La Calcio Académie vous raconte la 7e journée de Série A

Ciao ragazzi,

Du sang, de la transpi, des larmes. Et parfois même un peu des trois en long drink, coupé à l’angostura bitter et à la San Pellegrino. Voilà à quoi ressemble une giornata classique de Calcio (Académie en tout cas). Et si vous pensiez trouver quelque chose de différent cette fois, et bien c’est que vous ne m’écoutez pas bordel. Je vous en veux pas. Je veux dire merde, la pertinence n’a jamais été une priorité. Le football non plus d’ailleurs. On n’ira pas jusqu’à dire que ce dernier est un prétexte anal… Quoi ? l’Éditeur (cet uomo bello) a dit ça mot pour mot dans son interview spécianale pour les dix ans de la Canebière Académie, la mère de toutes les autres ? Bon, soit. On est dans le bon depuis le début alors !

Et la Serie A dans tout ça ? Et bien on y vient mes p’tits potes. Le Derby d’Italia a tenu toutes ses promesses, même si Kiki vous dira qu’IL Y AVAIT PÉNO SUR LUKAKU. Le Napoli avait l’occasion de reprendre des points sur le vaincu, c’est donc tout naturellement qu’il a chié dans la colle. Le Milan a gagné, et plein d’autres trucs plus ou moins probables du genre ont ponctué cette septième journée. Sans plus attendre, les résumés des partite.

Atalanta-Lecce (3-1) :

Encore une victoire facile pour l’Atalanta qui signe sa cinquième victoire en sept matchs et confirme son super classement de l’an dernier. Le trio offensif Zapata, Gomez, Illicic fonctionne à merveille puisque les deux premiers sont buteurs et le dernier passeur décisif.
Côté Lecce, pas grand-chose à se mettre sous la langue, c’est pauvre et ça ne joue pas dans la même cour.
Attention à ne pas s’enflammer côté bergamasque puisque l’Atalanta va jouer la Lazio, Manchester City (deux fois) et Naples lors des cinq prochains matchs.

Les buteurs : Zapata (35’), Gomez (40’), Gosens (56’) pour l’Atalanta ; Lucioni (86’) pour Lecce.

Torino-Napoli (0-0) :

Pour résumer :

Genoa-Milan (1-2) :

Trois défaites consécutives, c’est le passif récent de Giampaolo à la tête du Milan qui n’a pas le droit à l’erreur face à un Genoa 19e… et pourtant, c’est ce même Genoa qui domine, et ouvre le score suite à une bourde de Reina, pourtant convaincant jusque-là.
A la pause Milan perd et se dirige tout droit vers un enfer pourtant si proche… mais Hernandez dans un premier temps puis Kessie suite à un penalty trèèèèèès généreux (la VAR, quelle plaie) accordé par l’arbitre, permettent à Milan de revenir au score.
Un carton rouge de Calabria, le quatrième rouge en cinq matchs, signe que l’équipe est très malade et un penalty arrêté par Reina dans les arrêts de jeu de la 2e MT plus tard, Giampaolo ne convainc toujours pas et sauve presque son poste suite à ces trois points beaucoup trop difficilement acquis.
NDLCA : Giampaolo a été licencié cette semaine, remplacé par Pioli, ancien de l’Inter, et dont le nom ne fait clairement pas bander les milanisti.

Les buteurs : Schöne (41’) pour le Genoa ; Hernandez (51’) et Kessie (57’) pour Milan.

Hellas Verona – Sampdoria (2-0) :

Di Francesco jouait sa vie ce soir. Six défaites en sept matches à la tête de la Samp’, il n’avait pas le droit à l’erreur. C’est donc tout naturellement que les blucerchiati se sont fait poutrer. Bien emmenés par un Miguel Veloso des grandes après-midi, les Veronesi on marqué deux fois grâce à lui. D’abord à la réception de l’un de ses corners, puis suite à l’un de ses coup-francs que Murru enverra au fond de ses propres filets, comme une saucisse plongeant droit dans le fondement de son entraîneur. Entre les deux buts, quelques actions de part et d’autre, ponctuées de quelques RAIES. Trois coups de sifflet plus tard (soit environ 0,00001% des coups de sifflet ayant été gracieusement offerts aux Horsjeuïades 2019), le club de la ville la plus raciste d’Italie sort du terrain avec la sensation du devoir accompli. Di Francesco quant à lui pourra aller pointer (ou remplacer Pioli au Milan dans deux mois).

Les buteurs : Kumbulla (9e) et Murru (autogoal 81e).

SPAL – Parme (1-0)

C’est un derby. Ce n’est probablement pas le plus connu, ni le plus regardé, mais c’est un derby. Pour ceux qui ne le savent pas, la SPAL est basée à Ferrare, une ville moyenne d’Emilie-Romagne. Parme est à peine à une heure trente en voiture, et encore, en roulant en FIAT Punto. L’évènement est assez important pour remplir le vieux stade Paolo Mazza. L’affluence est folle. Ils sont 13 000. Quand on y réfléchit un peu, la SPAL est un peu une anomalie dans cette série A. Depuis 2005, le club s’est refondé trois fois. Tous les cinq ans, les gars refondent le club. C’est leur délire. Ça pourrait être d’agrandir le stade, d’améliorer le centre d’entrainement. Mais non, eux ils refondent le club. Visiblement, la gestion c’est pas trop leur fort. Alors forcément, tout le monde les voit descendre. Mais la Società Polisportiva Ars et Labor (ouf !!) a aussi des atouts, des vieux atouts à l’instar de l’inoxydable Floccari, trente-sept ans.

Floccari toujours à l’aise dans ses mephisto

Finalement la SPAL remporte une victoire amplement méritée. Les parmesans n’ont pas vu le jour du match. Hernani a tiré un coup franc au-dessus, Cornelius a crevé deux ballons et pis c’était déjà bon comme ça. Et encore l’addition aurait pu être bien plus sévère sans un Luigi Sepe des grands soirs. L’homme du soir chez les I Biancazzurri est sans aucun doute Andrea Petagna, buteur et terriblement précieux dans son jeu dos au but.

Le buteur : Petagna

Fiorentina-Udinese (1-0) :

La Fiorentina continue sur sa belle dynamique et engrange une troisième victoire de suite. Dans un match bien fermé la viola aura bien tenté, beaucoup sans grande réussite face à une équipe de l’Udinese timide et qui se verra de plus refuser un but après visionnage VAR. C’est finalement Milenkovi? qui débloquera la situation et la Fiorentina repart avec les trois points.
Le Buteur : Milenkovic (72’)

Roma-Cagliari (1-1) :

On ne va pas parler du match, en soit il n’y avait rien d’intéressant : un csc, un péno et un arbitrage très douteux et ça finit à un but partout, on remballe.
Non on va plutôt toucher deux mots sur l’étrange cas des blessures de la Roma, on ne sait pas ce qu’ils foutent dans l’eau, leur air ou les pappardelle de la cantoche, mais la malédiction continue et la liste des blessés ne finit plus de s’allonger : Pellegrini, Zappacosta, Perotti, Diawara (sorti d’ailleurs pendant ce même match sur blessure), Under, Dzeko et Mkhitaryan. Le milieu de la Roma est décimé, capout ! gone baby gone ! Alors quelle est la cause de cette succession de blessures ? Yénousachons pas mais le club ferait bien de passer un coup de fil à Guy Roux pour lui choper le numéro de son sorcier africain (true story). Un sacrifice de poulet fermier et on n’en parle plus.

Les Buteurs : Ceppitelli 31’ (csc) , Galvao 26’ (P)

Bologne-Lazio (2-2) :

Il ne fallait pas arriver en retard au stade Renato-Dall’Ara. Bologne confirme ses belles intentions dans le jeu. Par deux fois, les Rossoblu prennent l’avantage. La Lazio reste une équipe à réaction. Ciro Immobile claque donc un doublé salvateur pour offrir un petit point aux siens.

Bologne est plutôt mal payé pour l’ensemble de sa prestation. Riccardo Orsolini a terriblement fait souffrir une arrière garde laziale légèrement dépassée. Faut croire que les équipes se passent le mot ou qu’elles bossent un peu la vidéo pendant la semaine. Lulic et Radu sont régulièrement en difficulté. Si I Biancocelesti ne règlent pas ce problème, les résultats ne seront pas à la hauteur des ambitions.

Cette équipe de Bologne nous aura bien plu. Nous avons drôlement envie de les revoir cette saison. Depuis l’annonce de la rénovation audacieuse de leur enceinte, il semblerait que le club soit prêt à franchir un palier. Il faudra encore patienter pour évoluer dans le nouveau Dall’Ara (que vous pouvez apprécier dans notre visuel remarquablement inséré dans l’article).

Les buteurs : Krejci, Palacio / Immobile X 2

Inter – Juventus (1-2) :

L’avis Nerazzurro

Pas la peine d’écrire un roman, y’avait pénalty sur Lukaku. Et forcément, ça change tout.

L’Inter s’est battu avec ses armes contre l’ogre de la Série A. Mais la Juventus reste la plus forte. Sa gestion du car régie dédiée à la VAR est un exemple pour les clubs transalpins. On ne va pas s’arrêter sur cet unique fait d’arbitrage. L’intensité de ce derby d’Italie fut assez dingue. A l’heure actuelle, il s’agit sans aucun doute des deux meilleures équipes du championnat. La blessure de Sensi tue un peu le match. Mais Conte a plus d’un tour dans son sac. L’Inter peut marquer sans jouer un football remarquable. Ce fut le cas et sans un arbitrage burlesque…

L’avis Juventino : 
A lire ici dans la merveilleuse académie par le non moins merveilleux Alessio Tachychardie. 

Les buteurs : Martinez (18′) pour l’Inter ; Dybala (4′) et Higuain (80′) pour la Juve.

Note artistique de la journée (2+/5) :

La moyenne plus quoi. Le Milan qui renoue avec la victoire, les clubs de Rome qui font match nul, le Napoli aussi… Les vraies bonnes opérations du week-end, on les trouve du côté de Turin (le côté qui gagne hein, pas les petits taurillons inoffensifs) et de Florence. C’est simple, depuis la défaite face au Genoa début septembre, la Fio a enchaîné les bons résultats. Nul contre la Juve et l’Atalanta, victoire contre tous les autres. Un mois sans défaite qui les voit s’approcher tout doucement des fragiles outsiders que sont les clubs romains et le Napoli. Enfin, l’Atalanta brille autant en Italie que ce qu’elle en chie en Europe. C’est bieng.

La Calcio Académie vous souhaite une bonne trêve internatianale (ce football qui ne nous intéresse qu’un mois tous les deux ans), et vous donne rendez-vous dans deux semaines pour la huitième journée avec une nouvelle formule plus anale, puisque c’est notre raison d’être.

La page youtube officielle de la Serie A si vous voulez voir de beaux buts.

N’oubliez pas les deux boutons en dessous, pour que vive l’alterfoot et que s’abreuvent les académiciens.

Bacci Anali.

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même de l'Inter.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.