarella (Napoli)

La Poule : Paraguay, Slovaquie, Nouvelle-Zélande. A priori sans difficulté, l’Italie même au ralenti devrait s’en sortir, à condition de ne pas rater son premier match contre le Paraguay. Le deuxième match contre la Nouvelle-Zélande devrait lui ne pas poser de problèmes. Ensuite ce serait probablement le Cameroun ou le Danemark, voire les Pays-Bas. Si on la joue Madame Irma :

Italie 2 – 0 Paraguay

Italie 4 – 0 Nouvelle-Zélande

Slovaquie 1 – 2 Italie

1/8ème : Italie 1 – 0 Danemark

1/4 : Italie 1 – 3 Espagne.

Vous imaginez vraiment Gattuso courir derrière Xavi pendant 90 minutes ? Et Cannavaro derrière Torres ? Moi non plus, mais en même temps on ne sait jamais.

Jean et Stefano.

22 thoughts on “Les Présentations : L’Italie

  1. Oh purée… le comité se sent obligé d’intervenir parce qu’il n’ a pas eu vent de moké depuis un moment.

    Dites donc Maxime, on dit d’abord bonjour, ensuite on dit s’il vous plaît quand on réclame quelque chose… et puis un « Onze type » ce n’est pas systématique…

    … Non mais franchement. Garnement.

  2. C’est peut etre un jeu de la part de Maxime, cher Comité, un espece de pyramide du web.

    Moké joue. Le 11 type ? Facile.

    Le 10 sport.

  3. Maxime, imagine…

    —————— Buffon —————-
    Zambrotta – Cannavaro – Chiellini – Grosso
    — De Rossi – Gilardino (Gattuso ?) —-
    ——– Camoranesi-Pirlo-Iaquinta ——-

    soit, l’équipe type plus ou moins pressentie, avec un

    —————- Gilardino —————-

    à la pointe de la technologie 4321 qu’on adore…

    source : http://www.calciomio.fr/

  4. Eva…precise comme une horloge suisse indiquant 16h44…deux fois, Eva…oublie Gallas et viens te faire contrôler, de toute façon il vomit William.

  5. Raah, j’ose à peine le dire… Mais je suis d’accord avec Eva à un détail près : pour moi Pirlo joue plutot sur la même ligne que de Rossi et Gattuso, derrière les 2 autres, donc 4321… Mais on chipote, là, merci d’avoir complété ma chère Eva

  6. 4321 ? Si seulement ! Ca serait un 433 à la française en plus blindé, mais tellement plus follichon que l’ultraparano 4231, le genre de ceux qu’on a enduré toute la saison avec l’OL. (Licha, Anelka, mes pauvres sacrifiés à la défonse centrale, Eva pense à vous)

    Jean, tu as raison de chipoter, je raconte beaucoup de conneries… J’ai lu (et pas que sur le site dont j’ai donné le lien) que Pirlo était souhaité comme animateur de jeu, d’où sa position, un peu inhabituelle, plus haute.

  7. Moké n’aime pas les italiens mais l’argument de la fraicheur physique face à l’Espagne franchement…pas sûr.
    Pour peu que les comparses d’Hristo là jouent méprisant comme avec Zidane et la fessée est au rendez vous…Faut pas enterrer les vieux trop vite. Regardez Inzaghi et Brandao, lequel a dansé ? Mbia ? oui c’est vrai…mauvaise exemple.

    bon, sinon j’ai la réponse du jeu : Le 69 belge

    y a plus rien à voir à ce sujet, Moké ferme le topic jeu qui n’existe pas.

  8. 3some… Moké je vis en Belgique et je suis curieux. Le 69 belge ? C’est un truc ou il faut parler des langues différentes mais parvenir à un consensus quand même ?

  9. @Jean : nan en fait tu te mets dos à dos et tu te frottes jusqu’au plaisir, tu peux en effet faire des trucs avec ta langue dans le vide mais t’as l’air con.

    Bon, en général le plaisir ne vient pas. La seule chose qui vient c’est une brûlure ou un exéma, voire les deux si t’es bien excité. Moké a appris ça lors d’un séminaire PNDW à Namur.

  10. Si on chipote jusqu’au bout Pirlo joue derrière la paire de milieux, juste devant sa défense.
    Impossible de voir l’Italie s’en prendre 3 contre l’Espagne, la garde meurt mais ne se rend pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.