FONDEMENT (cycle initianal). Episode final et de bonané.

Pour tout lire : 123456789.

Esther était partie. Athalie avait regardé sa sœur sortir du bâtiment en se disant qu’elle ne la reverrait peut-être jamais. Elle avait pris sa décision. Mais, en se ralliant à sa sœur, n’était-elle pas passée du mauvais côté ? Dès que le conseil dirigeant la Fédérafion, la Pyramide, apprendrait sa trahison, elle devra fuir. Il fallait seulement que cela ne soit pas avant que Louis Gustave soit mis en lieu sûr, hors d’atteinte de la Guilde, et surtout d’Auchel.

Elle eut soudain un vertige. Dirigeant fébrilement ses mains le long des murs, elle sortit de son bureau pour demander à Jérémy un cachet stimulant. Mais le bureau de son auxiliant était vide, et elle se souvint pourquoi. Il était parti retrouver Gustave. Un bruit attira son attention à l’opposé de la pièce. Elle se figea.

—   Bien le bonjour Athalie !

Elle aurait pu reconnaître cette voix parmi des centaines. Suave jusqu’à la fourberie, faussement courtoise, s’insinuant dans l’air comme une lourdeur chimique. Jo-Milas Auchel.

—   Ah, mon cher Castor, je n’osais plus espérer de vos nouvelles.

Elle parvenait à masquer le tremblement dans sa voix. Il ne fallait pas éveiller les soupçons de ce serpent. Elle décida de prendre les devant.

—   Vais-je enfin être autorisée à en savoir davantage sur cette affaire Gustave ?

—   Chaque chose en son temps, Athalie. L’enquête est toujours en cours. Vous connaissez comme moi les statuts de notre belle Fédérafion.

Toujours ce ton à l’apparence respectueuse mais qui transpirait le mépris et la suffisance. Athalie Bourrée du Toit laissa échapper un rictus de dégoût sur son visage.

—   Bien. Puis-je dans ce cas connaître la raison de votre venue ?

—   Il s’est échappé.

—   Qui donc ? Gustave ?

—   Oui.

Athalie fit un immense effort pour masquer son étonnement. Jérémy n’avait pas pu aller aussi vite. Quelqu’un d’autre avait libéré le renégat.

—   Et que voulez-vous que cela me fasse ? Il était placé sous votre surveillance, dans un de vos centres de détention, qui sont, paraît-il, inviolables…

—   Ne soyez pas tant amère, Athalie. Je vous promets de vous en dire plus le moment venu. En attendant, il faudrait lancer un avis de recherche de niveau rouge vermillon sur l’ensemble du territoire que vous contrôlez.

—   J’imagine que je n’ai pas vraiment le choix.

—   Athalie… Vous n’allez quand même pas prendre le risque de laisser un terroriste séditieux libre de ses mouvements au sein de la Ligue.

Sans changer d’intonation, Auchel l’avait menacée. Gustave devait se trouver dans un des États de la ligue. Et si elle échouait à l’appréhender, dieu sait quel sort le Castor lui réservait. Elle devait jouer serré.

—   Mais soyez rassurée, Athalie, Je ne vous laisse pas seule pour réaliser cet exploit. Dément vous aidera.

Athalie pâlit. Dément Turbin, le chef de la Guilde. Un fidèle de Jo-Milas, un être qui terrorisait la Fédérafion toute entière. Il allait prendre le contrôle des opérations, et la laisser simple observatrice.

—   J’espère que cette ingérence ne se transformera pas en absence en cas d’échec, que je n’ai pas à essuyer les plâtres de vos rustres en toge.

Voilà. Il fallait tenter d’inquiéter Auchel, qui devait réussir pour rester dans les bonnes grâces du Fifaraon.

—   Ne vous en faites pas, elle a belle allure ma Guilde, Athalie.

Ainsi donc Gustave s’était échappé. Cela ne changeait rien, il fallait le trouver avant que Dément Turbin ne le fasse. Non pas qu’Athalie éprouvait une totale sympathie pour l’ancien capitaine, mais elle ne souhaitait à personne de se retrouver en face du terrible Questeur.

 

FIN DU CYCLE INITIANAL. 

Pierre-Issa Kasimov

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.