Bordeaux-OM (0-1), La Canebière académie passe à autre chose

Aïoli les sapiens,

Cher journal,

Aujourd’hui était une journée quelconque. L’OM est allé gagner chez le dix-septième du championnat.


Les Longorious Basterds

Lopez
Lirola – Saliba – Caleta-Car – Luan Peres
Guendouzi– Kamara
Ünder (Targhalline, 91e) – Payet – Harit (Balerdi, 75e) – Luis Henrique (De La Fuente, 75e)


Signe des liens qui unissent depuis des temps immémoriaux l’Aquitaine et l’Angleterre, les Girondins se sont pris pour des supporters d’Arsenal en chouinant toute la semaine précédant le match. Certes, l’objectivité commande de reconnaître que le protocole sanitaire concocté par la LFP les emmanche salement. Toujours est-il qu’après s’être dépeints en victimes expiatoires, les Bordelais se présentent à nous avec un effectif finalement pas si différent de leur bande de bras cassés habituels.

De notre côté, la chevalerie ayant ses limites, nous nous sommes limités à compatir comme il le fallait en conférence de presse, tout en assurant par ailleurs à la LFP qu’il était hors de question de nous coller un match reporté de plus, sauf à nous voir renouer avec le calendrier d’équarisseurs que nous avons connu à l’automne dernier. Présentés comme le Goliath de la rencontre, nous n’en sommes pas moins amputés de sept joueurs : Dieng et Gueye sont à la CAN, Rongier et Mandanda sont blessés, Milik, Alvaro et Gerson sont positif au covid-19.

Le onze de départ n’en tient pas moins la route, avec une défense classique renforcée par Lirola à droite. Payet s’accommode de l’absence d’avant-centre comme il l’a déjà fait de nombreuses fois, même si les projections de Gerson risquent de lui manquer. Harit prend place aux côtés de Dimitri, tandis qu’à l’aile gauche Luis Henrique est préféré à De La Fuente, trop juste physiquement pour débuter la rencontre.


Le match

Le Bordeaux Cosette Project débute dès le coup d’envoi, avec des bleu marine appliqués à montrer combien il est injuste de faire trimer ces petits corps fragiles aux poumons meurtris et aux muscles démissionnaires. À moins que ces personnes ne soient réellement inaptes à la pratique du football, ce à quoi l’on objectera que c’était déjà le cas bien avant Wuhan sans que personne n’y trouve à redire. Nous restons quant à nous fidèles aux préceptes du Dry Premier Quart d’Heure : c’est comme le Dry January sauf qu’il ne dure que 15 minutes, et qu’au lieu de s’abstenir d’alcool on s’abstient de marquer des buts. Idéalement trouvé par Lirola, Harit envoie sa frappe au-dessus, avant que Kamara ne se jette pour reprendre sur le poteau un corner dévié par Caleta-Car.

Comme tous nos adversaires dotés d’un minimum de jugeote, Bordeaux nous oppose ce bloc bas que nous ne savons absolument pas manœuvrer. Après des débuts prometteurs, nous voici donc repartis dans ces interminables séquences de possession, dénuées de toute intention verticale et conclues au mieux par des tirs hors cadre.

Pour tout dire, Bordeaux-OM, ces dernières années, c’est passionnant comme un débat entre Valérie Pécresse et Marlène Schiappa sur Maître Gims : on y retrouve la même qualité des échanges et la même hauteur des enjeux. L’avantage, c’est que l’on peut mettre à profit les innombrables temps morts pour se consacrer à autre chose : débarrasser la table, signer le carnet de notes des enfants, insulter Manuel Valls sur Twitter… Or quelle ne fut pas notre surprise, à l’issue d’un coup-franc piteusement avorté sur hors-jeu : ayant tourné la tête dix secondes pour remettre une bûche dans la cheminée, nous retrouvons Cengiz Ünder qui déboule devant Costil et le bat une main dans le slip. Le ralenti nous éclaire sur cette action-surprise : sur le coup-franc consécutif au dit hors-jeu, le gardien girondin envoie un amour de passe pour Cengiz à trente mètres du but. Le Turc enclenche la marche avant, contourne deux défenseurs en faisant « bip-bip » et conclut (0-1, 37e).

La mi-temps s’achève sur la seule action bordelaise, d’un beau gabarit slipométrique au demeurant : Harit se fait secouer d’un tacle viril mais correct au milieu du terrain, le ballon étant alors transmis rapidement à Hwang dans la profondeur. En avance sur notre défense, le Coréen panique et expédie sa frappe deux-mètres au-dessus de la barre ; ce faisant, il confirme à la fois la nullité absolue de nos adversaires, mais aussi le devoir pour nous de sécuriser le match au plus vite.


Or la seconde période s’avère un calvaire, dépassant en niveau de stress même les matchs les plus tendus, par exemple notre dernière victoire à Paris. C’est qu’en l’occurrence, il ne s’agit pas pour nous d’accomplir un exploit héroïque, mais simplement de ne pas être ridicule à manquer encore une victoire qui nous tend les bras comme jamais. Les trois points ne sont pas à gagner, ils sont à ne pas perdre. Pour être juste, Sampas-Boas n’est pas le seul en cause dans cet agacement puisque les occasions sont bien au rendez-vous, aussi abondantes que juteuses à souhait. On vous fait la liste, pour la gloire : tête de Caleta-Car sur coup-franc, parée par Costil (51e) ; Payet lance Guendouzi seul, qui trouve le moyen de tirer droit sur le gardien (avec bonus second ballon foiré par Lirola, 55e) ; Payet lance Ünder lancé seul par Payet, qui rate lui aussi son face-à-face (62e) ; Dimitri servi en retrait par Luis Henrique, pour un tir tout mou (73e) ; spécialité « recentre et frappe » de Cengiz, droit sur Costil (78e) ; Lirola en retrait pour Payet, qui dispose d’une demi-heure pour s’appliquer, mais voit son tir contré (79e) ; tentative d’enroulé de Guendouzi (ha ha, 81e).

Côté Girondin, l’envie de se porter à l’avant est réelle, mais n’est pas accompagnée des moyens adéquats. La défense maîtrise ses adversaires sans difficulté, même si parfois l’équipe recule trop pour ne pas s’exposer à ce petit tir dévié merdique qui sait si bien punir les équipes incapables de se mettre à l’abri.


Le ton monte légèrement à la dernière minute, lorsque Lopez capte le ballon sur corner. L’OM évite toute hausse de rythme avec la plus grande sérénité. Sachant que des Bordelais nous lisent, je n’hésiterai pas à me livrer à une comparaison avec ce sport qui leur convient tellement mieux que le football : notre temps additionnel, c’était un enterrement de ballon de première classe digne de la fin de Nouvelle-Zélande-France à la coupe du monde de rugby 2011, avec notre Dimitri Payet dans le rôle de Richie Mc Caw (pour le côté filouterie, pas pour les mandales et les doigts dans le cul en douce). Ça prend la balle, ça l’amène au coin du terrain, coup-franc, on joue court dans le coin du terrain, corner, on joue court, coup-franc, etc. À l’issue de ces quatre minutes stérilisées, ce sont tous les Marseillais nés après le 1er octobre 1977 qui se trouvent soudain dépucelés du Bordeaux-OM, éprouvant les sensations afférentes à ce type de première-fois : c’était laborieux, on est soulagés que ce soit enfin arrivé, mais très clairement c’était loin de l’extase.


Les joueurs

Lopez (3+/5) : Totalement rassurant, il se met le doigt à l’équerre sur son ultime sortie. Se plaignant de sa blessure en montrant son doigt cassé à l’arbitre, il ne reçoit pour toute réponse qu’un carton jaune, rappelant ainsi s’il en était besoin la parenté étroite entre ces corporations si nobles que sont le corps arbitral et la police nationale.

Lirola (2/5) : Forme avec Cengiz Ünder un duo aussi complémentaire sur l’aile droite que deux piles AAA dans un vibromasseur. Enfin, quand on saura dans quel sens les brancher.

Saliba (4/5) : Sur la lancée des rencontres contre l’Entente sportive Cannet-Rocheville puis l’Union sportive chauvinoise football, William a maîtrisé en bâillant les dérisoires tentatives du Football Club des Girondins de Bordeaux. Pas de quoi prendre la grosse tête.

Caleta-Car (4+/5) : Finalement, les Girondins auraient préféré subir un covid long plutôt que 90 minutes avec Duje sur le dos, ça aurait été moins fatigant.

Luan Peres (4/5) : Et les rares qui croyaient échapper à Duje en se repliant dans leur camp, Luan est allé les chercher lui-même dans l’autre moitié de terrain.

Kamara (3+/5) : Conduit le match comme une motocrotte : on patrouille, on constate, on aspire et on rejette. C’est fonctionnel, et c’est efficace contre les impuretés qui traînent.

Guendouzi (3-/5) : Les 44 ans sans gagner à Bordeaux, c’est réglé. Maintenant, il va falloir s’attaquer aux 44 ans de Matteo Guendouzi sans réussir un face-à-face avec le gardien.

Ünder (3+/5) : Il a fini par se montrer aussi agaçant que les autres à rater des occasions plus grosses que lui en deuxième mi-temps. Reste que, quand on déclenche une telle clameur dans tout Marseille – douzième arrondissement compris, on mérite les hommages.

Targhalline (91e) : Entré pour voir Payet et Lirola jouer des corners et des coups-francs à deux.

Luis Henrique (1+/5) : Pas en confiance, donc les copains ne lui font plus de passes, donc il est encore moins en confiance, donc les copains lui font encore moins de passes, etc. Espérons que cette histoire de jeune homme rejeté ne finisse pas par un scénario à l’américaine, du genre un meurtre de masse ou, nettement pire, un transfert en MLS.

De La Fuente (75e) : À la différence du précédent, il a saisi en peu de temps tout ce qu’affronter une équipe de victimes pouvait apporter de bon à l’égo.

Payet (3/5) : Paraît à première vue tout mou et peu décidé à illuminer le match de sa classe, et puis paf, quand on relit les notes on retrouve plus d’une paire de passes qui eussent été décisive si nos gorets habituels n’avaient pas été chargés de les convertir.

Harit (1/5) : Aussi peu spontané qu’une interview présidentielle, et à peu près aussi catastrophique.

Balerdi (75e) : Témoin d’une rétractation gonadique à l’ancienne de la part de l’entraîneur, choix récompensé cependant par une fort belle intervention défensive de sa part.


L’invité zoologique : Stian Gregersinge hurleur

Le singe hurleur est véritablement l’histrion de la jungle, à savoir un animal dont la principale activité consiste à produire du vacarme afin que chacun sache à quel point il est essentiel à l’écosystème. On raconte que les plus vieux éléphants ont passé des décennies à endurer ce pénible avant de prendre conscience de la seule attitude pertinente : mettre des boules Quiès et commencer à s’en battre les couilles. Le singe hurleur est donc l’invité approprié pour parler de ce match à qui l’on a longtemps donné plus d’importance qu’il n’en a.

– Les autres : Excepté à la rigueur Elis et Sissokho, cette équipe n’a pas fait grand-chose pour nous empêcher de couper le seul fil qui retenait encore ce club au-dessus du néant.

Le classement : Deuxièmes en attendant de voir les autres s’étriper le week-end : on prendra davantage de plaisir à voir et revoir le classement plutôt que le match.

Coming next : Sous réserve des dernières facéties conjointes du virus et des autorités, nous nous apprêtons à passer la vitesse supérieure avec la réception de Lille et un déplacement à Lens, avant le huitième de finale de Coupe de France contre Montpellier.

– Les réseaux : ton dromadaire préféré blatère sur Facebook, sur Instagram et sur Twitter. Florent Llrns remporte le concours zoologique.

Girondins de Bordeaux découvrant par la force des choses qu’il reste des matchs à jouer après le 7 janvier.

Bises massilianales,

Blaah.

Blaah

Dromadaire zoophilologue et pertuisien. Idéal féminin : à mi-chemin entre Scarlett Johansson et Maryse Joissains.

2 commentaires

  1. Merci pour ce coup d’un soir. Si ça a fait un peu mal sur l’instant, il faut avouer que finalement, ça soulage.
    Si jamais nous ne déménageons pas à l’étage du dessous, c’est avec plaisir que nous vous recevrons l’année prochaine pour une nouvelle soirée passionnée.

  2. Grandiose !

    On les a écrasé 1-0.

    Dire que je n’ai pas vu ce match.

    Allez l’OM !! Nous sommes les Marseillais ! Allez l’OM !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.