La Calcio Académie vous raconte la 38e journée de Serie A (20-21)

Ciao ragazzi,

On a bien dénoué cette drôle de saison de Serie A lors de cette 38e et dernière journée. Enfin, ça c’est parce qu’on est pas pour le Napoli hein. Allez, avouons qu’on n’a pas boudé notre plaisir de les voir échouer à la course à la Tchampionsse. Non ? Ben non. Parce que franchement on espère tous que la Juventus sera exclue à vie de tout, chargée dans un vaisseau SpaceX et envoyée en direction du soleil (avec Elon Musk à son bord, profitons-en). Pour le moment en tout cas, le Napoli est le cornuto du Calcio et franchement mon vieux réflexe d’ancien gérontophile fait que je me marre bien en voyant les tifosi du Napoli en PLS. Au moment où ces lignes sont écrites, un autre coup de tonnerre s’est abattu sur la Botte. Antonio Con(de chauve)te, fraîchement auréolé d’un titre de champion d’Italie avec l’Inter, s’en va. Divorce à l’amiable à ce qu’il paraît, suite à des divergences sur le modèle économique du club. Le syndrome Fabien Galthié (oui bon ça va on peut rigoler) en somme. Simone Inzaghi est pressenti pour le remplacer. Autant vous dire que la valse des mister s’annonce chaude et moite cet été sous le torride soleil d’Italie (pitch de porno de gay de qualité n’empêche). Enfin, pour finir sur le classement du haut, un petit mot sur le Milan de l’ami Franco Bas Résilles, ou plutôt sur son futur ex-gardien Gigio. Le jeune homme qui pourrait devenir une légende du Milan, partira probablement cet été parce que la tumeur colo-rectale qui lui sert d’agent l’a décidé ainsi. Dollarumma is back.

Pour l’en-bas du classement, ben trop rien à dire. Ouais je fais la tronche parce que le Toro s’est sauvé, et que le Benevento de l’ami Franco Bas Résilles (décidément…) non. On n’est pas obligés d’être objectifs, ni de tout raconter. On fait ce qu’on veut tant qu’on ramène pas de procès au service juridique. Na.

Cagliari – Genoa (0-1) :

Si le dieu de la coiffure existe, et franchement ce n’est pas qu’on en doute sérieusement mais on a perdu près de vingt minutes à chercher sur google et que dalle hein, vous pouvez être certain qu’il regardait ce match dimanche soir. Il a sanctionné avec assez de justesse, il faut bien le reconnaître, les initiatives capillaires franchement douteuses d’Alberto Cerri en le faisant rater chaque action. Ah il sait y faire le dieu du tif. Sournoisement, il lui a laissé croire qu’il allait pouvoir égaliser et à chaque fois, ça tombait juste à coté, à un poil, que dis-je, à un cheveux de la cible (rires en coulisse).

Une vraie petite gâterie sarde

Le Genoa menait au score tranquillement. Ce n’est pas un jugement sur leur sérénité ou sur une quelconque domination sur le match. Non, ils jouaient tranquille, avec le petit café avec une petite part de Pardula bien savoureuse. L’homme des grandes plaines et des hautes montagnes et accessoirement l’ami des chevaux, l’ouzbek Shomurodov est lancé en profondeur. Eldor adore ça la profondeur. N’y voyez pas une allusion cachée au célèbre fucking blue boy. Nous nous laissons aller à un raccourci un peu facile sur les ouzbeks. C’est lâche et médiocre d’autant que nous savons bien qu’ils ne viendront pas se plaindre et quand bien même ils le feraient, on ne comprendrait rien. Donc oui, on imagine les Ouzbek avec leur chevaux, gambadant (les chevaux hein) dans les grandes plaines avec des herbes à la con qui t’arrivent au genou. Alors vous pensez bien que le gars adore l’espace et la grande verdure, il se débarrasse sans grande difficulté de Rugani et de Klavan avant d’ajuster Cragno d’une petite balle piquée. L’ouzbek est assurément un des hommes en forme de ce Genoa. Pis, il va pas se fatiguer avec l’Euro, c’est l’avantage. On le retrouvera la saison prochaine pour notre plus grand bonheur.

Un truc dans le genre mais avec des herbes légèrement plus hautes

Bon, le dieu des tifs n’en n’avaient pas seulement après le pauvre Cerri, il a également fait trinquer Behrami pour sa décoloration digne des années 90. Le Suisse prend deux jaunes largement mérités en quelques minutes, bim direction le vestiaire. Bon, tout cela n’est que très accessoire. Cagliari et le Genoa seront encore là la saison prochaine. On ne va pas se gêner pour les tailler.

But : Shomurodov (15e)

Sampdoria-Parma (3-0) :

Personne ne jouait plus rien. Mais l’éternel Fabio Quagliarella jouait encore au football. Bon la fin commence à se faire sentir pour lui, mais c’est toujours un immense plaisir de le voir marquer. Colley prendra au piège la défense parmesane avant que Gabbiadini ne place la saucisse finale dans le parmesan qui n’a pourtant pas de trou comme tout le monde le sait.

Buteurs : Quagliarella (20e), Colley (44e) et Gabbiadini (64e) pour la Samp’.

Torino – Benevento (1-1) :

Voilà, c’est fini. On le savait avant le match, le maintien acquis par Torino quelques jours plus tôt condamnait Benevento à la Serie B. Triste pour cette équipe plaisante, qu’on a aimé commenter par son jeu spectaculaire et malgré une défense cataclysmique qui prouve encore dans ce match avec une erreur de sortie du gardien, qu’elle était trop juste pour le plus haut niveau.
On reviendra plus longuement sur toute la saison de Benevento, on salue également le Torino qui devra oublier cette année, dure et longue, qui devra s’en relever surtout, avec d’après les rumeurs, un chamboulement d’effectif. Belotti, la star devrait partir, et on espère pour le granata qu’ils s’en relèveront …

Buteurs : Bremer (29e) ; Tello (72e)

Crotone-Fiorentina (0-0) en une image :

Inter – Udinese (5-1) :

L’Inter a démarré le bal de cette dernière journée. Il fallait laisser le temps à la ville et au tifosi de fêter une deuxième fois le titre. Le club a également officialisé un prêt financier en chêne massif du fond de pension américain Oaktree. Suning a trois ans pour rembourser et ils ont plutôt intérêt à le faire. Le mercato s’annonce donc très calme. Les arrivées seront financées uniquement par des départs. Il n’y aura pas d’investissements supplémentaires. Un paquet de joueurs sont déjà sur le départ. La question d’un départ de Sensi se posera probablement. Constamment blessé, Stefano est pourtant un joueur remarquable. Mais il est incapable de jouer plus de 120 minutes consécutivement sans se blesser.  Ce dimanche, ça n’a pas loupé. Il a trébuché sur une pâquerette et hop civière, à dans trois semaines mon pote. Nous ne saurions dire quels autres joueurs risquent de quitter le navire, il n’est d’ailleurs pas encore tout à fait certain de voir Conte continuer l’aventure. Alors, il faut profiter du titre et savourer le présent, les tifosi ne le savent que trop bien.

Histoire de faire rager un peu les collègues

Pour la dernière, l’Inter s’est amusée d’une Udinese, pas suffisamment armée pour espérer quoi que ce soit dans le match et ailleurs. L’Inter leur offre même un peno en fin de match, histoire de permettre au premier bianconeri de l’histoire (ils ont le droit de le revendiquer) de finir la saison sur une note un peu positive.

Un petit bonbon avec tous les buts de l’Inter en British (19 minutes quand même, on prévient quand même)

Buts: Young (8e), Eriksen (44e), Lautaro (55e)Perisic (64e), Lukaku (71e) / Pereyra (79e)

Atalanta – AC Milan (0-2) :

L’impensable a été évité pour les rossoneri. La possibilité d’une eviction dans les 4 premiers était réelle, voire la plus logique aux vues des confrontations de la juve et du Napoli. Mais, c’était sous-estimer la capacité du Milan à l’extérieur … Un double penalty (pour des fautes réelles) de Kessie a envolé Milan à une 2e place finalement logique vu son parcours de la saison. Succès mérité donc, et plus encore, Milan a établi un nouveau record à l’extérieur en Serie A avec 16 victoires en 19 matchs. Record historique en Serie A.

L’Atalanta fait les frais de cette défaite, et termine 4e. Pas de réelle conséquence, si ce n’est financière, car la Dea était déjà qualifiée en ligue des champions, sans barrage.

Les quatre équipes italiennes en ligue des champions la saison prochaines sont donc les deux milanaises, l’Atalanta et la Juve, soit quatre équipes du nord.

Buteurs : Kessie sp (43e, 93e)

Bologna – Juventus (1-4) :

Morata et Chiesa, deux des rares satisfactions dans une saison d’une grande analité, auront permis à la Juventus d’assurer la place en Tchampionsse (jusqu’à la disqualification éternelle et la fusée vers le soleil donc). Le Duc (dont l’italianisation du surnom continue à se faire attendre par 27 % des électeurs qui répondent aux sondages dans notre cher pays de merde) y sera aussi allé de son but histoire de. Cricri lui n’aura pas porté une dernière fois le maillot de la Juve. Dommage. Tant pis. Bon vent et merci pour tout.

Buteurs : Chiesa (6e), Morata (29e et 47e) et Rabiot (45e) pour la Juventus.

Sassuolo – Lazio (2-0) :

Pour vous imaginer le match, dites vous qu’un épisode de Joséphine Ange Gardien vous garantit plus de suspense et de rebondissements. Pour vous faire un topo assez simple : Sassuolo devait absolument s’imposer pour espérer garder une petite chance de se qualifier dans la nouvelle coupe d’Europe de l’UEFA et La Lazio, quant à elle, est en vacances depuis longtemps. Et comble de malchance, une défaite n’arrangeait pas spécialement les affaires du rival Romain. Inzaghi sort donc sa grosse équipe avec T’choupi, Pepa Pig et Oui Oui en pointe. Bizarrement Sassuolo bouffe complètement la Lazio, même en jouant à dix.

Aie Caramba, il a oublié le ballon ce petit con de T’choupi

On retiendra quand même le superbe coup franc de Kriakopoulos qui envoie une lourde comme au bon vieux temps. La victoire ne suffira malheureusement pas pour les neroverdi. De Zerbi quitte Sassu par la grande porte, à un petit point d’une qualification qui aurait été historique. Malgré sa fin de saison laborieuse, la Lazio se qualifie, sans gloire, pour l’Europa League. Inzaghi est annoncé comme partant. Comme quoi, dans le foot, tout va très très vite, trop probablement car il serait terriblement injuste de juger le pauvre Simone sur cette fin de saison.

Buts : Kryakopoulos (10e) et Berardi (78e)

Napoli – Hellas (1-1) :

Enorme déception. Aucun autre mot. Le Napoli avait son destin entre ses mains. Il devait gagner chez lui, pour se qualifier en Ligue des Champions. Malgré beaucoup d’occasions, le Napoli a fait match nul contre un Hellas qui n’a rien laché, qui a joué ce match comme une finale, et qui n’a pas faussé le championnat. C’est terrible pour Gattuso, Insigne, et les siens qui ont fait une deuxième partie de saison remarquable, et un match très abouti.
Desillusion énorme pour tout un peuple qui y a cru et qui, habitué ces dernières années à l’Europe, devra figurer en Europa League, laissant les quatre du nord truster la Champions…

Buteurs : Rrahmani (60e) ; Faraoni (69e)

Spezia – Roma (2-2) :

La Roma n’est pas passée loin de la catastrophe. La Spezia n’avait pas décidé de jouer aux figurants. Les Ligures ont mis tout leur cœur dans le match. Nous vous avons mis le résumé car il vaut le coup d’œil. Vous pourrez constater que la musique est à la pointe de l’actualité et vient ponctuer chaque but comme une double punition pour les adversaires. Déjà tu te prends un pion et après tes oreilles se mettent à saigner toutes seules. Il est malin le Ligure.

Les Romains vont quand même réagir malgré un excellent Rafael (39 ans quand même). Ils attendront les dernières minutes et le lancement du feu d’artifice pour égaliser par l’intermédiaire de Mkhitaryan et qualifier par conséquent la future équipe de Jouzé Mourinho en Conference Europe. La Calcio Academie se régalera chaque semaine. On peut toujours compter sur la Roma et ça fait plaisir.

On sera heureux de revoir également La Spezia. Le promu finit à une honorable quinzième place. Vincenzo Italiano est un véritable magicien. Il a rendu cette équipe vaillante et déterminée. Pogeba (dommage qu’il ne prénomme pas Paul) termine la saison en trombe. Avec le précieux Nzola, une des révélations de la saison, et le jeune espoir Maggiore, ils peuvent confirmer l’an prochain mais ils seront attendus au tournant. Le plus dur commence.

Le résumé comme promis

Buts : Verde (6e) et Pogeba (38e) / El Shaarawy (52e)  Mkhitaryan (85e)

Note Artistique de la journée : 5/5

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Un commentaire

  1. « Malgré beaucoup d’occasions, le Napoli a fait match nul contre un Hellas qui n’a rien laché, qui a joué ce match comme une finale, et qui n’a pas faussé le championnat. »

    Si même les équipes du ventre mou se mettent à jouer des finales, on ne va vraiment pas s’en sortir…

    « Cricri lui n’aura pas porté une dernière fois le maillot de la Juve. »

    Vous voulez dire qu’il l’aura seulement porté une avant-dernière fois ? Ou alors, il va le garder jusque sur son lit de mort et ne jamais s’en séparer ? Mais comment il va faire pour ses photos torse nu, vous y avez pensé ?!!? Ou alors c’est une réflexion philosophique pour nous dire que toutes nos actions peuvent être les dernières, en fin de compte, et donc qu’il faut profiter de la vie et profiter de son temps libre pour lancer des Super ligues ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.